"Ca va , j'y vais!"

Je n'ai pas naturellement l'impulsion billetiste compulsive mais sous la torture morale, je consens bien volontiers à attacher  ce matin , mes membres supérieurs au clavier, un camarade Médiapartient ayant pratiqué sur moi la contrainte par corps à distance, celle que je préfère!

L'effort est modéré puisque la copie réclamée est dèja remplie sous forme de commentaires , à la suite du dernier excellent billet de JP Baquiast, le thème en est malheureusement  cuit est recuit, notre passé, notre actualité et notre avenir nous enfermant dans l'urgence à se penser "meilleurs que nous-mêmes", les moyens d'y parvenir, différents,conflictuels et hypothétiques.   

Cette phrase de JL Mélenchon synthétise sa posture  et celle de ceux qui le suivent.

"Pour moi, dans la tradition des lumières, tout est affaire d'argumentation rationnelle et de conviction intime. On peut donc convaincre tout le monde, alors il  est heureux que l'on puisse constater ,qu'en effet , d'aucuns changent d'avis ou d'angle d'analyses." 

Cette raisonnable pensée de gauche qui devrait  fédérer, animer et construire un projet commun des Gauches européennes, vous l'avez clairement exprimée ici, tous ceux qui ne se soumettent pas au diktat de la pensée unique néolibérale , partagent cette ambition .      La difficulté qui entrave (je pense durablement) ce projet inscrit à moyen et long terme ,est strictement politique et géostratégique sur l'organisation dévolue au Capitalisme financier mondial( vous l'avez évoqué), hors les hommes de pouvoir depuis le début des "trente glorieuses" , ont participé de cet asservissement dans leur allégeance aux marchés, d'autant plus que la manne semblait inépuisable en  assurant la paix sociale avec un individualisme triomphant établi sur un ascenseur social qui fonctionnait.      Ces mêmes hommes ou leurs clones sont toujours au pouvoir devenu fantoche, leur oligarchie, affidés et autres profiteurs enchaînés ne tiennent pas à renoncer à leur rente de privilèges  au profit d'un autre système en cohérence avec la donne actuelle qui demande de la redistribution innovante, solidaire, libératrice d'initiatives ou ils n'auraient plus la main.         Malheureusement, les Gauches européennes modérées consentantes sont compromises  dans ce capitalisme mortifère, à force de ne montrer que leur "servitude volontaire" aux aléas successifs de ce capitalisme, elles n'ont gardé de l'idéal humaniste de Gauche , que l'appellation.      Les peuples ne s'y trompent pas, ils désertent ces rangs là, préférant s'en remettre à une "pensée magique "des sirènes d'extrême-droite qui leur promet l'ordre , la préférence nationale dans la redistribution de l'emploi, le mirage d'une société qui protège les intérêts de leurs propres enfants en repoussant hors frontière la misère du monde qu'elle ne peut plus intégrer, la droite ayant fait preuve de son inefficacité dans la régulation des flux migratoires, laissant aux pauvres le soin de les absorber, la Gauche pareillement avec en plus une trahison de ses valeurs dont le résultat est leur précarité et leur flexibilité comme seule solution avancée.

En adoptant une vision politique stratégique  et cynique, on pourrait  penser qu'il vaudrait mieux laisser les peuples faire leur amère expérience de ces extrêmes- droites  , afin de purger durablement cette opportuniste baudruche.  Mais cela serait sans compter les dégâts humains qu'elle ferait pendant son règne, moralement nous ne pouvons y souscrire.       Le problème reste cependant entier, en particulier en France ou le PS à la veille des élections ne propose qu'une alternance à Sarkozy , en commençant à détricoter les minces propositions  qu'il avançait , avant même que son programme dit de « gauche »ne soit constitué. Cette baudruche risque de n'être plus au final qu'une peau de chagrin ,sous laquelle le peuple ne trouvera aucune protection d'avenir.       Comme de nombreux Médiapartiens , beaucoup sont engagés politiquement , avec une implication sur terrain qu'ils occupent à hauteur de leurs possibilités, cela ne peut qu'améliorer l'audience des causes défendues.   Cependant, l'appréciation lapidaire qui envahit les médias et leur régurgitation par ceux qui les écoutent,  est ce fameux: " Il faut être réaliste, le parti de gauche est impuissant à changer la gauche, ils restent trop "> En suivant une logique purement réaliste et comptable du poids de l'électorat, on invalide de facto et sans appel l'émergence d'une réelle pensée de Gauche, reconsidérée à l'aune du 21ème siècle et sa formalisation par un groupe qui a la volonté de faire valoir ses idées , avec un groupuscule qui peut devenir un groupe influent , voir même peser fortement sur les enjeux sociétaux définies par des instances peu scrupuleuses , animées uniquement par la captation du pouvoir reposant sur une base électorale d'opportunistes de la dernière heure ,  Droite molle et Centristes mous par nature,  avec des projets de replâtrage court-termistes .           Ne vous semble t'il pas contradictoire qu'au moment ou l'on réclame ,et vous avec ,  la mise en œuvre d'un consensus autour d'une démocratie exemplaire, une république des idées  contre une république dévoyée , dans ce même temps , la collusion média-partis institutionnels décide et fait savoir , que seuls leurs combats sont légitimes et audibles , que les outsiders doivent se taire ou s'effacer à leurs profits :  deux belligérants autorisés à pénétrer dans l'arène , en face d'une seule bête féroce à affronter pour le spectacle, à savoir le FN, bientôt élu épouvantail officiel labellisé "spécial élections présidentielles.       Pour briser ce cercle vicieux qui recycle sans cesse les mêmes hommes et les mêmes thématiques de l'impuissance considérée comme politique du "moindre mal" ,  acceptée comme seul horizon accessible, la "Gauche creuse" et les médias devraient se laisser entraîner  par cette dynamique de" vraie" Gauche porteuse d'espérance , au lieu de la repousser en invalidant systématiquement la portée et la pertinence de sa parole.     Si cette Gauche était devenue vertueuse, elle se serait alignée sur la ligne AM et non pas l’inverse (mais l'appel du maroquin demande de baisser la voix),  le signal eut été donné  et peut-être le front de gauche eut été entendu à la place du FN.     Une Gauche à front  et audience plus larges en quelque sorte .    Qu'on aime ou pas la personnalité de JLM , il est insupportable de l'entendre réduit , sans cesse ,  à ses saillies éruptives , ainsi le peuple incité à se détourner de son destin, répète et se persuade  que ce dernier n'est pas à la hauteur de l'entreprise.  En revanche, on lui montrera sans cesse une Marine lui ressasser l'air de la trahison  dans une grossière posture de" petite mère" des Vrais Français, avec une complaisance faussement alarmiste qui confine à la manipulation mentale.

Que  tous ces beaux messieurs, donneurs d'ordre du trône de Gauche et consorts analystes politiques  , nous donnent ceux qui  pourraient  nous sauver et non ceux qui les sauvent eux-mêmes et  leur système moribond.    Le VOTE utile pour eux , en l'état , ne l'est pas pour nous ,  ils risquent de se retrouver premiers , d'une courte rame , devant la Marine avec laquelle ils seront obligés de" pédaler", mais peut-être  se souviendra t'on , après les élections, une fois que le peuple aura jeté le bébé avec l'eau du bain, qu'il serait temps maintenant d'écouter ce qu'avait à dire le front de Gauche, plus que cinq ans pour que La Méluche se voit tendre de" tendres micros"  au bout de perches médiatiques qu'il ne manquera pas d'utiliser avec hargne et brio et en moins de deux , on nous convaincra de sa légitimité . Story-telling à venir tout à fait vraisemblable.

Les malvoyants d'aujourd'hui seront les mieux-disant de demain, à n'en pas douter, c'est  toujours miraculeux les compromis en politique, ils retrouvent tous la vue , l'ouïe et l'odorat pour humer le sens du vent qui  les pousse dans le dos.

Avec l'enVOL du triple A , dèja depuis ce matin, les micros font la haie d'honneur à la Méluche qui se fait un plaisir de répéter , ce qu'il disait hier dans le mépris général de la réal-politique  : " Il faut que la politique reprenne le pas sur la finance , que la BCE ...etc"

 

 La-gauche-molle-se-reveille.jpg

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.