Oudjat

Perspective & convergence.

« - Lorsque tu te trouves juste au pied d'une des faces de la pyramide et que tu regardes son sommet, alors tu ne vois pas de pointe, pas de convergence. Ton oeil voit un champ de pierres qui emplit ton champ de vision et court jusqu'à l'horizon, parfaite ligne droite au loin dans cette mer de pierres. Tu cherches en vain ce point de cime où poser ton oeil, mais il s'est dissout. Pourtant la pyramide est bien devant toi.

- Que faut-il comprendre ?

- Un indice pour comprendre est à l'intérieur. Dans le corridor qui mène à la chambre. Si tu regardes d'une extrémité l'autre de ce tunnel, tu vois alors que les murs se rapprochent, que plafond et sol convergent. Tu te trouves à nouveau à la base d'une pyramide, regardant vers son sommet, où ton oeil est guidé jusqu'à se poser sur le point de fuite. Cette nouvelle pyramide effilée n'est pourtant que dans ton oeil, pas devant toi. Le corridor est resté rectiligne et parallélépipédique. Tu comprends ?

- C'est la perspective !

- C'est effectivement une perspective que de comprendre. Poser l'oeil au sommet de la pyramide nous aliène au rocher de l'aigle, tel Prométhée et son foie sans cesse dévoré.

- Celui qui est en bas de la montagne veut toujours la gravir, c'est ça ?

- Et la montagne n'existe pas. Il n'y a pas d'oeil au sommet. Ce que tu projettes au loin est ce que tu es déjà ici bas.

- Pourtant...

- Oui c’est ton oeil qui gouverne. »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.