esko
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mai 2008

Un an c'est assez, Bayrou démission !

esko
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Certes, nous vivons des moments difficiles dans tous les domaines, et notre président doit faire face à de nombreuses critiques, parfois justifiées.
Mais quelle que soit notre mauvaise humeur, il faut savoir relativiser, et réfléchir un peu à quoi nous avons échappé: avez-vous seulement imaginé la situation si, par malheur, Bayrou avait été élu?
C'était "LE PIRE DES CANDIDATS".

Des preuves ? Pas besoin de preuves, c'est une personnalité i-na-tta-qua-ble qui a dit cela : Simone VEIL.

Et si vous émettiez le moindre doute, la moindre réserve,le "MRAP-ET-LA-LIGUE-DES-DROITS-DE-L-HOMME" sauraient intenter les actions en justice qui s'imposent devant ces relents d'antisémitisme.
Des exemples?
- et d'abord avec quelle majorité aurait-il gouverné? avec des ministres et des parlementaires avides d'honneur et peu regardants, pourquoi pas des ministres socialistes ! On se pince! Au bout d'un an, ses plus fidèles supporters supporters lui auraient tourné le dos, tandis que ce pitoyable clown continuerait de rendre coupables de son lamentable échec, en vrac : mai 68, les 35 heures, Chirac le fénéant, la guerre de cent ans, ...
- à l'international, cet ancien démocrate chrétien à la Lecanuet aurait été se jeter dans les bras de Bush et de l'OTAN, personne n'en doute
- question laïcité, cette grenouille de bénitier aurait couru se vautrer aux pieds du pape à peine élu. Et en bon ratichon, il aurait aussi dragué sans complexe les ayatollahs des autres religions : les intégristes musulmans, rael, il se serait même affiché avec les scientologues? Tiens, je parie qu'il aurait tenu un quasi-conseil des ministres au CRIF, voulant à tout prix battre le record de Raffarin (17 ministres). Dieu nous a préservé de ces horreurs!
- et les droits de l'homme? j'en frémis: ce renégat aurait fait défiler sur les Champs-Elysées Khadafi, les FARC, et qui encore? Aurait-il osé serrer la pogne à Poutine? On peut hélas le craindre
- quant à l'éthique personnelle, il aurait sûrement largué sa femme Germaine, une cinquantenaire un peu frippée, avec 6 enfants en bas âge, et vous savez quoi? Lubrique comme on le connait, il aurait immédiatement épousé une créature, voire carrément une salope avec qui il nous aurait représenté à l'étranger! La honte !
Quel fumier quand même, ce Bayrou, quand on y pense!
Mais, pourriez-vous m'objecter, Bayrou n'a rien fait de tout ce que j'ai écrit plus haut? Ben alors, il ne manquerait plus que çà!


Il faut immédiatement manifester pour éviter cet atroce cauchemar: BAYROU DEMISSION !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas. Une enquête à lire et à regarder.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal
Dans l’Essonne, un « harcèlement discriminatoire » par amendes interposées
Au printemps 2020, trente-deux habitants d’Epinay-sous-Sénart ont reçu des dizaines de contraventions pour des sorties injustifiées pendant le confinement. Affirmant avoir été verbalisés à distance par la police municipale, une pratique illégale, ils ont saisi le Défenseur des droits.
par Camille Polloni et David Perrotin
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La socialiste et le partisan de la Remontada ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche pour la présidentielle, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi