Prévision et mouvements sociaux

  1. Le problème de la prévision.

 

            Dans l’après-coup de l’événement politique, on se dit toujours que ce qui s’est produit devait arriver. Ainsi, l’injustice sociale se devait de produire le mouvement des gilets jaunes. Une certaine sociologie déterministe a tendance à produire cette illusion, en mettant en lumière ce qui inconsciemment travaillait la société et devait conduire inexorablement à cet événement. Pourtant, on pourrait se demander pourquoi maintenant et non pas dans un passé aussi injuste socialement.

            Il s’agit sans doute d’une simple illusion rétrospective qui mélange plus ou moins volontairement les causes et les contingences. En effet, les causes sociales existent et l’explosion des inégalités a été depuis longtemps mise en lumière.  Soyons clairs, dans une perspective déterministe, si l’on veut être conséquent, il doit être possible d’établir des prévisions. Or, personne n’avait prévu le mouvement des gilets jaunes, et il est remarquable que ce n’est pas l’inégalité sociale en général qui a déterminé le déclenchement du mouvement. Une taxe, comme il y aurait pu y avoir d’autres facteurs déclenchants, a mis le mouvement en action. Certes, on pourra toujours dire que deux niveaux de causalités existent : les causes profondes, structurelles, et les facteurs de surface qui ne constituent que les causes apparentes. Mais alors, une question demeure : pourquoi cette cause a-t-elle déclenché le mouvement plutôt qu’une autre ? C’est à ce stade que le problème de la contingence se pose : aucune nécessité préalable n’aurait permis de dire que la hausse de la taxe carbone allait déclencher un mouvement de cette ampleur et de cette durée. Il ne faut donc pas sous-estimer la contingence des circonstances historiques, qui joue en réalité un rôle déterminant. En réalité, il n’y a pas de distinction claire entre les causes profondes et structurelles et les contingences superficielles. On ne peut en effet pas dire que les conditions d’usage de la voiture ne constituent que des effets de surface. Et, d’un autre côté, on ne voit pas très bien comment un mouvement social pourrait se constituer sur un mot d’ordre aussi vague que la dénonciation des inégalités sociales.

            Il faudrait alors revenir sur les présupposés déterministes de la sociologie de Bourdieu. Assez finement, celui-ci fait remarquer que lorsqu’une cause sociale dominante n’est pas déterminante, il doit y avoir une autre cause sociale minoritaire qui détermine le phénomène en question. Il s’agit donc d’expliquer de manière déterministe des phénomènes qui apparaissent au premier abord comme des exceptions, comme par exemple la réussite scolaire d’un enfant d’ouvrier. Mais peut-on se contenter de ce schéma déterministe, qui en fin de compte place toujours une cause déterminante à l’origine d’un phénomène, même lorsque celui-ci paraît marginal ? En effet, la notion de contingence suppose un choc imprévisible. Deux manières de considérer ce hasard se font alors jour. Soit, comme le décrit Lucrèce, une déviation imprévisible (le fameux clinamen) produit la rencontre entre des atomes qui n’étaient pas destinés à se rencontrer. Soit, comme Cournot, on pointe l’indépendance des séries causales qui du coup pourraient très bien ne pas produire quelque chose comme un accident. Peut-on appliquer l’un de ces deux schémas à l’émergence du mouvement des gilets jaunes ? Le problème au fond se résume à celui de la rencontre imprévisible. L’augmentation de la taxe carbone aurait très bien pu ne produire aucun mouvement. Pourquoi alors ce déclenchement ? Il y aurait bien une autre manière de considérer les choses en pointant l’enchevêtrement quasi-infini des causes. Mais c’est peut-être aller un peu vite en besogne. En effet, il faut également prendre en compte la capacité d’invention du gilet jaune, qui ne joue pas dans cette affaire un rôle simplement secondaire. Il y a là une créativité imprévisible, mais qui ne vient pas de nulle part. Il ne s’agit pas d’une création ex nihilo. Résumons : une hausse de taxe, des inégalités sociales, l’invention d’un costume, tout cela n’est pas lié dans un tout déterministe. De quoi s’agit-il alors dans la mesure où la rencontre de ces trois niveaux de causalité aurait pu aussi bien ne rien produire ? Il faut alors peut-être combiner la contingence de Lucrèce avec le hasard de Cournot pour produire un nouveau concept de hasard ou de contingence. Quelque chose a dévié du cours ordinaire de la vie sociale, c’est certain. Des rencontres imprévisibles ont eu lieu également, c’est certain. De multiples autres facteurs ont également joué un rôle, notamment la puissance des réseaux sociaux. Mais on ne peut pas se contenter d’additionner ces différentes conceptions du hasard, comme si cela aurait pu aussi bien ne pas se produire. Car, en un sens, cela devait arriver !

            C’est donc sans doute l’opposition entre le hasard et la nécessité qui est trop sommaire. Car le mouvement des gilets jaunes comporte sa propre nécessité et n’aurait pas pu se produire ainsi dans un autre contexte. C’est donc la rencontre qui comporte sa propre nécessité, sans qu’aucun plan préalable ne puisse permettre de l’anticiper. Les choses prennent consistance, même si l’on ne s’en aperçoit pas sur le moment.

            Quel est le concept qui permet de rendre compte de cela ? Peut-être pourrait-on oser le paradoxe suivant selon lequel le hasard comporte sa propre nécessité. Il faudrait alors trouver un nouveau mot pour rendre compte de cela. En fait, les événements historiques ne sont ni de la pure contingence, ni du simple déterminisme. Ils obéissent à une sorte de logique que l’on pourrait nommer provisoirement « détingence », au sens où la nécessité prend corps dans le hasard lui-même, sans que l’on puisse distinguer l’une de l’autre. Le schéma déterministe comporte en effet un défaut fondamental : il laisse entendre que les événements sont prévisibles. Le modèle de la contingence pure laisse lui entendre que cela aurait pu aussi bien ne pas se produire. Or, ni l’un, ni l’autre ne sont pertinents.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.