esther H
journaliste
Abonné·e de Mediapart

72 Billets

2 Éditions

Billet de blog 25 janv. 2009

GAZA : des représentants du Fatah et de l'Autorité palestinienne : de quelle victoire Khaled Mechaal parle-t-il ?

esther H
journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Des représentants du Fatah et de l'Autorité palestinienne ont critiqué le chef du bureau politique du Hamas Khaled Mechaal notamment pour sa dernière allocution [1], affirmant que ses exigences n'étaient pas réalistes, qu'il n'avait ni argent ni armes, que ses alliés l'avaient abandonné, et que face à la dévastation de Gaza, il était inacceptable qu'il parle de victoire.

Ces représentants ont estimé que Mechaal cherchait à engager les habitants de Cisjordanie dans un nouveau front de bataille, reprochant aux dirigeants du Hamas de se cacher au lieu de diriger le combat.

Ils ont déclaré que Mechaal était disposé à sacrifier la vie des autres pour assurer l'ouverture des points de passage, instaurer un émirat à Gaza et y perpétuer le Coup d'Etat contre l'Autorité palestinienne.

Espérons que certains à Gaza se montreront plus raisonnables, réalistes et responsables

Ahmad Abdel Rahman, porte-parole du Fatah et conseiller du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, a qualifié les déclarations de Mechaal d'irréalistes: "Khaled Mechaal s'exprime comme si les tanks du Hamas encerclaient Tel-Aviv. On a l'impression qu'il ne connaît pas Gaza et n'y a jamais mis les pieds. Il affirme qu'Israël a subi une défaite écrasante à Gaza, sans apparemment s'apercevoir qu'Israël (…) a tout détruit."

Al-Rahman a en outre espéré que des gens raisonnables à Gaza considèrent la situation d'un oeil plus réaliste et se montrent plus responsables que Mechaal.

Les habitants de Cisjordanie ne peuvent répondre à l'appel de Mechaal à ouvrir un autre front

Adli Sadeq, haut responsable du ministère des Affaires étrangères de l'Autorité palestinienne et chroniqueur au quotidien de l'Autorité palestinienne Al-Hayat Al-Jadida, a critiqué l'appel du Hamas aux habitants de Cisjordanie à ouvrir un nouveau front contre Israël. I

Il a déclaré: "Ils n'accordent aucune importance aux implications d'une telle guerre - en admettant que celle-ci puisse être déclarée. Il est vrai que les habitants de Cisjordanie peuvent mener la résistance populaire contre le mur, les check points et l'offensive de Gaza. Mais depuis la deuxième Intifada, que le Fatah a menée en mobilisant toute sa force, et au cours de laquelle certains ont perdu la vie et d'autres ont été arrêtés, ils n'ont pas été capables d'appuyer sur un seul détonateur, et [s'ils l'avaient fait], le feu les aurait [tous] consumés.

Notre ami Mechaal a appelé à allumer [un feu], mais n'a pas prévu les médicaments pour soigner les blessures occasionnées ; il n'a pas non plus apporté salut ou victoire. Il s'agit d'une erreur de jugement, et quiconque la commet sera puni pour ses agissements."

Les habitants de Gaza souffrent pendant que les commandants du Hamas se terrent dans des tunnels

Le chroniqueur d'Al-Hayat Al-Jadida, Omar Hilmi Al-Ghul, également conseiller du président Abbas, a lui aussi critiqué Mechaal.

Réagissant à l'appel de ce denier aux Gazaouites, les enjoignant à tenir bon, il écrit: "Il ne tient pas compte des intérêts des habitants, qui sont sacrifiés, alors que les commandants, qui ont abandonné le combat, se terrent dans des tunnels prévus à cet effet - au lieu de diriger courageusement les combattants."

En réponse aux déclarations de Mechaal selon qui la résistance est bien vivante et n'a pas été vaincue, Al-Ghul écrit: "De quelle victoire Mechaal parle-t-il, soi-disant depuis le champ de bataille… Est-ce que le retour de l'occupation [israélienne] à Gaza, la division, la démolition de son infrastructure et des habitations [peuvent être considérés comme une victoire] ? (…)

L'endurance est un attribut qui a été imposé à notre peuple. Les habitants des quartiers de Gaza n'ont d'autre choix que de tenir bon et de garder la tête haute face à [l'offensive de] destruction aveugle et mortelle menée par Israël, car les dirigeants qui leur ont été imposés maltraitent les civils et les combattants du Fatah dans cette guerre (…)

Le Hamas veut l'ouverture du point de passage de Rafah, sans se soucier du coût en vies palestiniennes que cela entraînerait. Il veut l'instauration d'un émirat et élever un drapeau vert, au prix du sang palestinien - tout en faisant de vagues allusions à une éventuelle acceptation de pourparlers avec la direction palestinienne."

Evoquant l'expression "forces d'occupation" utilisée par Mechaal pour qualifier toutes les forces internationales déployées à Gaza, Al-Ghul écrit: "Mechaal a oublié que [le déploiement] des troupes internationales comme [mesure] d'urgence signifie la fin de l'émirat et du Coup d'Etat [du Hamas] contre la légitimité de l'Autorité palestinienne. Mechaal a demandé l'arrêt de l'offensive israélienne et la fin du blocus, l'ouverture des points de passage et l'amendement de l'accord sur le point de passage [de Rafah], afin de pouvoir [le contrôler] ; il n'a toutefois pas expliqué à la communauté internationale comment il fera pour mettre un terme immédiat à l'offensive israélienne ou pour s'assurer que les exigences ci-dessus seront exaucées.

N'est-ce pas l'équilibre des puissances qui déterminera le résultat de la campagne [militaire actuelle] ? Comment [l'actuel] équilibre des pouvoirs peut-il permettre [au Hamas] de réaliser ses objectifs ?"

Basem Abu Sumaya, directeur de l'Autorité de diffusion palestinienne, écrit: "Lors de l'offensive israélienne à Gaza, j'ai appris plusieurs faits nouveaux concernant le Hamas et ses dirigeants, qui sont dispersés dans toutes les capitales arabes, de Damas à Doha (…) et sur les leaders locaux, qui ont disparu, pour des raisons de sécurité, le premier jour des combats, et qui n'ont, depuis, communiqué avec nous que par des enregistrements effectués depuis leurs cachettes.

Fait n° 1 - Le Hamas est un mouvement ancré dans des principes, et il ne se rétractera pas de ses positions même si tous les Palestiniens se font décapiter - ce qui est en train d'arriver.

Fait n° 2 - Le Hamas adhère aux positions de ses hauts responsables, c'est-à-dire de la Shura du Majlis (…)"

"Le contrôle d'un seul point de passage rend inutiles des milliers de tunnels"

"Si les élites disent aux combattants: 'Mourrez pour un point de passage, et même pour un tunnel', ils suivront leurs ordres sans attendre (…) Celui qui contrôle ces points de passage contrôle également les pupitres des prédicateurs et le peuple ; en outre, il est à même de gérer les affaires gouvernementales, prélever des impôts, faire de la contrebande et du commerce. Le contrôle d'un seul point de passage rend inutiles des milliers de tunnels.

Peu importe au Hamas qu'une guerre destructrice soit menée contre Gaza - comme c'est actuellement le cas. Pour le Hamas, la réalisation d'un objectif historique auquel il tend depuis de nombreuses années justifie un lourd tribut, si ce qu'il acquiert est un point de passage terrestre permettant aux membres du Hamas de [transporter] les produits et l'argent qu'ils ont cachés. Ils considèrent le point de passage comme la seule ouverture sur le monde extérieur, comme un cordon ombilical (…)

La dernière déclaration en date de Khaled Mechaal sur la volonté du Hamas de coopérer avec l'Autorité palestinienne et les Européens dans le contrôle du point de passage [de Rafah] n'est qu'une tactique. L'Autorité palestinienne se trouvera bien vite évincée du point de passage et avant longtemps, les observateurs européens s'enfuiront aussi, exactement comme lors du Coup d'Etat."

source : Al-Hayat Al-Jadida (Autorité palestinienne), janvier 2009.

1- Dans son discours, Mechaal a déclaré que le Hamas ne consentirait pas à une tahdiah (calme) de longue durée, vu que cela priverait le peuple palestinien de son droit à la résistance. Il s'est déclaré contre le déploiement d'une force internationale à Gaza, estimant qu'elle servirait à assurer la sécurité d'Israël et réprimerait la résistance. Concernant le point de passage de Rafah, Mechaal a exigé que le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas déclare au monde qu'il oeuvrait à un accord avec le Hamas, avec l'aide de l'Egypte et de l'Europe. Mechaal a ajouté qu'Israël n'avait atteint aucun de ses objectifs avec son offensive de Gaza, mais avait en revanche provoqué la résistance dans toutes les demeures de Gaza.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim
Journal — Logement
À Lyon, une école occupée pour aider une famille sans logement
Le collectif citoyen « Jamais sans toit » a commencé l’occupation de l’école Michel-Servet, dans le 1er arrondissement, pour témoigner son soutien à deux enfants scolarisés ici sans logement avec leurs parents. À l’heure actuelle, dans la métropole lyonnaise,  110 enfants et leurs familles sont à la rue.
par Faïza Zerouala
Journal — Services publics
« Tout meurt à petit feu ici » : à Saint-Cyprien village, La Poste est fermée depuis un an
Le bureau de poste de cette localité des Pyrénées-Orientales a baissé le rideau en février 2021. Les habitant·es de la commune côtière doivent désormais se rendre au guichet situé à la plage, à plus de 3 km de là. Or, pour les plus âgés, la disparition de ce service au cœur du village est un abandon de plus.
par Khedidja Zerouali
Journal
Au Sénat, la ministre des sports défend les contestées interdictions administratives de stade
Présente dans le cadre de l’examen de la proposition de loi pour démocratiser le sport, Roxana Maracineanu s’est opposée aux amendements encadrant les interdictions administratives de stade, dont les dérives ont été largement documentées. Un positionnement que regrette l’Association nationale de supporters.
par Clément Le Foll

La sélection du Club

Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes