Erno Renoncourt
Blogueur, Consultant Free Lance en informatique Décisionnelle
Abonné·e de Mediapart

112 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 avr. 2021

De la bêtise à l'indigence au travers d'un artifice

Voici un effort de reliance pour faire émerger, par la complexité d'une réflexion, la structure de l'indigence dans un lien apparemment improbable entre une image de gangsters, une citation sur la bêtise et un concept d'asservissement.

Erno Renoncourt
Blogueur, Consultant Free Lance en informatique Décisionnelle
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

GangStructuréHaïti © Photo Partagée sur les réseaux sociaux

Pour ceux et celles qui doutent encore de la puissance de l’indigence universelle, je viens en donner un avant goût à travers une image, une citation et un concept. Je crée entre les trois, en apparence sans lien, une sorte de reliance pour faire émerger le sens de mon propos sur l'indigence. 

L'image : le gangstérisme structuré

 Voici une image en rapport avec l'actualité haïtienne pour mieux méditer sur l'imposture occidentale. Alors que le monde entier semble être stupéfié par le kidnapping de 2 Français en Haïti depuis dimanche, personne ne semble se demander pourquoi ces gangs sont-ils aussi puissants et intouchables. Personne ne semble se rappeler que depuis 10 ans Haïti vit sous la coupe d'un banditisme d'état promu comme forme de démocratie pour ce peuple d'anciens esclaves par ceux la mêmes qui vantent les vertus des droits humains. Ces gangs sont si bien entretenus qu’ils ont des uniformes. Ils ont posté une vidéo pour exposer leurs armes, leurs munitions et leur troupe. Ceci juste après le kidnapping des religieux, une manière de nous dire qu’ils ont des appuis plus solides que l’on voudrait croire. Hier lundi, à 50 mètres d'un commissariat,  un autre gang ou le même a agi au canapé vert. Ils ont tué un entrepreneur et kidnappé une autre personne. A noter qu'ils circulent dans de luxueux véhicules blindés avec plaque officielle. Ils ont munis d'armes puissantes pour atteindre même les véhicules blindés.

Pourtant, seule la Police haïtienne peut importer des armes sur le territoire et avec l’autorisation du département d’État américain.  Je vous laisse réfléchir d’où viennent ces armes. Et tous les ports du pays sont aux mains des hommes d’affaires d’origine étrangère qui soutiennent le pouvoir en place. Je vous laisse deviner qui transportent ces armes.

Le département d’État vient d’interdire tout voyage de leurs citoyens vers Haïti, mais il continue de demander aux Haïtiens d’aller aux élections et d’aller se faire massacrer. Et oui, voici l’occident dans ses impostures démocratiques. Il s'émeut de sa propre indigence quand elle touche ses citoyens. Mais ce n’est pas cette imposture qui pose problème pour un Haïtien. C'est celle par laquelle ceux et celles ,qui se mettent en posture militante pour combattre cette imposture occidentale, ne comprennent pas aussi que que les diplômes, les titres, les prix, les subventions, les aides qu’ils reçoivent de l‘occident ont la même valeur destructrice pour Haïti que les armes des gangs. Car comment la même institution internationale, qui arme et instrumentalise les gangs pour mieux imposer des choix électoraux indigents pour sa géostratégie, peut-elle débloquer des fonds pour une aide technique, académique, technologique, économique et culturelle qui serait profitable au même pays qu'elle shitholise ?

Allez dire aux gangs de déposer leurs armes, allez dire aux médaillés de rendre leurs médailles, allez dire aux diplômés de remettre leurs diplômes, allez dire aux subventionnés de renoncer à leurs subventions, allez dire aux assistés de renoncer à leur assistance ; personne ne vous écoutera. Chacun tient à la réussite que le système lui procure. C’est ce qu’on appelle des logiques de réussite précaires et enchevêtrées : on vous apporte une ressource qui ne peut que contribuer à votre perte en croyant qu’elle vous fait du bien, car vous en avez besoin. On a créé la précarité et on vous a donné les adjuvants pour vous précipiter dans le gouffre  C’est la base de la structure de l’indigence. Le système enfume la conscience de chaque groupe et de chacun et empêche ainsi toute solidarité agissante, toute intelligence pour le combattre. Pierre Bourdieu disait que l’essence du néolibéralisme est d’affaiblir la résistance des peuples pour permettre au libre marché de s’imposer comme la seule valeur. C'est justement ce qui s'expérimente en Haïti, on modélise le futur Homme Amoindri qui sera assisté par l’Intelligence artificielle. Ah, vous croyez que je divague. Mais, attendez un peu pour voir la puissance de la bêtise.

La citation : sur la bêtise universelle

Je vous laisse méditer aussi cette citation de Philippe Gelluck qui nous rappelle qu’il suffit d'un peu de bêtise en un lieu pour que toute l'intelligence s’effondre. La citation dit que "La bêtise est nettement supérieure à l'intelligence car toute l'intelligence du monde ne permettra jamais de comprendre la bêtise universelle, tandis qu'un peu de bêtise suffit amplement à ne pas comprendre quoi que ce soit d'intelligent". Voilà pourquoi il est si difficile aux gens de prendre conscience de la spirale de l'indigence. Car la bêtise attire plus que l'intelligence. La bêtise a des ressources infinies de simplicité et de duplicité.  L'intelligence demande beaucoup d'effort pour être entretenue, beaucoup de sacrifices, de prises de risque, de courage et d'authenticité. Alors que la bêtise se contente de silence, de soumission, de passivité, de la tranquillité, de servilité. Des médiocrités plus immédiatement mobilisables. La personne authentique ne modifiera pas sa posture éthique selon qu'elle soit en face d'une personne puissante ou faible. Elle verra dans les deux la même valeur humaine. La personne indigente adaptera sa posture pour plaire à la personne puissante et pour mépriser, dompter, asservir la personne faible.  La grandeur, comme l'intelligence se mesure à l'attitude qu'on a devant les personnes faibles. Si l'occident n'était pas profondément indigent dans ses gênes, il aurait appris à traiter les peuples faibles avec pus d'humanité.

Le concept : l'asservité

Dans leur imposture, les maitres du monde préparent si bien le monde indigent d’après, qu’ils ont inventé un concept subtil appelé ASSERVITÉ comme versant comportemental opposé à l’agressivité. Quelqu’un, comme moi, toujours prompt à affirmer sa dignité, son orgueil, sa fierté de pauvre (Ah oui, les pauvres ont leur noblesse) et son authenticité est un agressif. Pour neutraliser, maitriser, soumettre et dompter cette agressivité, on me fera comprendre qu'il vaut mieux passer par l'asservité. Dois-je vous faire remarquer que dans asservité, il y a ASSERVIR ? Quand on a dans la mémoire de ses gènes 3 siècles d’asservissement et 2 siècles de manipulation, imposés par ceux là mêmes qui vous donnent des leçons comportementales, on ne saurait sans indigence renoncer à son agressivité contre ce monde si inhumain dans ses bonnes intentions.

À ceux et celles qui veulent comprendre comment  fonctionne la culture occidentale, je recommande cet petit ouvrage d’Eric Hazan  LQR La propagande au Quotidien. L’auteur nous raconte comment se fait le dépouillement de sens dans cette culture. Une sorte de langue officielle appelée Lingua Quintae Republicae, portée par des chercheurs, a pris naissance dans le but d’évider la conscience humaine du pauvre de ses capacités de résistance. Un monde artificiellement structuré et simplifié s’ouvre devant nous. Dans ce monde artificiel, il n’y a plus d’opprimés, mais des vulnérables. Car opprimé est agressif et suppose qu’il y a un agresseur. Or dans vulnérable, personne n’est en cause, on neutralise ainsi l’agressivité. On ne voit pas les individus, on voit la structure comme abstraction juridique. On ne peut pas lutter efficacement contre ce qu’on ne voit pas. Vous voyez comment les structures se reproduisent dans la conscience.

La meilleure façon d'asservir l'humanité est de la déposséder de ce qu'elle a d’authentique pour y mettre un artifice. Ainsi, l’Intelligence Humaine sera remplacée par l’Intelligence Artificielle : vous n’aurez plus besoin de penser, un artifice sera là pour vous assister. Vous n'aurez plus besoin d’expérimenter vos intuitions par des expériences sensibles, un androïde a mémorisé vos données.  Pendant des années vous avez transféré toutes vos données à cet artifice, il vous a dépouillé et vous assistera. Vous voilà libéré de nombreux fardeaux, mais à quoi sera consacré ce temps humain libre ? Mais à quoi servira l'intelligence humaine si elle est stockée dans une mémoire artificielle ?

Ah, souvenez vous de la gentille équation de M. Idriss Aberkane qui modélise le flux de la connaissance par l'élégante formule φ(k) ∝ At : le flux de la connaissance est proportionnel à l'attention et au temps. Empressons-nous de dire que cette équation est incomplète, car les ressources attentionnelles ne produisent pas de connaissance. Elles permettent de stocker des données observées dans la mémoire à court terme du cerveau humain t disparaitront si aucun usage n'en est fait. Il faut donc un traitement induit par des ressources processuelles à travers une résonance appelée a devenir connaissance ou expérience. Voilà pourquoi les êtres silencieux, tranquilles et soumis, tout bardés de diplômes, sont de potentiels incompétents. Car l'intelligence est une activité cognitive induite par la résonance entre un savoir stocké et un traitement donné. Si le temps humain est privé de toute activité intelligente, et s'il est infini, il n'y a plus de connaissance, mais un grand vide cognitif. Et dans ce vide résiduel immense émergera l’Indigence Humaine…pour un plan de servitude des Hommes Amoindris au service des Hommes Augmentés.

J'admets que mon discours nécessite une dose de folie pour le partager, car il oblige à se placer dans l'anticipation et val complexité. Ce qui n'est pas évident. De fait, l’incapacité à se placer dans l’anticipation, en mobilisant ses ressources cognitives, pour trouver les postures agressives afin de faire face aux stimulus d’asservissement de son écosystème est la plus grande des défaillances humaines. Seul l’exercice de la pensée complexe, comme réel paradigme, de l'homme régénéré, peut nous en prémunir (E. Morin).

Or si l’on croit Morin, il n’y aucune université au monde qui enseigne la complexité. Car l’aptitude à penser dans la complexité ne se développe qu’à travers l’intelligence naturelle comme part de l’intelligence universelle. On ne la trouve qu’en puisant au fond de soi et en étant à l’écoute des stimulus de son écosystème. C’est pour cela que nous sommes dotés de capteurs sensoriels qui alimentent de données notre conscience. Pour que cette conscience soit activement créative, il faut  qu'elle soit intranquille; ce qui demande de l’attention, de l’intuition, de l’imagination, de l’anticipation. Or ces ressources cognitives ne sont pas dans les livres, on ne les trouve qu’en apprenant "à dialoguer avec les incertitudes" ( E.Morin) et les erreurs. Voilà pourquoi, malgré les légions de diplômés, tout reste médiocre en Haïti.  Ils cherchent dans les livres, ce qui est au plus profond d’eux. Mais comme ils sont en permanente imposture pour réussir, l'enfumage de leur réussite précaire leur interdit toute disponibilité pour être à l'écoute de leur conscience. D’où leur incapacité à comprendre l'exigence éthique nécessaire pour sortir de l’indigence. L’intelligence n’est pas un artifice de savoir, ce n’est qu’une étincelle qui scintille dans la nuit obscure pour trouver la brèche vers l'inespéré. Et nul ne peut s’enflammer de cette éclaircie sans être illuminé de l’intérieur.

Pour en savoir plus, visitez notre blogue pour trouver les annonces de publication du récit de l’Humaine défaillance.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
En Colombie, Francia Márquez, première afro-descendante à la vice-présidence, suscite l’espoir
Francia Márquez entre en fonctions aux côtés du nouveau président Gustavo Petro dimanche 7 août. Cette femme noire et activiste écoféministe a promis d’« éradiquer le patriarcat » en Colombie et de lutter contre les discriminations, mais les écueils seront nombreux.
par Sophie Boutboul
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente-deux morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent une enfant de 5 ans et un chef du groupe armé palestinien Djihad islamique palestinien, ont annoncé les autorités sanitaires locales. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive » contre le Djihad islamique palestinien.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous