La législation sur les produits phytosanitaires évolue (et c'est tant mieux!)

La limitation de l'usage des pesticides et des biocides est un enjeu majeur pour la qualité de l'eau. Leur utilisation est l'objet de batailles liées aux risques directs qu'ils font peser sur les personnes et sur l'environnement. Dans ce domaine, la loi évolue.

Tirer pour tuer © Inconnu Tirer pour tuer © Inconnu

Quant au sait que 1 seul gramme de la substance active d'un pesticide suffit pour rendre impropre à la consommation 10 000 m3 d'eau, soit l'équivalent de 3 piscines olympiques, soit la consommation de 50 foyers de 4 personnes pendant un an, on comprend que ces substances fassent l'objet de luttes passionnées. Ajoutons que 1 gramme de pesticide suffit aussi à polluer un ruisseau de 1 mètre de large et de 1 mètre de profondeur sur 10 km !

Que représente l'usage des pesticides aujourd'hui ?

Si leur consommation a commencé à baisser depuis 2012, les jardiniers amateurs en consomment encore 8 000 tonnes par an en France. Ce qui représente environ 7 % de la consommation totale. Le principe actif le plus vendu est le glyphosate. De plus il est souvent reproché au jardinier d'avoir la main lourde dans leur utilisation.

La loi change...

Dernièrement la législation a évolué concernant les produits phytopharmaceutiques, ces produits qui étymologiquement servent à soigner les plantes. Dès le 1er janvier 2017, le libre-service sera supprimé pour les produits phytophamarceutiques* destinés à des utilisateurs non professionnels, hors produits de biocontrôle et substances de base comme le vinaigre, le fructose, les lécithines... A cette date également, les collectivités se verront interdire l'utilisation des produits phytopharmarceutiques. Cette interdiction sera étendue aux particuliers le 1er janvier 2019.

Différence entre biocides et pesticides © Erwan Person Différence entre biocides et pesticides © Erwan Person

 Qu'est-ce qu'un produit de biocontrôle ?

Selon le ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt, « le biocontrôle est un ensemble de méthodes de protection des végétaux par l’utilisation de mécanismes naturels. Seules ou associées à d’autres moyens de protection des plantes, ces techniques sont fondées sur les mécanismes et interactions qui régissent les relations entre espèces dans le milieu naturel. Ainsi, le principe du biocontrôle repose sur la gestion des équilibres des populations d’agresseurs plutôt que sur leur éradication ».

Il s'agit de solutions difficiles à produire et à utiliser, comme des insectes (les coccinelles mangent les pucerons, le trichogramme lutte contre la pyrale du maïs...), des champignons, bactéries, algues ou phéromones. Les sociétés spécialisées dans le biocontrôle veulent conquérir en France 15% du marché de la protection des plantes en trois ans.

Qu'est-ce qu'une substance de base ?

Ce sont des substances qui sont initialement destinées à d'autres fins (aliments, produits de nettoyage...) mais qui peuvent également être utilisées à des fins phytosanitaires. La plus célèbre des substances de base est peut-être le vinaigre qui vient d'être reconnu comme pouvant être utilisé dans le traitement des plantes. Ces substances ne sont pas neutres et se retrouvent dans la chaîne alimentaire, elles doivent donc être aussi utilisées de manière correcte.

La ville de Paris a d'ores et déjà indiquer vouloir utiliser le vinaigre pour désinfecter les outils de taille des végétaux. Mais on peut également l'utiliser pour éliminer les bactéries et les champignons.

Un certain nombre de freins liés à l’ancienne réglementation sont levés. Ainsi l'utilisation de ce que l'on appelait les produits naturels non préoccupants**, les PNP (purin d'ortie ; extrait de sureau ; argile ; vinaigre blanc ; extrait d'ail) n’entraîneront plus de poursuites contre les paysans utilisant ces substances.

Du côté des professionnels : un nouveau plan écophyto

Concernant les professionnels et notamment les agriculteurs, si là encore, on note une baisse dans l'usage des produits phytosanitaires, on reste loin des objectifs initiaux du plan Ecophyto, lancé en 2008 après le Grenelle de l'Environnement. Il visait une réduction de moitié de l'usage des pesticides d'ici 2018. Un nouveau plan Ecophyto2 est sur les rails et réaffirme cet objectif.


* Différenciation avec les biocides L'organisme cible du produit biocide agit contre l'homme ou d'autres produits que des plantes. http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Frontiere_Phyto-Biocides.pdf

** http://www.aspro-pnpp.org/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.