L'état de l'eau en Bretagne

L'édition 2014 de "L'environnement en Bretagne, carte et chiffres clés", réalisé par le GIP Bretagne Environnement (http://www.observatoire-eau-bretagne.fr/Media/Breves/Les-chiffres-cles-les-plus-recents-sur-l-environnement-en-Bretagne) est sorti il y a peu. Consultable et téléchargeable en ligne, nous en avons extrait quelques éléments concernant l'eau en Bretagne1. Ils permettent de saisir les enjeux de la gestion de l'eau sur le territoire.

De la quantité

Le premier chiffre qui donne le vertige, ce sont les 268 millions de m3 d'eau qui ont été prélevés pour des usages en premier lieu domestiques. Heureusement qu'après quelques mois de déficit pluviométrique, les pluies ont permis un retour à la normale. Ce qui n'a pas empêché la situation du débit des rivières de connaître un bilan contrasté entre sécheresses marquées et crues importantes. Quant à la situation des eaux souterraines, contenues dans des réservoirs aquifères de petites dimensions, elle peut être considérée comme moyenne2.

Evolution des prélévements d'eau

De la qualité

La principale cause d'altération des eaux brutes souterraines, c'est-à-dire avant traitement de potabilisation, est la présence de nitrates. 15 des 54 stations de contrôle bretonnes dépassaient en effet la norme des 50 mg/l. Insecticides et désherbants complètent le tableau des causes de dégradations.

Dans les cours d'eau, la teneur en nitrates décroît régulièrement depuis les années 2000 pour atteindre 93 % des stations présentant une concentration inférieure à 50mg/l. Cependant, 74 % sont en état médiocre (entre 25 et 50 mg/l) ce qui constitue une situation préoccupante. Préoccupante, c'est aussi le cas de la situation de la contamination par les pesticides des eaux de rivières. Globalement, poissons, plantes aquatiques, petits animaux du fond de nos rivières et autres microalgues trouvent dans les cours d'eaux des conditions de vie correctes.

Dégradation des milieux aquatiques en Bretagne

Et l'eau potable ?

40 paramètres sont régulièrement mesurés dans l'eau distribuée au robinet. Ce qui en fait l'un des aliments les plus surveillés. On retrouve parmi ces paramètres, la microbiologie, les nitrates et les pesticides. Pour connaître la liste complète des paramètres mesurés, visitez cette page du journal officiel : http://petitlien.fr/84sx.

Corollaire de la baisse des nitrates dans les eaux brutes, seules 3 communes bretonnes ont connu des dépassements de seuil durant quelques jours. Concernant les pesticides, ce sont 25 communes qui ont eu une eau impropre. Pour connaître la dernière analyse d'eau dans votre commune, consultez ce site : http://www.sante.gouv.fr/qualite-de-l-eau-potable

De la nécessité de poursuivre les efforts

Des efforts restent donc à réaliser pour améliorer la qualité de l'eau et atteindre 100 % de bon état en 2027 afin de répondre aux objectifs de la directive cadre sur l'eau retranscrite dans le droit français.

Les actions menées ces prochaines années répondront aux orientations portées par le Sdage3. Ce plan d'orientations dure 6 ans et l'actuel prend fin en 2015. Un nouveau Sdage est en projet pour la période 2016-2021. il est actuellement et jusqu'au 18 juin soumis à consultation des citoyens. Pour donner votre avis sur les orientations à prendre pour une meilleure qualité des eaux en Bretagne, n'hésitez pas à vous rendre sur le site de la consultation publique : http://www.prenons-soin-de-leau.fr/cms/accueil/le-bon-etat-des-eaux/votre-avis-sur-leau/donnez-votre-avis.html

1La plupart des chiffres datent de 2012

2En août 2013

3Pour schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.