La DEMOCRATIE, pour QUI , avec QUI?

       

 

 

 

   J'avoue comme beaucoup avoir le blues , la dépression  post-partum d'un accouchement électoral  précédé de mois de  travail  intensif , de gestation  sensée mettre au monde un bébé démocrate rougi d'un sang neuf , dont les premiers cris auraient retentis au delà de son berceau originel.  Cette grossesse assistée, pour les vieux parents que nous sommes,   n'aura engendré que l'enthousiasme de la conception et la résignation morale de devoir assister jusqu'au bout cet  enfant dont la viabilité ne tiendra qu'à nos soins entêtés, nous nous y engageons, d'ailleurs notre bout d'existence ne tient , entre autre , que par cet engagement qui nous lie au réel en poursuivant notre part de rêve humaniste. Dans ces jours de désenchantement qui nous font  douter  de nos aptitudes à  prendre nos vessies pour nos lanternes, autant dire à nous résigner de n'avoir aucune prise possible sur l'inflexion du sort où notre   temporalité nous assigne à résidence passive.    Je me raccroche alors au principe de Gramsci, garder: " La lucidité du pessimisme (nous y sommes) et l'optimisme de la volonté ( nous continuons).   Il est indéniable que les résultats et l'abstention mettent en lumière les carences de notre démocratie représentative qui s'enfle de scrutin en scrutin, un billet  d'aujourd'hui  " Quelques questions, après ce premier tour... "

  nous l'expose concrètement. Comme tous les commentaires médiatiques l'attestent, les remèdes a apporter son autant sur le fond que sur la forme, difficiles à concevoir dans cette machinerie représentative qui finit par ne représenter que le fond et la forme décidés par ses seuls représentants. La démocratie idéale, la  directe,  étant irréalisable  dans sa forme et sa mise en  pratique, nous sommes condamnés à subir la loi de la gravité, le fond et la forme nous tombent sur la tête sans que nous ayons eu le temps et le pouvoir d'intervenir sur leurs trajectoires. Résultat mille fois énoncé, un citoyen si loin du manche auquel on ne demande qu'être une force de frappe électorale au signal imposé, puis de disparaître la tête dans le sac,  même si l'on est un peu  marteau, on en a marre qu'on nous prenne pour des pinces!

Déjà les militants actifs ,dont je suis, se vivent plus comme des mercenaires utilisés à la demande, que comme des soldats reconnus par leurs chefs, comment s'étonner que les petits , les exclus , les sans-grade, les besogneux de leur propre survie, les recalés de l'instruction, les promeneurs désœuvrés de centre commerciaux et non du « Champ de Mars », puissent se sentir interpellés par un destin qui leur est imposé d'en haut, eux ils n'ont que leurs larmes pour pleurer et leurs armes défensives sont juste l'adaptation précaire  à la nouvelle donne , dans le meilleur des cas,  ou ses contournements douteux  qui ne manqueront pas de les stigmatiser devant les JT , par ceux-là mêmes qui les y ont contraints.

Bien sûr les remèdes: une nouvelle république exemplaire, une nouvelle constitution, certes une belle carotte agitée sous notre nez pour faire avancer l'âne, une utopie qui ne coûte rien à nos élus de Gauche , puisque rien n'est initié pour y arriver. Ils préfèrent se cacher derrière la sclérose institutionnelle qu'ils subissent pour nous imposer des décisions dont ils ne seraient jamais responsables, alors à quoi sert la Politique si elle n'est toute puissante qu'à consacrer des erreurs  contractées par les prédécesseurs au pouvoir, à quoi sert une démocratie représentative qui ne représente qu'un poids électoral vidé de son contenu idéologique opérationnel?

Bien sûr l'école, l'instruction civique... : mais dans un système qui arrêterait de se mordre la queue. Comment éduquer les enfants du peuple à se réapproprier  un pouvoir démocratique qu'ils seront empêchés d’exercer plus tard, au nom de la real-politique qui les transforme en variables d'ajustements économiques ?

D'accord, la révolution citoyenne, j'y adhère , dans ce mouvement, nous avons la capacité de penser nos insuffisances, de théoriser "l’Humain d'abord" et d'attendre un avenir meilleur en nous faisant prosélytes. Cependant qu'en est -il de ceux à qui nous nous adressons,  leur avenir  est dans le dos et le FN , pour certains d'entre eux , a su les y ramener, rien de plus facile qu'un rétropédalage quand la mer monte, à la Criée  la formule est Marine , le poisson du jour y est toujours cuit dans les mêmes vieux relents. Notre "capitaine de pédalo" est parti pour faire du sur place et La Mèluche ne sera pas  cette fois-ci notre Corsaire d'honneur de la République.

Les pansements sur une jambe de bois , n'arrêteront pas la gangrène , tout en restant militante engagée  j'en arrive à espérer que nos deux grands partis institutionnels UMP et PS ayant fait la preuve de leur incapacité à changer la donne pendant leur mandat, leur légitimité abolie, nous ayons en bout de course, prêts à s'affronter en combat singulier, le FDG et assimilés contre le FN et assimilés. Au moins les camps seront nettement délimités, si la France doit être coupée en deux , elle le sera franchement, choisis ton camp camarade! Il faudra alors des forces de propositions bien nettes  sinon 

  le peuple pourrait alors être en capacité de mettre rapidement leurs élus  la tête sur le billot, s'ils se soustraient à leurs engagements. Plus de paravent  où se cacher derrière le Votutil sans substance ou la mollesse inhérente à l'imbroglio des rapports de force.

 Mais peut-être et malheureusement, pendant ces cinq ans de piétinement désabusé à venir, la colère de ceux qui n'ont plus le temps d'attendre notre démocratie idéalement redistributive, seront dans la rue pour aller la prendre, n'ayant plus rien à perdre qu'eux-mêmes. La révolution dans les urnes ne concernant que les citoyens qui ont le temps de la penser, eux ils n'auront que leur temps imparti, celui de la faire. Après , l'Histoire décomposée  par  les damnés se recompose toujours sous la tutelle des  nantis et ainsi de suite, le principe vital pour nous étant  dans la consolante satisfaction d’y avoir bien tenu notre rôle.

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.