eric93
Abonné·e de Mediapart

23 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 oct. 2019

La provocation de la PDG de la RATP

À la veille d'un conflit social visant à défendre les régimes spéciaux, la PDG de la RATP voit son salaire atteindre les 450000 euros.

eric93
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le salaire de Catherine Gouillard -PDG de la RATP depuis 2017 en remplacement d'Elisabeth Bornes devenue ministre des transports-  est passé de 400000 à 450000 euros brut annuel, soit :

                                                                                 100/400000x50000 = 12,5 % !

Pour autant, c'est le Ministère des Finances par le Décret n°2012-915 du 26 juillet 2012 qui contrôle et accorde les rémunérations des dirigeants des entreprises publiques.

Le rôle du Conseil d'Administration de la RATP est [de] délibérer sur les grandes orientations stratégiques, économiques, financières ou technologiques de l'entreprise, notamment le contrat avec l'Autorité organisatrice, le Plan d'Entreprise et les décisions dans le cadre du Contrat de Projets Etat-Région. (in Urban Planet-Groupe RATP , le site intranet dédié). Il en a donc été informé.

Au sein de ce Conseil on y trouve pêle-mêle des représentants de l’État, de la Ville de Paris, les représentants des usagers des transports (!) et des représentants élus des organisations syndicales (23 % de votants aux dernières élections de juillet 2019), bref un petit cénacle d'entre soi qui ne rend de compte à personne...et surtout pas aux salariés.

Le salaire de la PDG de la RATP atteint exactement le plafond maximum autorisé par ce fameux décret...450000 euros ! Merci qui ? Merci Macron.

Que ce soit le Conseil d'Administration (voir document) dont la composition laisse perplexe ou les représentants des organisations syndicales (voir le résultat des dernières élections sur le second document), le silence qui accompagne ce fait d'arme peu glorieux pour un Responsable d'une Entreprise Publique à vocation internationale et qui se prétend la "vitrine sociale" du plus important employeur d'Ile de France, ne manquera pas d'être à l'ordre du jour du prochain conflit qui débutera le 5 décembre prochain.

composition du conseil d'administration de la RATP (pdf, 249.4 kB) résultat des élections au Conseil d'Administration de la RATP en juillet 2019 (pdf, 58.7 kB)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES