Souffle frais après le fétide.

YouTube

" T'ias voulu voir Vierzon et tu as vu Vierzon, t'ias voulu voir Limoges et tu as vu Limoges, tu viens de voir Toulouse et tu vas continuer sur Marseille avant de débarquer le "CONquis-tas-d'or" , le 22 au soir.

Je crois à ce Fleuve qui déboule de la rue France, parti de 1789 jusqu'en 1936, passé par les détours de la Résistance,  silencieux sous les "Glorieuses capitalistes, il rugit encore. On le croyait tari sous la résignation, il se gonfle au seul signal de "LIBERTE, EGALITE,FRATERNITE", on le voyait rampant le long des berges molles, il court au seul nom de REPUBLIQUE menacée par l'aventurier  qui l'a prise en otage pour échapper au bagne, continue à caracoler en ce printemps , sans te soucier de ceux qui veulent t'entraver et te soumettre, tu sais que tu portes nos rêves!   Ce souffle est peut-être Hugolien, il n'en n'est pas moins salutaire et réel . Victor tu peux sortir heureux de ce  corps, La Méluche et nous mêmes ne t'avons jamais oublié, tu es notre identité frondeuse, c'est beau cette marée humaine , comme ta poésie Victor , elle traverse la légende des siècles qui perd son temps à réunir   les hommes.  "Puisque  la liberté consiste à choisir entre deux esclavages : l'égoïsme et la conscience. Celui qui choisit la conscience est l'homme libre."V hugo.

Le Mélenchanteur ,quelque soit le résultat des élections, aux âmes de Gauche  aura redonné leurs consciences . Il aura redonné confiance aux consciences asservies à l'égoïsme capitaliste  , aux consciences qui n'étaient plus politiques, il indique que leurs choix est la seule expression de leur liberté . Ce peuple qui avait oublié les vibrations de sa propre voix recommence à s'écouter en se parlant, il sait qu'il est multiple mais semblable par ce "quelque chose" qui le rendrait meilleur que l'assignation à servage passif où il est retenu depuis trop longtemps, cette révolution dans l'enveloppe lui rendra son honneur citoyen, pour lui , le compte est dèja bon.

Aujourd'hui à Toulouse , " il pousse un peu sa corne" , il n'en faudra pas plus pour que le rose s'empourpre.

Le front de Gauche parle au peuple dans la rue, le Front de Droite  pense à  réprimer la populace dans la rue,  choisis ton camp Camarade!

"La populace ne peut faire que des émeutes. Pour faire une révolution, il faut un peuple."V hugo. Il semblerait qu'on l'ait  retrouvé!


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.