Tout ça pour ça !

Et voilà : acculé par les faits, M. Woerth est obligé de se rendre à l'évidence. Allons y à pied, prenons notre temps. Et l'excuse qu'il invoque surprendra tout le monde : mais tout le monde y fait ça, M'sieur ! Ben oui, j'ai menti, mais tout le monde le fait, alors... Douze ans. On croirait une môme du collège pris la main dans le sac qui nie, effrontément...

"De tous les esprits qui nient, celui que je préfère est l'esprit de ruse et de malice, car il peut au besoin créer." (Faust, Dieu parlant de Méphistophélès) Force est de constater que M. Woerth n'aura pas inventé grand chose. En bretagne, on dit d'un type pas finaud qu'il n'a "pas inventé la marée basse". Mais qu'est-ce qu'on apprend donc a l'ENA à part avoir raison même quand on a tort, le déni de la réalité et les raisonnements de Jésuite ? Je me perds en conjectures. Trois ans d'études intensives après trois à cinq ans de prépa, en moyenne...

Toutes les "grandes écoles", et même les écoles d'ingénieurs et de commerce enseignent la logomachie. J'y suis passé, et je n'en finis pas d'essayer de la désapprendre. Mes enfants m'engueulent encore en me disant que je parle et que je n'écoute rien. Mais c'est comme ça , en six ou sept ans de "dressage", qu'on apprend à vendre un projet d'architecte à des maîtres d'ouvrage. Le tir de barrage, la mauvaise foi, noyer le poisson... Tout. Il y a même une technique pour camoufler sur les plans une erreur de cote cumulée : on dessine un arbre devant. Et on pique les idées des autres. En argot d'architecte, copier se dit "biter". D'où l'expression "imbitable". On disait aussi, quai Malaquais, que "l'Architecture est l'art de la bitation".

C'est très Français, cette culture du "Sachant" péremptoire, qui fait que la plupart des peuples anglo-saxons trouvent les Français "prétentieux" ou "donneurs de leçons".

Que peut-bien faire M. Woerth, à ce point de carbonisation politique ? Espérons qu'il n'attente pas à ses jours. Je vois mal un accord avec l'UMP et Mme Betteencourt pour le remboursement des sommes frauduleusement perçues, et encore plus mal une destitution du président, s'il s'avère que sa campagne en a bénéficié...

Des travaux d'intérêt général ? Equiper des terrains pour gens du Voyage, peut-être ? Ca aurait une certaine allure. Rêvons un peu... M. Woerth, en bleu de travail, raccordant des tuyaux pour amener l'eau et installer des sanitaires... Ca le changerait du "cash-flow".

Frank Zappa chantait dans "Flakes" (Sheik Yerbouti) :

Well, the toilet went out yesterday afternoon

The plummer he said : never flush a tampoon !

This great information costed me half a week's pay,

And the toilet blew out, later on the next day..."

Pour nous, j'ai peur que ça ne nous coûte plus qu'une demi-semaine de paie...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.