Eric111
Abonné·e de Mediapart

42 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 août 2018

Traques policières anti-pauvres à Metz

A Metz, la police confisque leurs tentes aux pauvres gens réduits à dormir dehors, du fait des moyens insuffisants accordés au Samu social. Lettre ouverte au préfet de Moselle.

Eric111
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Éric Graff, Collectif Mosellan de Lutte contre la Misère

à Monsieur Didier Martin, Préfet de Moselle

Metz, le 22 août 2018

 Objet : personnes à la rue à Metz

Monsieur le Préfet,

Vos services ont démantelé le bidonville de l’avenue de Blida le 15 novembre 2017, mettant fin à une situation scandaleuse. Ils ont, à cette occasion, assuré un hébergement ou, au minimum, la mise à l’abri de la quasi-totalité des mille personnes qui s’y trouvaient.

Vous avez également pris la décision de ne plus mettre en place ce genre de dispositif unanimement décrié. En soi, cela pouvait être perçu comme une bonne nouvelle. Mais nous avions des craintes pour la suite.

Nous savions d’expérience que depuis 2013, ces démantèlements sont suivis de l’abandon à la rue de dizaines de personnes condamnées à l’errance.

Nos craintes se confirment. Dans la nuit du 1er au 2 décembre 2017, nous constations la présence sur un terrain vague de Metz de 23 adultes et 21 enfants s’apprêtant à passer une nuit glaciale dehors. Certains nous ont donné la preuve qu’ils avaient déjà enduré six nuits dans ces conditions, à expectorer la fumée des feux d’immondices qu’éteignaient vos policiers en maraude. Nous avions alors pris l’initiative de conduire ces gens à l’abri dans un gymnase voisin, et dans la nuit du 4 au 5 décembre, sous notre pression militante, les hébergements ont finalement été accordés.

Par la suite, nous avons dû renouveler à cinq reprises ce type d’action, faute de quoi des enfants, des femmes malades ou enceintes et des hommes en détresse restaient à l’abandon.

Aujourd’hui, nous savons qu’environ cinquante personnes (et probablement davantage) se voient toujours refuser l’hébergement auquel elles auraient droit au titre des règles nationales et internationales. Cette errance et cette dispersion sont moins visibles qu’un bidonville officiel. Agissant sous vos ordres (à moins que ce ne soit à votre insu), vos policiers harcèlent ces pauvres gens en les réveillant la nuit pour jeter leurs tentes aux bennes.

Cette politique, qu’elle résulte de votre décision, de votre distraction, de votre ignorance ou de votre complaisance, interdit à des êtres humains de dresser sur un terrain vague ou sous un pont quelque abri pour protéger leurs enfants, leurs malades et leurs biens. Grâce au « courage » de vos policiers, ces victimes de notre État dit « de droit » en sont réduites à se cacher. Vos décisions (ou vos indécisions) ont un mérite : l’invisibilité. Cela se voit moins et cela pue moins que le bidonville officiel infesté de rats que vous assumiez si mal.

Voilà l’objet de notre courrier. Peut-être ignoriez-vous cette situation faite de hardiesse policière et d’indigence humanitaire. Désormais vous savez et il vous reste à décider.

Monsieur Z. Y., né le xx/xx/1999 vit dehors à Metz depuis deux mois.

Le couple XW-VU avait trouvé abri sous une tente jusque hier soir. Les voilà sous le pont, à la merci de vos policiers.

Monsieur T. R. et ses deux enfants handicapés, dont une fille souffrant de brûlures atroces, ont été chassés de leur hôtel à Freyming et vivent depuis deux mois à la rue.

Monsieur Q. P., venu du Nigeria se voit systématiquement refuser depuis six semaines tout hébergement. Il souffre de douleurs sciatiques. Il erre le jour sur les trottoirs de Metz, ville impériale et royale, et voit son sommeil entrecoupé par la visite des agents en uniforme agissant sous votre autorité. Il traîne jour et nuit sa jambe endolorie. Notre médecine n’a d’autre soulagement à lui donner que des antalgiques et des tranquillisants. Grâce à cela il peut dormir quelques minutes de plus lorsque vos policiers viennent le secouer.

Monsieur N. M., demandeur d’asile venu du Nigeria se trouve lui aussi à la rue dans l’attente d’une décision conforme aux conventions internationales.

Messieurs L. K., J. I. et H. G. vivent à la rue depuis des semaines (jusqu’à deux mois), malgré leurs appels répétés au 115.

Nous vous tiendrons informé des situations dont nous avons connaissance et entreprendrons toutes les actions appropriées à accélérer les solutions que nous attendons de vous. Il est en effet inexcusable de laisser des êtres humains dans cette misère alors que la ville de Metz compte huit mille logements libres et que l’État dispose également de bâtiments utilisables.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de ma considération distinguée.

Éric Graff

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik