Eric Gillot
Ventriloque amoureux
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

1 Éditions

Billet de blog 13 déc. 2015

Débat Tariq Ramadan - Massimo D'Alema

Débat entre une figure de la gauche européenne, Massimo D’Alema, ancien Président du Conseil, ex ministre des Affaires étrangères (cabinet Prodi), et le théologien musulman, Tariq Ramadan

Eric Gillot
Ventriloque amoureux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Université Catholique de Louvain, Belgique, grand amphi, l’Alma, débat entre une figure de la gauche européenne, Massimo D’Alema, ancien Président du Conseil, ex ministre des Affaires étrangères, cabinet Prodi, et le théologien musulman, Tariq Ramadan.

La salle est comble, je n’ai pas compté, trois quatre cents personnes, des étudiants pour la plupart, quelques jeunes femmes voilées, un quart, mi-élégance, mi-discrétion, plutôt de la soie, couleur assortie à l’écharpe, aux chaussures, pas d’escarpins façon Rachida Dati, néanmoins du fin, du léger, musulmane et séduisante, c’est ce genre-là, aucune abaya, pas de burqa, personne ne hurle, ni ne vocifère, nul ne se livre à d’ostensibles démonstrations de prières.

Ramadan entre de façon discrète, entouré de costauds, eux aussi discrets, l’homme a des ennemis, les excités FN, pour qui l’église doit être au milieu du village, qu’importe s’ils n’y mettent les pieds qu’à leur mariage ou leurs funérailles, et les radicaux salafistes dont leur lecture du Coran est la seule bonne, toute divergence valant preuve d’apostasie, à n’expier que dans la mort.

Le thème, ce sont les réfugiés syriens. On en parlera si peu. Après le Bataclan, comment faire autrement ? D’emblée, une organisatrice (European Muslim Network) dit sa condamnation du terrorisme, et de toute forme de violence ailleurs dans le monde.

Massimo D’Alema parle des contradictions qui traversent l’Europe, d’un côté la claire conscience que la crise des réfugiés ne peut être gérée que dans l’union, de l’autre le repli sur soi, attisé par la haine, les attentats renforçant cette tendance, ce qui implique le rejet sur les plus pauvres de l’accueil aux frontières. Il déplore l’absence de stratégie européenne. François Hollande veut bombarder Daesh, oui, pourquoi pas, il n’y est pas opposé par principe, mais pour faire quoi après ? Quel projet ? A son avis, la communauté musulmane est la première victime des attentats.

Tariq Ramadan. On l’accuse de double discours, j’ai cherché quelques preuves sur internet, n’ai rien trouvé. Des critiques, oui, des injures, des procès d’intention, mais rien de concret. Au demeurant, ses livres sont vendus dans le monde arabe, par exemple à Casablanca, dans une grande librairie du centre, ouvertement, ils sont posés sur une table de lecture, accessibles à tous, et grâce aux antennes paraboliques, on peut écouter ses conférences des deux côtés de la Méditerranée, sans schizophrénie. 

Il s’oppose à la vision de D’Alema. Il affirme que les musulmans d’Europe sont des citoyens comme les autres, pas plus, ni moins victimes du terrorisme, nous, c’est vous, et vous, c’est nous. Il insiste très fort là-dessus. Regrette l’absence de courage politique en Europe, les politiciens reconnaissant en privé qu’il faut envisager la gestion de l’islam sur le long terme, vingt ans, les mêmes tenant des propos démagogiques parce que les élections, c’est maintenant. Quadrature du cercle.

Dans le débat qui suit, Massimo D’Alema dira qu’une des clés du problème, c’est l’absence d’interlocuteur officiel représentant l’islam. En Italie, on a l’Eglise catholique, dont le poids est énorme, et les intentions pas toujours progressistes, mais c’est un interlocuteur.

Ramadan rappelle que dans l’inconscient collectif, l’islam n’est pas considéré comme européen, et donc qu’on en demande systématiquement plus aux musulmans. On exige des musulmans qu’ils condamnent le terrorisme comme préalable à l’acceptation, éventuelle, de leur qualité d’Européens. Pourtant, cela fait 50 ans qu’on trouve d’importantes communautés musulmanes en Europe, avec des musulmans nés en Europe, qui y vivent, y ont étudié, y travaillent, se sentent européens, le sont. Qu’on regarde comme des Algériens…

Sur le sujet : Tariq Ramadan, Mon intime conviction, éd Archipoche, Paris 2009 (www.archipoche.com)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND