Un seul oiseau est en cage et la liberté est en deuil

Un seul oiseau est en cage et la liberté est en deuil. Jacques Prévert.

Le paradoxe, qui devrait bruler les "yeux" de tout être humain (*) doté de raison, du pseudo"libéralisme économique "c'est qu'il est un dogme, et par conséquent le contraire de la liberté à laquelle, en fourbe dictateur cynique, il emprunte, pour le dénaturer, le pervertir, en faire une abstraction (**) le nom détourné par l'ajout du suffixe "isme", par lequel il s'avoue "fan": fanatique. Tout est dit.

Et cela pour plumer le gogo, me dit Bobosse, mon neurone qui ne sort ni de l'ENA ni de la cuisse d'un Jupiter, mais de chez les autodidactes du concret.

"Comment 90% , dont de supposés lettrés, peuvent-ils ignorer ce que parler veut dire ?

 

C'est un libertaire Bobosse. "Aire" étant un suffixe adjectival qui signifie "qui se rapporte à" un système libertaire se rapporte toujours à la Liberté de tous, donc de chacun.

La liberté des uns n'a d'autre limite que celle de n'affecter, en rien, celles des autres.

Qui combat, s'oppose, accapare, la liberté ( le droit ) d'autres est l'un de ses prédateurs. Lorsqu'en état de droit la liberté est la devise, la raison, le but, l'essence; elle consubstantielle à l’édifice. Aller contre elle c'est trahir la constitution. C'est une forfaiture.

Personne n'a demandé à venir au monde. Personne. La première liberté est celle vivre, dans une nature qui n'appartient à personne, puisqu'à tous, pas d'y survivre pour servir sans rien dire, juste exister !

Cela implique impérieusement, que pour tout et avant tout, l'on se rapporte à la liberté de tous, donc de chacun, d'en imposer le respect et les moyens.

 Elle est farouchement "égale pour tous", la liberté. Ce qui implique la "fraternité". La vraie République, la démocratique est libertaire.

 (*) Devrais-je ajouter "sse"à être pour ne pas encourir le reproche d'oublier qui que ce soit?  Comme si, à moins d'être sexiste (un racisme), nier qu'étant, comme chacun de ses membres unique irremplaçable et libre, il pouvait exister autre chose que des mots uniques,  "neutres", pour designer n'importe quel être humain !

(**) Il n'admet pas d'alternative. Il n'est donc même pas totalitaire, puisqu'il ne vaut pas pour tous, mais pour une caste prédatrice - c'est actuellement une évidence- . C'est une dictature, violente, mortelle pour qui s'oppose réellement à lui. Qui ne le constate , quand elle sévit partout dans monde. contre les populations

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.