Congrès du PCF : Mes critiques sur le projet de Base commune.

Quelques remarques critiques sur le projet de base commune.

Intervention d’Éric Jalade (Fédération du Tarn) lors du Conseil National du PCF.

13 octobre 2012. 

Je dis cela, en découvrant le texte depuis hier1, avec une première lecture attentive depuis lors.

Je partage évidemment, comme vous, l'ambition initiale, à la fois d'avoir un texte qui fasse événement – sous forme pourquoi pas d'un manifeste – et qui parle à notre peuple et aux communistes, au vu des enjeux.

Il y a, heureusement, des paragraphes et des idées dont les développements me semblent utiles, pertinents et nous rassemblent, nous sommes tous adhérents au PCF …

J'ai entendu quelques camarades, ce matin parler d'un « texte qui a du souffle » … Je ne partage pas cet avis, je vais essayer de m'en expliquer. Il y manque, selon moi, un souffle révolutionnaire, à la hauteur des souffrances de notre peuple qui est écrasé par le capitalisme.

 

D'abord quelques mots sur le style.

Ce texte me donne trop souvent l'impression d'une écriture ampoulée, parfois confuse ou redondante, émaillée de références dont on pourrait se dispenser et qui n'apportent rien à la cohérence et à la précision du propos (« quelle humanité voulons-nous être ? », p.12 - « le tranquille autochtone seul face aux barbaresques menaçants » ; un « lieu essentiel du faire peuple » p.10 ; « nous voulons écrire la saison deux » , p.28 ...).

Évidemment, ces remarques ne sont pas exhaustives.

Je centrerai l'essentiel de mes remarques sur le fond.

On relève une prédominance des thématiques idéologiques issues de la mutation, impulsée par Robert Hue il y a déjà une quinzaine d'années, avec le succès que l'on connaît... Ces thématiques font une part prédominante, me semble-t-il, aux questions sociétales, au détriment des questions sociales, en s'éloignant du marxisme, alors que nous vivons une crise terrible du capitalisme, en France comme en Europe : 9 millions de pauvres, 5 millions de chômeurs, travail partiel, bas salaires, retraités dans des situations de grande détresse et de grande pauvreté ...

Ce sont ces questions là qui préoccupent notre peuple, pas les « faux débats » montés et agités par les médias dominants comme autant de contre-feux pour masquer la dureté de la situation sociale et détourner l'attention des questions fondamentales et de la lutte des classes.

Je ne prendrai qu'un exemple, la mise sur le même plan du « patriarcat » et de la domination capitaliste dans la société française du début du XXIe siècle m'interroge vivement.

Selon moi, ce texte ne parle pas suffisamment aux classes populaires, en raison de son approche et de sa cohérence (ou plutôt de sa confusion) idéologique.

Ce discours peut peut-être concurrencer le PS ou EELV pour tenter de séduire la petite et moyenne bourgeoisie (pour ne pas dire les « bobos »), mais il ne me semble pas forcément de nature à convaincre ou à (re)conquérir les classes populaires, ce qui est notre fonction historique. Nous sommes historiquement le « parti de la classe ouvrière » – et nous devons viser des alliances de classes - évitant ainsi le « solo funèbre » (pour reprendre la formule de Marx).

Comme cela a été dit, le mouvement des retraites de 2010 est absent du texte, alors que cela a été une lutte d'ampleur historique, certes conclue par une défaite, mais encore faut-il tenter d'en tirer les enseignements et en faire l'analyse.

Je veux bien admettre que ce type de texte ne vise pas à l'exhaustivité et n'a pas la dimension d'un programme. Néanmoins, il manque des axes programmatiques et des batailles - avec des mots d'ordres rassembleurs - nous permettant de mettre notre parti en mouvement et par là même d'entraîner notre peuple dans de grandes luttes.

Il manque, dans la philosophie du texte, nombre de fondements théoriques qui aident à la compréhension du réel, du monde tel qu'il est – la référence au marxisme, la perspective du socialisme, notre rapport à la classe ouvrière et plus largement au monde du travail, pas seulement aux « individus ».

Pour prendre un exemple simple, Bernard Arnault ou les prétendus « pigeons » sont autant des individus que les travailleurs victimes des plans de licenciements - dans le privé comme dans le privé - ou les salariés qui subissent la répression patronale.

L'antagonisme entre les forces du capital et du travail est extrêmement violent et avec la crise, il s'accentue terriblement dans cette période.

 

Sur les nationalisations, je relève, qu'il y a à nouveau, très timidement, le mot, mais comment pourrait-on ignorer ce qui est en train de devenir une aspiration populaire et une revendication syndicale. Cette question mériterait que nous impulsions de grandes batailles politiques dans la durée, elles correspondraient évidemment à la nécessité de reconstruire un appareil productif que la grande bourgeoisie démantèle aujourd'hui sur le territoire national.

Ainsi, nous pourrions agir, en défendant constamment les services publics qui continuent d'être attaqués (voir Budget 2013) et les statuts des personnels, pour des avancées progressistes et des nationalisations démocratiques dans les secteurs de l'eau, de l'énergie (EDF-GDF), l'industrie automobile (PSA, Renault), dans l'agroalimentaire, l'industrie pharmaceutique ...

Par ailleurs, je voudrais indiquer mon désaccord sur l'articulation entre les batailles nationales et la dimension européenne.

L'Union Européenne n'est pas définie comme ce qu'elle est, c'est à dire un outil au service du capital avec des institutions qui corsètent les peuples, laminent les droits des travailleurs et empêchent l'expression démocratique.

L'outil qu'est le PGE, complètement intégré à l'appareil de l'Union Européenne, ne permet pas de se défendre – et pour cause ! - face aux attaques que l'UE porte aux acquis sociaux et aux droits des peuples.

Le bilan de la construction européenne est largement vécu négativement par l'électorat populaire, tout comme la mondialisation et ses corollaires. L'expérience concrète de notre peuple - austérité, casse, depuis des décennies, de pans entiers de notre industrie - se traduit par un rejet croissant de l'intégration européenne. Peut-on faire comme si cela n'existait pas? Nous ne pouvons pas continuer dans ce déni. Ce serait en outre courir le risque que cette colère populaire soit plus encore récupérée et détournée par les fascistes et l'extrême droite xénophobe.

Sur le plan international, il manque là encore des axes d'intervention et de mobilisations concrètes en faveur de la paix et contre l'impérialisme et notamment l'OTAN – Proche-Orient, Syrie, Iran, Israël, Afrique ... - comme notre parti a pu l'impulser de manière remarquable tout au long de son histoire. Nous devrions agir pour la sortie de la France de l'OTAN, en faveur du désarmement (y compris unilatéral) ce qui serait là, pour le coup, un vrai changement en matière de politique de défense. Il y a, sur l'état du monde, une vision idéaliste et qui n'analyse pas correctement les rapports de force actuels, les rivalités inter-impérialistes, et surtout la politique de l'impérialisme américain et ses responsabilités actuelles dans les conflits et les guerres.

Sur la question du parti et du Front de gauche.

Il manque un vrai bilan sur la dernière période. Je voudrais me faire l'écho d'une inquiétude qui existe, celle de l'effacement du parti, au profit d'un « Front de gauche » qui se transformerait peu à peu en parti.

La question de la visibilité de notre parti dans la vie publique, dans les médias est une question qui est largement posée. D'autres composantes du front de gauche avancent nettement dans le sens de la transformation de celui-ci en parti ...La poursuite du front de gauche, sous sa forme actuelle risque d'aboutir à la constitution d'un parti, subornant le PCF à celui-ci, de surcroît dans le cadre institutionnel du Parti de la Gauche Européenne.

 

Notre parti doit donc impulser des batailles avec l'ambition d'avancer vers des ruptures décisives, d'abord à l'échelle de notre pays. Le cadre national demeure un cadre pertinent d'intervention car, c'est, je crois d'abord à l'échelle nationale que les ruptures révolutionnaires peuvent s'opérer (toute l'histoire depuis l'époque moderne le démontre, notamment celle de notre pays, ou si l'on regarde aujourd'hui du côté de l'Amérique Latine). 

Enfin, le texte fait référence à la figure de Jaurès, à juste titre. En revanche, il ne fait nullement référence à celle de Lénine …

Donc, Jaurès, oui, bien sûr, mais sans oublier Lénine ! 

 

1 Il s'agit de la version initiale (avant amendements) que nous avons eu à disposition avant le CN. A noter, également, que la discussion sur les amendements n'a eu lieu que dimanche matin, de 10 heures à 12 heures …

2Il s'agit des numéros de pages issus de la version initiale.    

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.