Lettre au candidat Tajani

Suite aux propos du Président du Parlement européen, qui a indiqué être « disponible et prêt à servir l'Italie », retrouvez la réaction de l’eurodéputé socialiste Eric Andrieu.

Monsieur le Président,
Monsieur le Candidat,

UN AN, UN MOIS ET DOUZE JOURS. En tant que membre du Parlement européen, j'ai eu la désagréable surprise d'apprendre - via les réseaux sociaux - que vous postuliez à la Présidence du Conseil en Italie, alors même que vous occupez actuellement la plus haute fonction de notre institution.
Au même moment où l'Europe doit faire face aux défi migratoire, au terrorisme, au dérèglement climatique, au Brexit, à la concurrence avec les États-continents que sont la Chine, le Brésil ou encore la Russie, vous avez fait votre choix: "Forza Italia!"
Parce que l'Histoire sombre de notre continent est peuplée de personnes qui ont dérogé à leurs responsabilités pour servir leur propre ego, je me permets de vous rappeler ces mots doux et chaleureux que vous avez prononciez devant notre hémicycle:
"Je vous remercie (...) de la confiance que vous m’avez accordée. Je ferai de mon mieux pour en être digne (...) Comme je le dis toujours, je veux être le Président du Parlement, non pas un premier ministre" (12/09/2017).
Les pères fondateurs doivent se retourner dans leurs tombes ! Votre niveau d'irresponsabilité n'a d'égal que votre désengagement pour la cause européenne. Force est de constater que vous vous comportez davantage comme un bateau pirate que comme un phare dans la tempête.
Vous, l'un des commandants du navire Europe, vous avez choisi le courage, tel le capitaine du Costa Concordia.
Aujourd'hui, plus que jamais, vous démontrez que l'Europe a besoin de visionnaires, et pas de simulacres qui sacrifient le projet européen sur l'autel de leurs ambitions personnelles.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Candidat, l'expression de mes sentiments les plus européens,

Eric Andrieu
Député européen

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.