Non à la justice de Classes!

Sans doute un coup de glaive dans la boue républicainne, peu importe, dans le cadre de ma thérapie personnelle, je me devais d'apaiser mes tensions internes en pétitionnant!

Que ceux qui suivent la même thérapie de groupe veuillent bien se montrer solidaires avec ma hargne du jour, sur le moment ça soulage!

Voici le lien:http://www.petitions24.net/non_a_la_justice_de_classes#form

Voici le contenu:humor66.jpg

Comparutions immédiates pour l’une et instructions pluri décennales pour l’autre.

Nous demandons pour tous  les citoyens Français l'exercice non entravé d'une même  justice, égale et unique, sans tribunaux d’exception.

Si je me réfère aux définitions qui caractérisent le ministère de la Justice, il est écrit: «  Au-delà de ses attributions purement administratives, le ministère de la Justice est un ministère du droit, doté de compétences techniques consistant notamment dans la préparation des textes législatifs ou réglementaires : la Direction des affaires civiles et du sceau élabore les projets de réforme en matière de droit privé, la Direction des affaires criminelles et des grâces se charge de la matière pénale et de l’action publique. »

Au nom d’un  légitime débat, en mon nom,  accompagné de ceux encore silencieux de nombreux concitoyens, je demande que nos élus ( actuels ou anciens), tous les intervenants dans la "res-publica" , à tous les niveaux hiérarchiques, toutes personnes jouissant d'un statut , d'une renommée , de privilèges et de réseaux, en relation avec notre république , soient traités par les procédures judiciaires en cours comme des citoyens ordinaires, sans tribunaux d'exception, sans délais infinis et délocalisations de l'instruction, sans pressions exercées sur les juges en charge de ces dossiers , sans empêchements , voir arrêt des investigations par de pseudos vices de procédure arrivant toujours de manière opportune et actés par certaines juridictions de manière souvent arbitraire .

Ces délais  d'instruction couvrant des mois ou des années permettant aux suspects de rester en poste de responsabilité ou d'y être reconduits avec le bénéfice non-négligeable d'une impunité pénale  et  au bout le bénéfice définitif de la prescription.

La justice  de la république ne peut continuer à se montrer forte avec les faibles et faible avec les forts qui l'ont  ainsi placée sous tutelle.

 La Justice ne saurait être de Classes, dans la verticale, elle est par nature horizontale et indépendante, traversant toutes les couches de la société avec le même glaive et les mêmes plateaux.

Cette démarche est importante pour essayer, sinon de palier toutes les injustices et inégalités, du moins de rétablir la confiance dans l'application de nos institutions qui devraient garantir l'exercice de nos devoirs et celui de nos droits , sans considérations ou influences liées à notre place dans la société.

Si tel était le cas, crimes, vols ,fraudes, délits d'initiés, corruptions en tout genre, immédiatement sanctionnés, produiraient une classe dirigeante  moins prédatrice, plus vertueuse dans le souci de gestion des intérêts que nous lui confions, quelle que soit la couleur politique de nos représentants démocratiquement élus. 

Cela redonnerait sans doute de la vitalité électorale à ceux qui depuis trop longtemps se pensent  comme des parias sans pouvoir  dans une République de privilégiés endogames , où ,faute de mieux, ils placent leurs destins hypothéqués dans la voix du dernier démagogue en liste, présent dans les urnes. 

En 2012 ,cette promesse de Justice indépendante de l’exécutif était encore une fois dans la liste des promesses électorales  non-tenues, on comprend pourquoi, le monde politique dans son ensemble aurait placé le glaive au-dessus de sa tête. Cependant , si le fonctionnement démocratique est dévoyé au seul profit de ceux qui le représentent, qu’il s’attende de plus en plus à voir ses administrés en refuser le principe.

Pure coïncidence pour moi, aprés avoir lancé mon billet, j'écoute FranceCulture et je tombe en plein sur le coeur du sujet évoqué , Médiapart y tient une bonne place. Si vous avez 1/2 heure à consacrer à une langue sans bois, écoutez là , vous ne l'entendrez pas ailleurs.

 http://www.franceculture.fr/emission-la-grande-table-2eme-partie-comment-penser-la-corruption-2014-10-08

 

 

 

 


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.