La poésie : Eric Dubois.

ÉTERNITÉ DU POSSIBLE  à Papa, i.m

Pastel sur carton  de © René Dubois ( 1938-2020) . Famille Dubois. © René Dubois Pastel sur carton de © René Dubois ( 1938-2020) . Famille Dubois. © René Dubois

ÉTERNITÉ DU POSSIBLE 

à Papa, i.m 

1



Haut – hauteur

Bris des mots

Je glace





Dormir non

traces



Pâleur des

sens



Ivrance

ire



Je ne sais

éternité





Du loin

du possible



Tout en vrac



dépossédé





Creuser la plaie

la pliure







Mais ça n’

est que

ça





Pas papa



Trémolo

dans la voix





Écart

de langage







les mots





Mais non non

c’est vrai





Tout à fait

vrai





papa





Tout appris

par toi





Et par maman

maman





C’est du nanan

j’suis un bébé



Cadum des maux





Dans le liquide

amniotique





Je suis

un miracle





mir

acle





éther-nité



du lieu

du passage









Et parfois

les murs tremblent



les hypothèses

persistent





j’en oublie

ma vie





ma vie

à corps





à tort





mémoire

opaque









je n’aspire qu’ à vivre

jeu n’aspire qu’à vivre









pente dure



entre des murs

















2





L’ombre



sinue



entre les pôles







C’



est là



Les magnétiseurs



préexistent





Toute la vie



bâille par les coins



par les angles





Solennelle impression



de déjà-vu



La montagne



est blanche de soleil





Durée latente



Poste restante





on apprend tous à vivre

















3







L’étirement des arbres. L’écho qui parvient du sous-sol. La guerre . Souvenirs de plaine.

Le rouge des joues. Pommes arrosées de larmes. Si loin, si près de Paris. Bourth, le bourg de ma grand-mère.



La pluie normande et le soleil de la Manche. La pluie qui bat les souvenirs comme autant de cartes.

Dans un jeu effacé.



L’ombre au tableau. A la peinture des secousses, au fer luisant des astres.

Papa, je te revois, enfant, en culottes courtes, pendant les années noires.



La bicyclette de ma grand-mère.



Les Américains, le Débarquement, tu as 6 ans. Rugles.



La bicyclette de ma grand-mère avec laquelle j’apprends à rouler.

















4



















ERIC DUBOIS 



NB : poème inachevé.











Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.