Eric Andrieu, Député européen
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 sept. 2020

Neonicotinoïdes: les abeilles n'ont pas de dérogation

Le gouvernement français annonçait, début août, sa volonté de lancer une dérogation à son interdiction des insecticides néonicotinoïdes. Cette décision va à l'encontre de tous les engagements nationaux et européens pour la biodiversité, la protection de l'environnement. La législation européenne permet de suspendre ce type de dérogation abusive et une procédure a été déposée en ce sens.

Eric Andrieu, Député européen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Beaucoup a déjà été dit des conséquences sur la biodiversité et, en particulier sur les abeilles, qu’aurait la dérogation à l’interdiction des néonicotinoïdes pour la culture des betteraves qu’envisage le gouvernement français. La présence de ce type de substance dans le sol bien après l’utilisation, mais également dans les exsudats foliaires dont se nourrissent les butineuses, apportent les arguments décisifs quant au bien-fondé de l’interdiction. 

Dans sa précipitation, le gouvernement français ne semble pas non plus avoir tenu compte du fait que les semenciers sélectionnent actuellement des variétés naturellement résistantes aux différentes jaunisses. De plus, on ne peut que s’étonner de cette position prise sans le recul de l’analyse des rendements d’une récolte qui n’interviendra à l’automne et qui permettra d’identifier les modes de culture et les variétés les plus résilients et d’isoler l’effet d’autres facteurs comme la sécheresse.

L’argument qu’il fallait apporter une réponse rapide à des producteurs prêts à arrêter cette culture révèle une dimension centrale mais pourtant largement passée sous silence : cette filière traverse en crise profonde depuis la fin des quotas sucriers en 2017. Pour preuve, les annonces de fermeture de sucreries depuis au moins deux ans n’ont pas attendues la prolifération du puceron vert. Mais plutôt que de remettre en cause la libéralisation du marché européen du sucre, ce gouvernement préfère le sacrifice de la biodiversité, question de priorité ! 

En effet, les betteraviers français se retrouvent maintenant avec les prix du sucre parmi les plus bas au monde, faute de protection face au dumping du Brésil. Avec l’ancien prix minimum européen bien plus rémunérateur, nul doute que nos producteurs auraient bien mieux encaissé les conséquences d’un hiver exceptionnellement doux. De surcroit, la fin des quotas a entrainé une concentration géographique de la production de betteraves, et évidemment, la faible diversité des assolements n’est bonne ni pour la biodiversité, ni pour la résilience des cultures, les deux étant liées.

Il est également assez révélateur que la piste d’une aide spécifique à la betterave comme l’utilisent l’Italie ou la Pologne ne soit pas été évoquée dans le débat français alors même que se dessine la prochaine Politique Agricole Commune. 

Mais, surtout, en justifiant la dérogation au nom de la sécurité et de la souveraineté alimentaire, ce gouvernement commet une erreur majeure : celle d’opposer environnement et sécurité alimentaire. Car, c’est bien parce que nous avons trop délégué la sécurité alimentaire européenne aux marchés et aux multinationales que nos producteurs sont en difficulté et que l’on s’en remet au court-termisme de solutions qui n’en sont pas ! Au contraire, ma conviction profonde est bien que nous ne réussirons pas la transition de notre agriculture vers plus de durabilité si nous ne nous extrayons pas des dogmes qui nous ont fait renoncer aux principaux leviers de politiques agricoles au profit du tout-marché.

Fort de ce constat, j’ai saisi les autorités européennes pour, qu’en vertu de l’article 53 du règlement européen sur les produits phytopharmaceutiques, la Commission puisse annuler cette dérogation abusive si elle advenait. Et, je demande à ce que les dérogations similaires déjà mises en œuvre en Autriche, en Belgique et en Pologne soient remises en cause. Alors que le Green Deal européen annonce l’objectif de réduire de moitié l’usage des pesticides, la réponse à apporter aux agriculteurs européens doit être économique et relever de la PAC et non se faire au détriment de la biodiversité et des abeilles.

Eric Andrieu

Eurodéputé PS

En charge des questions agricoles et environnementales européennes

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat