L'indigence à travers le regard de l'escroquerie

Le procès de l'ancien président français Nicolas Sarkozy, de son nom de code Paul Bismuth, permet aisément de revenir sur l'indigence de la justice haïtienne et à posteriori de mesurer la pertinence des récentes analyses sur l'invariance et l'insignifiance de l'innovation judiciaire mise en œuvre en Haïti par les Nations unies.

Mais ironiquement, il se trouve que les mêmes qui font appliquer la loi dans leur pays sont souvent parmi ceux qui promeuvent l'indigence dans les pays du sud. Manifestement, quand un pays, comme la France, qui revendique le statut de pionnier et de champion des droits de l'homme, est contraint de juger un de ses anciens présidents pour escroquerie en bande organisée, cela dit tout sur le glissement de l'État de droit vers cette indigence pour tous, appelée État de passe-droit, que les Occidentaux expérimentent en Haïti depuis des décennies. Mieux encore, cela nous aide à mieux comprendre la justesse des mots de cet ancien président, aujourd'hui proche de l'emprisonnement, qui disait, avec l'arrogance de l'impunité dont l'Homme blanc dispose, que l'homme noir n'était pas suffisamment entré dans l'histoire. Évidemment, il avait raison : car il parlait de l'histoire de l'escroquerie qu’il maitrise à merveille.

Toujours est-il que la justice française joue sa réputation sur ce dossier et elle fait mieux que la justice haïtienne qui est incapable de prononcer la moindre décision de justice honorable depuis son existence. comment terminer ce court message sans rappeler que l’ambassadeur français en Haïti, nommé par l'ex président Nicolas Sarkozy, imprégnait si bien les codes de l’escroquerie qu’il portait en public le bracelet rose des bandits légaux haïtiens qui ont usurpé le pouvoir avec l'aide de la communauté internationale pour justement expérimenter l'indigence.

Et comme un retour de karma implacable dans une règle de trois, l'indigence semble frapper aux portes des puissants :

  • Les élections américaines viennent de se dérouler dans un climat assez proche de celui que l'USAID et l'ONU programment toujours pour les shitholes dont Haïti.
  • La France se fait ouvertement réprimander par les instances internationales pour ses lois liberticides comme lorsque les puissants de ce monde passent des injonctions aux shitholes pour leurs errances.
  • Et on n'est pas loin de voir un ancien président d'un pays dont les hommes d'État se devaient être exemplaires devenir un détenu de droit commun.

L’indigence pour tous n’est pas un concept banal....Surtout quand son enfumage sort par les yeux rougis de l'escroquerie. Les mauvaises langues diront que c'est l'esprit brûlant du feu guide Libyen qui revient de l'enfer et s'acharne à venger ceux qui l'ont si bien escroqué.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.