EHPAD tant que ça!

Encore, direz vous, le marronnier de l’été : des vieux qu’on connaît même pas, qui viennent  mourir de déshydratation, en direct au 20H à la télé, à l’heure du pastis sous platane. Y vont nous la refaire tous les ans pour culpabiliser les enfants en vacances.

369_640504d2e02c55a713237d5cc76fc3e6.gif

Encore, direz vous, le marronnier de l’été : des vieux qu’on connaît même pas, qui viennent  mourir de déshydratation, en direct au 20H à la télé, à l’heure du pastis sous platane. Y vont nous la refaire tous les ans pour culpabiliser les enfants en vacances. Ah depuis qu’ils ont découvert les ravages de la  canicule dans les clapiers et les HLM , ou l’inverse, chaque année , j’ten remets une grosse couche,  qu’ils ont d’ailleurs plus besoin de changer  , vu que ces pauvres bêtes  sont presque lyophilisées   .

Bon j’vous l’ai fait un peu façon   C Hebdo qui nous envoie son meilleur urgentiste du journal dans la lucarne pour nous expliquer encore qu’il faut les obliger à boire régulièrement toute la journée et que les serviettes mouillées sont à poser délicatement et non pas à  lancer sur eux  comme des armes de destruction massive.

De la pub pour devenir actionnaire d’EHPAD, je continue à en recevoir tous les jours dans ma lucarne magique;  sûr à 3000E en moyenne l’incarcération individuelle, avec une surpopulation assurée, inversement proportionnelle  au nombre et à la compétence des soignants qui y sont employés ( je n’ai aucune acrimonie contre ces derniers qui sont en sous-effectif permanent , peu formés et sous-payés, la majorité fait au mieux avec ce qu’elle n’a pas) ; oui disais-je , cet actionnariat  est vraiment  une mine d’or gris inépuisable , puisque la plupart des généreux donateurs sont dans l’impossibilité de gérer  leur pécule avec bien trop peu de famille vigilante et présente.

Traduction d’EHPAD : Exceptionnelle  Hausse Permanente de l’Action de la Détresse.

Mais moi ,  j’ai un vieux, mon personnel, un de 98 étés , en fauteuil roulant, gai , vert et sec comme tous les coups de trique qu’il a reçu , c’est mon Raymond , mon père qui a perdu sa « Ginette » au mois d’août  dernier, il passe son temps à raconter des blagues à une jeunesse de 80 ans qui en pince un max pour lui, il est aussi agile du regard qu’il l’était sur ses gambettes de grand sportif, il marche très vite dans sa tête, certes il a oublié  quelques stations de métro  mais le plaisir est d’y retrouver ma propre mémoire en l’écoutant. 

Je les écoute tous,  souvent, longtemps,  ces quatre rescapés du ciboulot qui bouffent comme quatre, qui occupent  la seule table où l’on se crie dans les sonotones comme on se ferait une conversation de salon  , qui ne rateraient pour rien au monde  d’interminables parties de dominos ou de cartes qui finissent en pugilat  avec du : «  Vous avez triché » , en veux tu en voilà, des mains rêches qui se frôlent , étreignent des poignets et atterrissent sur leurs yeux mouillés de rires à prothèses.

Demain je repars pour 10 jours en plongée avec eux , aux dernières nouvelles du front de leur dernière bataille, depuis plus d’un mois , ils survivent dans la fournaise, la clim qui n’est pas aux normes (il faut économiser pour les actionnaires), n’est toujours pas arrangée, tous les EHPADANTS services ont été alertés, services sociaux , conseil général etc…La réponse est , je vous le donne Emile : « Il n’y a pas lieu de s’inquiéter , nous attendons la pièce, nous ne sommes pas encore en période de canicule ».

Pendant  ce temps qui n’est que douce chaleur derrière de larges vitres à peine entrouvertes plein sud( des fois qu’ils sautent par-dessus l’aquarium), mon Raymond qui est le plus valide , le plus endurant  et surtout le plus comique,  trouve qu’il fait plus frais dans le couloir  à 29 degrés que dans sa chambre à 30,   Mme Roselyne trouve que sa mise en plis en prend un coup et que la voisine  crie trop  toute la nuit( la pauvre n’a pas le bonheur d’être sourde , indispensable pourtant en EPHAD), Mme Jeanne tricote ses cannes avec difficulté  et je crains fort que la quatrième n’ait pris un coup de chaud qui lui ait caramélisé le neurone.

Juste ma petite vapeur de l’été, avant de retourner me caraméliser avec mes vieux chéris, j’ai l’intention de les hydrater dans la sensualité  , en organisant des  concours de « teeshirt-mouillé » à tous les étages !  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.