Erno Renoncourt
Blogueur, Consultant Free Lance en informatique Décisionnelle
Abonné·e de Mediapart

118 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 mars 2021

Erno Renoncourt
Blogueur, Consultant Free Lance en informatique Décisionnelle
Abonné·e de Mediapart

Mise en contexte sur l'article relatif à la vision Apocalyptique des La Lime

Monsieur Thomas Lalime m'a écrit en privé pour m'insulter pour mon article en réaction au sien. Par cette note j'apporte un éclairage pour dissiper le malentendu qu’évoque à ses yeux le titre et un certain passage de mon texte.

Erno Renoncourt
Blogueur, Consultant Free Lance en informatique Décisionnelle
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'économiste Thomas Lalime, auteur du texte sur les gangs et l'avenir d'Haïti, paru dans le Nouvelliste du 15 mars 2021, semble ne pas apprécier la tournure plaisante, par laquelle dans mon plus récent article, j'associe son nom de famille à celui de Helen La Lime qui est la représentante du Bureau Intégré des Nations Unies en Haïti.

Je tiens par cette note à lui présenter mes excuses pour le tort qu'une telle association pourrait lui causer, selon lui. Et j'en profite pour clarifier qu'il n'y a pas eu d'intention malsaine ou malhonnête de ma part en faisant rimer ''Lalime'' de Thomas à ''La Lime'' d'Helen. Je me suis seulement laissé emporter par le délire d'une bonne vanne que les plus fins d'esprit n'ont pas manqué de  relever. Mais comme l'humour est affaire d'esprit et ne court pas les rues, il se pourrait que ce trait plaisant échappe à d'autres qui se contenterait de retenir l'apparente homonymie.

J'ose espérer que la largesse d'esprit du docteur en économie qu'est Monsieur Thomas Lalime lui permettra de comprendre que la fantaisie, même quand elle ne plait pas aux esprits très sérieux, reste une marque d'expression de la liberté de penser envers laquelle l'exercice démocratique exige une certaine tolérance. Qu'importe le coût pour les égos surdimensionnés. Car  comme l'a justement fait remarqué Edgar Morin, dans son livre Les sept savoirs nécessaires à l'éducation du futur ,  "La tolérance comporte une souffrance à supporter l'expression d'idées, selon nous, néfastes, et une volonté d'assumer cette souffrance". 

Cela dit étant dit, il est rassurant de garder l'utopie qu'un brillant universitaire puisse tolérer qu'un idiot et un fou, comme l'anonyme citoyen intranquille que je suis,  puisse exprimer des vues contradictoires et contester son expertise. Après tout, si mon texte de réaction contient des amalgames qui heurtent la vérité, pêchent contre l'honnêteté  et attaquent l'intégrité de Monsieur Thomas Lalime, il a suffisamment de compétence pour les relever afin que je puisse rectifier ou expliquer mon propos. Il n'a pas besoin de m'insulter en privé. Et en accord avec l'idée de mon texte, je continue de demander si les gangs sont vraiment la seule menace pour Haïti. Car, si un brillant universitaire ne peut pas tolérer qu'un idiot conteste sa pensée, toute experte que celle-ci puisse être, comment peut-il être crédible dans ses analyses et ses inquiétudes sur les gangs armés qui font régner la violence par la puissance de leurs armes ?

J'avoue avoir été secoué davantage par la violence de la réaction de Monsieur Thomas Lalime en privé. J’espère avoir dissipé le malentendu sur la rime flippante entre Lalime de Thomas, notre brillant économiste et La Lime d'Helen, l'égérie du gangstérisme d'état haïtien. Monsieur  Thomas Lalime semble s’inquiéter de mon état de santé mentale, pour avoir osé une fois de plus réagi à un de ses articles. Je veux lui dire, comme je l'ai déjà fait en privé en citant Edgar Morin "la démence n'est que la rançon de la sapience". Dans un pays qui plonge vers le gouffre en faisant la fête, garder sa raison est un signe de totale d'indigence.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le ministre Éric Dupond-Moretti est renvoyé devant la Cour de justice
Éric Dupond-Moretti devient le tout premier ministre de la justice en exercice à être renvoyé devant la Cour de justice de la République pour des faits commis dans l’exercice de ses fonctions. Le garde des Sceaux est accusé de « prise illégale d’intérêts » après avoir fait pression sur plusieurs magistrats anticorruption.
par Michel Deléan
Journal — Gauche(s)
Au-delà de l’affaire Bayou, la vague écoféministe secoue les Verts
Les écologistes réunis en conseil fédéral ont pris date pour leur prochain congrès sur fond de sidération face à l’affaire Bayou. Plus profondément, la place du courant écoféministe incarné par Sandrine Rousseau bouleverse les habitudes du parti.
par Mathieu Dejean
Journal
Damien Abad à l’Assemblée : un retour en toute impunité
Alors qu’ils ont poussé des hauts cris à propos de l’affaire Quatennens, les députés de Renaissance affirment n’avoir aucun mal à accueillir l’ancien ministre des solidarités au Palais-Bourbon, malgré les accusations de viol ou de tentative de viol qui le visent. Une question, disent-ils, de « présomption d’innocence ».
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — International
Lula en tête, Bolsonaro résiste
Si Lula rassemble 48,4 % des voix au premier tour, Bolsonaro crée la surprise en dépassant les 43 %. La vigueur de l’extrême droite se retrouve aux élections législatives et des gouverneurs locaux qui se déroulaient aussi dimanche. Le mois de campagne qui reste s’annonce tendu.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost