ON EST CAP
enseigne la philosophie
Abonné·e de Mediapart

41 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 janv. 2017

ON EST CAP
enseigne la philosophie
Abonné·e de Mediapart

Billet ouvert à Christophe Geugneau : Pierre Rabhi à Florange

Le discours sur l'enseignement professionnel prononcé par JLM hier soir à Florange ne peut pas être moins bien résumé que par la formule suivante de C. Geugneau : il a centré son discours sur l'éducation et surtout l'enseignement professionnel, seul à même selon lui de produire « la masse qualifiée » dont JLM aura besoin demain pour SA (c'est moi qui souligne) révolution citoyenne. Pourquoi ?

ON EST CAP
enseigne la philosophie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le discours sur l'enseignement professionnel et non l'apprentissage comme l'ont bien compris les personnes qui ont suivi ce que disait JLM à Florange ce 19 janvier ne peut pas être moins bien résumé que par la formule suivante de Christophe Geugneau :

Il a centré son discours sur l'éducation et surtout l'enseignement professionnel, seul à même selon lui de produire « la masse qualifiée » dont JLM aura besoin demain pour sa (c'est moi qui souligne) révolution citoyenne. Pourquoi ?

Parce que Florange n'est pas seulement la ville symbole des promesses trahies de François Hollande, Florange c'est aussi la ville où le vote FN pesait  45.53 % en 2015. Voilà deux éléments auxquels JLM doit apporter une réponse et une solution. Remarquons au passage qu’il n'est guère difficile de faire un lien de cause à effet entre les deux. Dans son dernier article en collaboration avec le monde diplomatique Daniel Mermet parle des cégétistes de Florange qui votent Le Pen et non Mélenchon car disent-ils c'est un intello et que Marine, on n’a jamais essayé.

Alors, pourquoi Lionel Burriello, ancien salarié d’ArcelorMittal, toujours à la CGT,  à qui Mélenchon n'a pourtant rien promis souligne C.Geugneau, il n’en démord pas de la France Insoumise ? (on entend la désapprobation voire le mépris tant C. Geugneau pense si fort).

Et si c'était parce que Mélenchon s'attache à redonner ses lettres de noblesse à l'enseignement professionnel en expliquant que tous les métiers dits "manuels" exigent intelligence et créativité, bref qu’ils sont « cosa mentale » comme le disait Léonard de Vinci à propos de la peinture ? Et si c'était parce que Mélenchon explique que les fleurons de l'industrie française dont Arcelor- Mittal sont le joyau fabriqué par tous ces hommes que les intellectuels, les patrons, les dirigeants méprisent ce qu’ils manifestent en envoyant leurs enfants non vers l’enseignement professionnel mais général ? Ces hommes que les classes dirigeantes trahissent et abandonnent, ces hommes méprisés par tous les cols blancs, Mélenchon ne leur cache pas qu'il est un intellectuel et un littéraire et c'est pourquoi il leur dit : sans vous le projet d'une révolution écologique est impossible. Mais ce projet de révolution écologique et citoyenne ne pose pas seulement un problème de qualification professionnelle de la « masse » comme l’écrit avec – mépris ?- C. Geugneau, il exige une révolution culturelle :

Il demande que les intellos, la classe moyenne et supérieure qui soutiennent la France insoumise ne méprisent pas les métiers ouvriers, qu'ils n'envoient pas systématiquement leurs enfants dans l'enseignement général en pensant que là est le voie du bonheur et de l'émancipation. Et comme Mélenchon n'est pas Mao, il s'efforce d’expliquer que l'opposition entre travail manuel et intellectuel est erronée. Bref, il fédère le peuple au lieu de le diviser.

C’est pour cela qu’il rappelle ce qui le différencie de Trump, son protectionnisme est solidaire à l'intérieur de la nation mais aussi hors d'elle, et qu’il demande aux ouvriers de retrouver leur fierté et de ne pas le rejeter lui l'intello qui ne sait pas se servir de ses mains; bref il explique que la révolution écologique et citoyenne doit passer par une révolution culturelle diamétralement opposée aux désirs bourgeois des cols blancs dominants. Il prèche pourtant déjà des convertis car nombreuses sont les personnes qui aspirent à vivre dans un village qui ressemblerait à celui de Pierre Rabhi.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019.
par Marine Turchi
Journal — Europe
Ukraine : la guerre, « un puissant accélérateur » pour les droits LGBT+
Depuis le début de l’invasion russe, de plus en plus de soldats ukrainiens portent publiquement les revendications des personnes LGBT+, en particulier la demande d’une union civile entre partenaires du même sexe. L’enjeu, en temps de guerre, est capital. Des hommes et des femmes meurent au combat, sans que leurs proches ne puissent revendiquer aucun droit sur leur corps.
par Mathilde Goanec
Journal
L’animateur de CNews Jean-Marc Morandini condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineurs
Jugé pour corruption de mineurs sur deux jeunes de 15 ans et un autre de 16 ans, l’animateur de CNews a été condamné lundi à un an de prison avec sursis.  
par David Perrotin
Journal — Asie et Océanie
Rentrer ou pas à Futaba, près de Fukushima : le dilemme des anciens habitants
La dernière des 11 municipalités évacuées en 2011 à proximité de la centrale nucléaire de Fukushima accueille de nouveau des habitants sur 10 % de son territoire. La levée de l’interdiction de résidence, présentée comme un pas vers la reconstruction, ne déclenche pas l’enthousiasme.
par Johann Fleuri

La sélection du Club

Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes