Enfants jetables à Metz, ville bidon

J'ai vu cet enfant dormir sur un tas d'immondices aujourd'hui 8 juillet 2017, à Metz.

Enfant jetable à Metz © Eric Graff Enfant jetable à Metz © Eric Graff

Cette photo d’un garçonnet endormi sur un tas d’ordures n’a pas été prise dans quelque pays misérable ou en guerre.

Cette photo a été prise en France, très exactement à Metz, 8 juillet 2017 à 12h27. C’est ainsi que vivent 150 enfants, avenue de Blida.

Telle est la politique définie par le Préfet de Moselle, Emmanuel Berthier, et le Maire de Metz, Dominique Gros, en partenariat avec la société Adoma dont la devise est « L’insertion par le logement ».

Telle est la politique voulue et consentie aussi par les gens qui savent et se taisent.

Parmi les rares qui ne se taisent pas, saluons l’initiative de la députée Caroline Fiat, 6e circonscription de Meurthe-et-Moselle, unique députée de « La France Insoumise » de Lorraine.

Elle est venue ce même jour sur le bidonville protester contre l’horreur qu’infligent à des enfants les responsables politiques de droite et de droite (voir ici à 2’30).

Certes, cet enfant n’est pas français, ni probablement catholique. Ni socialiste comme Dominique Gros, maire de Metz, ou communiste comme d’aucuns qui soutiennent sa politique.

Quand ils ont jeté aux ordures les enfants albanais, je n’ai rien dit, je n’étais pas albanais. Quand ils ont jeté aux ordures les enfants kosovars, je n’ai rien dit…

Éric Graff, militant du Collectif Mosellan de Lutte contre la Misère

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.