A propos de l'article "Poutine, le boulet rouge de Le Pen, Fillon, et Mélenchon.

Réponse à Neruda, qui notamment dit : "M. Plenel [...]  insulter vos lecteurs en affirmant qu'ils"n'arrivent pas à raccoler tous les bouts, à penser la complexité, à accepter des informations complexes et différentes"? (08:24)"

 

Sans être une insulte, c'est a tout le moins un mépris cet a priori, qui, au "v'indicatif", prend tout simplement des abonnés pour des infirmes intellectuels. Ceci au motif, évident qu'ils ne partagent pas la ligne rédactionnelle, que Mr Bonnet a en charge, et qui est très marquée dans l'opposition systématique à un personnage, qu'à l'évidence il ne tolère pas du tout (du verbe tolérer, mais à la forme fortement négative).

L'actuelle rédaction vire tout bonnement dans une politique d'opinion, et avec des pratiques, sur certains "sujets" proches de médias, qui en France, en Europe, comme chez Poutine et/ou chez Trum (à la suite des Clinton's) et ailleurs... sont entre les mains de ploutocrates qui n'ont de différences, que dans les apparences, mais sont de pareils pouvoirs absolus.

Ce qui les opposent, ce sont des intérêts d'influences et financiers, fondamentalement semblables, qu'ils se disputent, constamment  partout. En langage clair, on appelle ça des intérêts capitalistes. Ce n'est que sur et pour ça qu'ils s'opposent. Et c'est toujours les populations qui trinquent. Actuellement les conflits ne cessent pas, dans le monde depuis, la fin de la guerre mondiale.     

Jaurès, en homme d'état, a lui aussi à émis des opinions en géo politique, mais toujours en préconisant des moyens diplomatiques pour éviter les conflits guerriers qui ne tuent et ne "matent" que les populations. Et La guerre, l'arbitraire monstrueux, n'est faite que  pour des intérêts mesquins, qui ne les concernent pas. ne les concernent jamais. Il a été critiqué, sali pour le tuer politiquement. Avant de le faire tuer physiquement.

 Que d'amalgames, douteux, à partir d'appréciations personnelles, marquées du sceau d’animosités personnelles tenaces, donc forcément in-objectives, et encore une fois en période électorale... L'amalgame général, vraiment injuste, et honteux car infligé en vrac, sans nuance, à trois candidats semblant pareillement rédhibitoires pour MDP, il est facile de conclure pour qui la rédaction s'engage. Aidée par des : "ancêtres", "égalidade", et "Vila" de rechange.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.