ermler
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 janv. 2017

Les délices contrariés d'un jeu de massacre

Mardi, un commentateur affirmait que 60% des électeurs du premier tour de la primaire PS se déclaraient de "sensibilité Front de Gauche".... Si de tels chiffres sont avérés, il faut mettre les pendules à l'heure. La probable victoire de Hamon n'est pas due à un quelconque "réveil" de l'électorat socialiste mais à une sur-mobilisation de l'électorat de... Mélenchon.

ermler
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Mardi, un commentateur sur la 5 ( C dans l'air) affirmait que 60% des électeurs du premier tour de la primaire PS se déclaraient de "sensibilité Front de Gauche" et que, donc, de très nombreux sympathisants de La France Insoumise auraient voté pour Hamon ! Beaucoup de commentaires lus sur Médiapart ainsi que des témoignages recueillis dans mon entourage semblent confirmer cette hypothèse. Si de tels chiffres sont avérés, il faut mettre les pendules à l'heure. La probable victoire de Hamon n'est pas due à un quelconque "réveil" de l'électorat socialiste mais à une sur-mobilisation de l'électorat de... Mélenchon.
En jeu, bien sûr, l'"immense plaisir" d'éliminer Valls et de poursuivre ainsi le jeu de massacre qui a déjà fait tomber les têtes de Sarkozy, Juppé, Hollande, Dufflot...!  Exercice de forte jubilation politique, bien excusable par les temps qui courent, qui touche tous les électorats et tous les pays, Cameron, Clinton, Renzi ayant, eux aussi, été "décapités" par le vote populaire.
Je laisse sociologues et politologues continuer à analyser le phénomène "Je vote=ils dégagent" (par ailleurs popularisé par la FI) pour m'intéresser au dernier avatar de cette danse du scalp et à ses conséquences.
Sans ironie blessante, je veux rappeler d'abord  le nombre incalculable de fois où j'ai entendu ou lu (sur Médiapart et ailleurs ) ces deux phrases qui semblaient former un diptyque inséparable :  "Plus jamais je ne voterai pour un socialiste !"  et  "Mon vote sera pour Mélenchon et personne d'autre !"  Et voici que, très probablement, par centaines de milliers, ces "jureurs" devant l'éternité sont allés dimanche dernier se parjurer par deux fois ( et bientôt quatre). Car rappellons que Hamon EST socialiste (membre du PS) et qu'il est quelqu'un D'AUTRE que Mélenchon !
 Et voici qu'autour de moi, certains amis "parjures" commencent déjà à se gratter la tête "Mince ! Mélenchon ou Hamon ? Pour le quel voter à présent ?"

Chaque électeur est bien sûr libre de rompre ses propres serments, ceci n'est pas l'apanage des hommes politiques. Mais peu importe!  Venons au fait. Le fait est que dimanche "la gauche anti-libérale" aura le privilège d'être le seul espace électoral de cette présidentielle qui bénéficiera d'un doublon ! Deux candidats pour, apparemment, le même électorat. Après le délice de l'élimination voici le supplice du choix. Ironie: le second est la conséquence directe du premier. L'euphorie passée voici venu le temps des contorsions, des calculs, des déchirements et peut-être des affrontements "fratricides". Mes amis gratteurs de tête (qui ont voté Hamon pour "virer Valls") viennent à présent me demander quoi faire ! Je  dois leur avouer ma perplexité. Non pas que j'hésite dans mon choix. Mon choix est fait. Car si, à première vue, les deux programmes se ressemblent, de profondes différences existent. Je ne les développe pas ici car j'imagine que, sur cette question, pro- M et pro-H ne manqueront pas dans les prochaines semaines de ferrailler sur Médiapart. J'en frissonne d'avance.
Non. Ma perplexité est liée à la réponse que je dois faire à l'un ou l'autre de ces amis "désorienté". Dois-je le convaincre de se rallier à mon choix (et le sien !) en lui déclinant soigneusement toutes les différences qui séparent les deux faux-jumeaux ou dois-je me contenter de lui balancer une grande baffe sur la nuque en lui disant " grand couillon, va !" ...et puis de l'emmener boire une bière... pour parler d'autre chose ?
Perplexe, vous dis-je.



 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Corruption : un nouveau front potentiellement dévastateur pour Netanyahou
Jugé depuis deux ans pour « corruption », « fraude » et « abus de confiance » par un tribunal de Jérusalem, l’ancien premier ministre israélien devra aussi affronter une commission d’enquête chargée d’établir ses responsabilités dans la plus dévastatrice affaire de corruption de l’histoire d’Israël.
par René Backmann
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni
Journal
Le Balkany catalan dort en prison
Mis en examen en mai dernier pour « extorsion en bande organisée », le maire (DVD) du Barcarès Alain Ferrand a été écroué mardi pour avoir violé de façon répétée son contrôle judiciaire.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica