France inter ment.

Sur cette Radio publique, ce matin, Pierre Weill sans contradiction possible, a affirmé que "JL Mélenchon" était neutre" dans  le deuxième tour.
 Les antipathies redondantes et fielleuses, entravent la raison, et finissent toujours par desservir qui les vomi, et les laisse poluer. Même en cette période d'hystérie médiatique propagandiste, les inexactitudes restent des mensonges.

JL Mélenchon, qui depuis tous temps à combattu sans équivoque ni réserves le FN et Marine Lepen (*), n'est pas neutre du tout. Il a dit publiquement que personnellement il voterait. Et, comme d'ailleurs les membres de l'équipe dirigeante du mouvement l'ont fait en interviews et conférence de presse, il appelé publiquement les membres et les électeurs de la "France insoumise", a ne déposer aucun bulletin au nom de Le Pen. Ce qui est un parti-pris qui ne supporte aucune exception.

Les mots ont un sens, outre qu'il doit vérifier les informations qu'il émet, un journaliste un minimum lettré ne peut l'ignorer. Se positionner contre le moindre bulletin de l'un des deux possibles, c'est précisément le contraire, radical, de la neutralité. Prétendre le contraire en période électorale, notamment les législatives à venir, c'est non seulement désinformer, voire gravement diffamer, en fait, l'un de ses acteurs.

L'hystérie affolante des principaux médias, visiblement en mains, les censures masquées, rappellent la propagande orchestrée des tenants du OUI digne des pays totalitaires que les mêmes critiquent... 

Je ne participe pas aux réseaux dits sociaux. France inter ne permet plus d'écrire des commentaires, et n'accepte, notamment le matin, que ceux qui lui conviennent. Je vais donc écrire à la station, car trop c'est trop. Je conseille à tous les gens sensés, raisonnables, et contre tous "fascismes", dont toutes les formes de maccarthysmes, qui sont des fascismes qui, eux se "justifieraient..." parce qu'ils en combattraient un autre...

   

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.