espinosa.c
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 janv. 2022

Nous, les irréductibles créateurs de l'intérêt général

Continuer à détruire l'intérêt général ne se fera pas avec notre consentement. Des millions de journées de luttes, d'actions, de marches forment un volcan impossible à éteindre sous l'avalanche des lois sécuritaires et des états d'exception. La notion d'intérêt général n'est pas tombée du ciel. Aujourd'hui à nouveau nous la défendons contre l'État.

espinosa.c
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

TOUS EN GRÈVE le jeudi 27 janvier 2022 © UL CGT Boucau Tarnos

Continuer à détruire l'intérêt général ne se fera pas avec notre consentement. Des millions de journées de luttes, d'actions, de marches forment un volcan impossible à éteindre sous l'avalanche des lois sécuritaires et des états d'exception. La notion d'intérêt général n'est pas tombée du ciel. Aujourd'hui à nouveau nous la défendons contre l'État. À nous de la placer sur le devant de la scène, à nous d'en poser la définition, et d'en assumer la direction.

En 1871, le projet politique et économique de la Commune est aux antipodes de l’Etat impérial ou même de l’État Républicain. C'est contre l' État que la Commune a exprimé le projet d’une nouvelle modalité d’organisation de la production et de la protection sociale.(1)

En 1946, c'est à nouveau contre l'État que la sécurité sociale voit le jour. C'est la mise en œuvre d’un autogouvernement dirigé par le monde du travail. Le pouvoir politique et économique est assumé par les producteurs eux-mêmes.(1)

Jusqu'en 1946, l'État n'en a eu que faire de la protection sociale. Fidèle serviteur du capital, les paroles de Thiers en 1850 lui servent de boussole: « Ainsi à côté de la précarité, condition inévitable des travailleurs, se trouve placée la solidarité. Mais attention le travailleur précaire que nous rencontrons sur notre chemin, qui touche notre cœur, dont la vue nous arrache un sacrifice, n'a cependant pas le droit de nous forcer à le secourir. S'il voulait nous contraindre à venir à son secours, nous extorquer ce que nous sommes portés à lui donner, ce ne serait plus un être sacré, ce serait un malfaiteur. »(2)

Et depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, l'histoire de l'État providence français a consisté à nous déposséder du pouvoir politique d'autogouvernement que nous avions conquis. La marchandisation des politiques sociales et des fonctions publiques, la destruction du code du travail, institue à nouveau l'État comme le prédateur majeur de la société civile.(1)

Ce jeudi 27 janvier 2022

Ce jeudi 27 janvier, salariés du public et du privé, étudiants, retraités, privés d’emploi, appel est lancé à nouveau à poursuivre la lutte. Une autre répartition des richesses est nécessaire pour nos besoins sociaux, pour nos salaires, pour nos emplois, pour nos conditions de travail et de vie.

Pendant des années patronat et gouvernement nous ont fait croire qu'il n'y avait pas d'argent, mais depuis des mois, le gouvernement donne des milliards aux entreprises sans condition sociale ni contrôle. Oui l'argent existe … pour les riches. En 2021, plus de 300 milliards d’euros ont été captés par les 500 plus grandes fortunes. La part des bénéfices versée aux actionnaires est passée de 30 % à 85 % en quarante ans. 210 milliards d’euros ont été versés aux entreprises dans le cadre des plans d’urgence et de relance liés à la pandémie.

Revendiquons ensemble :

Un statut général du travailleur attaché à la personne dès l'âge de la majorité avec un salaire à vie.

L'augmentation immédiate à minima de 300€ des salaires, traitements, pensions, minima sociaux et l'égalité salariale femmes/hommes.

Le déblocage du point d'indice dans la fonction publique et rattrapage du pouvoir d'achat perdu depuis 10 ans.

La réduction du temps de travail à 32 heures sans perte de salaire (c'est la création de 4,5 millions d’emplois).

Une loi interdisant les dividendes et les grandes fortunes.

Une loi interdisant les licenciements.

L'investissement massif pour des Services Publics de qualité et de proximité, avec des personnels à statut garantissant l'accès aux droits de la population (Santé, Éducation, Énergie, Transport, Communication, Culture, …).

Une Sécurité Sociale financée par les cotisations sociales garantissant notre salaire socialisé pour

préserver les prestations de l'Assurance maladie, des Allocations Familiales, des Retraites et de l'Assurance Chômage.

L'abandon de la loi de la Transformation Publique et des 1607 heures obligatoires dans la fonction publique territoriale.

Le maintien et renforcement du statut de la fonction publique et abandon du code de la fonction publique.

_____________________________

(1) La Sociale contre l'Etat providence. Prédation et protection sociale (archives-ouvertes.fr)

(2) Rapport général présenté par M. Thiers au nom de la Commission de l ... : France. Assemblée nationale législative (1849-1851), Adolphe Thiers : Free Download, Borrow, and Streaming : Internet Archive

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA