esther H
journaliste
Abonné·e de Mediapart

72 Billets

2 Éditions

Billet de blog 22 oct. 2011

Non monsieur Frappat*, les journalistes n'ont pas besoin d'un nouveau code de déontologie

esther H
journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Journalistes : pas besoin d'un nouveau Code de déontologie !


La décision d’engager un débat sur un nouveau code de déontologie des journalistes, prise lors des Etats généraux de la presse, à l'initiative du président Sarkozy, s’inscrivait dans la logique de ce rassemblement, tout entier tourné vers la satisfaction des revendications des patrons de presse, amis pour beaucoup du pouvoir en place. Ainsi était calculé sous le frauduleux prétexte de « modernisation », de plans massifs de départs dans les entreprises. Ces départs désormais font l'actualité Prisma Presse, la Tribune, France-Soir, le Parisien, RFI France24... laissant sur le carreau nombreux confrères qui pour beaucoup ne savent pas si ils pourront continuer à vivre dignement du journalisme d'ici la retraite...
Ces Etats généraux avaient donc un seul objectif clair: amener les syndicats de salariés, sur la base d’un « diagnostic partagé » avec les employeurs et l’Etat sur l’état de la presse et des médias, à légitimer une série « d’évolutions » dont nous avons ensuite pu prendre toute la mesure. En effet, ces Etats généraux ont marqué le point de départ d’une série d’offensives contre les droits et l’emploi des salariés de la presse, et des journalistes en particulier.

C’est dans ce cadre qu’ont été engagées notamment les négociations sur le statut des pigistes, qui sous prétexte de « clarifier » les conditions d’application de leurs droits, ont abouti au scandaleux accord minoritaire, remettant en cause de fait la loi Cressard
de 1974 et la convention collective des journalistes, accord minoritaire dont le syndicat général des journalistes FO, rejoint par le SNJ CGT, demande l’abrogation pure et simple.
Excipant des « difficultés économiques » rencontrées par la presse et de la désaffection du public à l’égard des médias, il fut aussi décidé de confier à un « comité de sages » la rédaction d"un nouveau code de déontologie, pour « clarifier » là aussi. « Les difficultés économiques de la presse pourraient conduire à penser que la déontologie est une question secondaire.
Notre conviction est au contraire que cette question est essentielle et que la façon d’y répondre peut contribuer à ce que la presse retrouve une certaine prospérité économique. Une clarification déontologique est de l’intérêt des médias », a ainsi déclaré M. Bruno Frappat lors de la réunion du 7 décembre à l’IPJ.

De l’intérêt des médias ?

Peut-être, mais certainement pas de l’intérêt des journalistes, au vu du texte présenté par la "commission des sages", qui non seulement ne traite des principes professionnels qu’en terme de devoirs du journaliste vis-à-vis des lecteurs, auditeurs ou spectateurs, ce qui est normal, mais aussi vis-à-vis de sa hiérarchie "dans le cadre d’une politique éditoriale définie".


Ce n’est sans doute pas un hasard si toutes les contributions des organisations d’employeurs, dans le débat engagé sur le nouveau code de déontologie, insistent pour soutenir ce point qui va dans le sens d’un encadrement renforcé de l’information.


"Nous pensons pour notre part à Force ouvrière qu’un journaliste est avant tout un citoyen libre, dont la responsabilité s’inscrit dans l’exigence démocratique et républicaine de diffuser à ses concitoyens une information avérée, libre, indépendante, complète, pluraliste. La déontologie du journaliste, c’est son indépendance d’esprit et celle-ci ne saurait être encadrée ni soumise aux exigences fussent-elles rédactionnelles des éditeurs ou de leurs actionnaires.
Surtout quand nous constatons chaque jour dans nos entreprises de presse la soumission grandissante aux exigences de la concurrence et de la rentabilité immédiate", déclare Fabienne Chiche du syndicat général des journalistes FO.

" La crise de la presse est la résultante de la course à l’audience et aux recettes publicitaires, la réduction des coûts et des effectifs au bénéfice des seuls objectifs financiers. Les stratégies de concentration entre les mains de quelques grands groupes qui dictent les choix éditoriaux au détriment du pluralisme, de la diversité des points de vue et de la qualité de l'information diffusée à nos concitoyens est une atteinte grave à notre démocratie", affirme Fabienne Chiche.


S’il y a bien un problème de désaffection des Français pour les médias, "elle est plus à rechercher, à mon sens, dans la baisse de la qualité de l’information liée à cette politique que dans on ne sait quelle « clarification » de nos principes déontologiques.
D’autant que cette politique a aussi pour corollaire la multiplication des attaques contre les conditions matérielles de l’exercice du métier des journalistes", souligne la syndicaliste.

Or, l’indépendance et la liberté du journaliste c’est d’abord et avant tout son indépendance matérielle.

Pour Fabienne Chiche "permettre aux journalistes de travailler dans des conditions décentes, sans être soumis au stress permanent de l’urgence, liée à l’insuffisance des effectifs, ou de la polyvalence de plus en plus imposée au détriment des qualifications.
Les journalistes doivent avoir un vrai contrat de travail avec un vrai salaire, au lieu de les plonger chaque jour davantage dans les affres de la précarité, de multiplier les CDD à répétition, de vouloir priver les pigistes de tout droit avec l’accord de 2008 et de remettre en cause la notion même de salariat avec la multiplication dans les rédactions des stagiaires, faux CLP et aujourd’hui des auto-entrepreneurs. Où est la liberté quand on ne sait jamais de quoi demain sera fait, quand on ne peut même pas vivre de son travail ?
C’est permettre aux journalistes de se voir garantir des salaires conventionnels, évoluant de manière à préserver le pouvoir d’achat, au lieu de poursuivre une politique systématique de paupérisation de notre profession.
C’est garantir aux journalistes que leurs droits, tous leurs droits, précisés dans leur Convention collective, le Code du Travail, le Code la propriété intellectuelle seront respectés. C’est leur garantir que leur Convention collective sera maintenue et intégralement appliquée, dans toutes les formes de presse, et qu’on ne tentera pas de lui substituer des accords d’entreprise. C’est leur garantir que leur statut ne sera pas remis en cause. C’est leur garantir par la loi un véritable droit à la protection des sources et donc abroger l’actuel texte qui ne le leur accorde en rien."

M. Marc Feuillée, représentant du SPM, a affirmé lors d'une réunion au "comité des sages", résumant le point de vue de ses confrères éditeurs, qu’il y a « une vraie contradiction entre le droit du travail, le droit de la presse et un code de déontologie ». Pour le syndicat général des journalistes FO l'indépendance du journaliste et droit du travail sont au contraire intimement liés et qu’il ne saurait y avoir l’une sans respect de l’autre.
"Voilà pourquoi au SGJ FO nous sommes opposés à un code qui, une fois adopté de manière « consensuelle », pourrait être opposé à notre Convention collective qu’on nous proposera de « clarifier », comme à tout conseil ou ordre de la presse comme le propose Jean-François Mancel, député UMP de l’Oise.

Le SGJ-FO estime que les grands textes fixant nos principes professionnels la Charte de 1938 et la Charte de Munich disent tout et qu’ils doivent s’appliquer à tous. A cette fin, le SGJ-FO est favorable à l’annexion, sous forme d’avenant, de la Charte de Munich à la Convention collective des journalistes"

Bruno Frappat, journaliste, ancien président du directoire du groupe Bayard Presse. Bruno Frappat a été chargée de piloter un groupe de dix sages (Marie-Laure Augry, Maître Basile Ader, Alain Boulonne, Jérôme Bouvier, Jean-Pierre Caffin, Olivier Da Lage, Jean-Marie Dupont, Pascal Guénée, Catherine Vincent et Lorenzo Virgili) qui a proposé aux partenaires sociaux code de déontologie visant à actualiser la charte de Munich dans le sillage des Etats généraux de la Presse, à l'initiative du président Sarkozy.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Chez Lidl, la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause. Premier volet d’une enquête en deux parties. 
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
« Les intérimaires construisent le Grand Paris et on leur marche dessus »
Des intérimaires qui bâtissent les tunnels du Grand Paris pour le compte de l’entreprise de béton Bonna Sabla mènent une grève inédite. Ils réclament une égalité de traitement avec les salariés embauchés alors qu’un énième plan de sauvegarde de l'emploi a été annoncé pour la fin de l’année. 
par Khedidja Zerouali
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
En Biélorussie, certains repartent, d’autres rêvent toujours d’Europe
Le régime d’Alexandre Loukachenko, à nouveau sanctionné par l’UE et les États-Unis jeudi, semble mettre fin à sa perverse instrumentalisation d’êtres humains. Parmi les nombreux exilés encore en errance en Biélorussie, certains se préparent à rentrer la mort dans l’âme, d’autres ne veulent pas faire machine arrière.
par Julian Colling

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai