Obama : « la tentative palestinienne à l’ONU est une erreur »

Le président américain Barack Obama a déclaré mercredi que ce serait une erreur pour les palestiniens de poursuivre une reconnaissance à l’ONU au lieu de reprendre les pourparlers de paix avec Israël.

 

« Pour les palestiniens, prendre la route des Nations unies plutôt que le chemin de s’asseoir et de parler avec les israéliens est une erreur, » a-t-il dit.

 

Obama a affirmé que tandis que l’ONU pourrait réaliser beaucoup de choses, elle ne peut déclarer un Etat palestinien qui ne peut être établi qu’après qu’Israël et les Palestiniens aient accepté la paix.

 

Lors d’une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre britannique David Cameron à Londres, Obama a déclaré que le processus de paix sera finalement décidé par les deux parties seulement.

 

Faisant référence au Hamas, il a dit qu’il était difficile pour Israël de négocier avec un groupe qui s’oppose à son existence et qui tire des roquettes sur le pays. « Je ne veux pas que les Palestiniens oublient qu’ils ont eux aussi des engagements, » a-t-il noté.

 

Le président américain a déclaré que les Palestiniens auront à résoudre les problèmes que pose l’accord de réconciliation si le processus de paix progresse.

 

Il a souligné à nouveau son adhésion à la solution de deux Etats. « Mon objectif, comme je l’ai dis dans un discours que j’ai prononcé la semaine dernière, est un Etat juif d’Israël qui est en sécurité et reconnu par ses voisins, et un état souverain de la Palestine, où le peuple palestinien sera en mesure de déterminer son propre destin et son avenir propre, » a-t-il affirmé. « Je suis persuadé que cela peut être atteint. »

 

Obama a ajouté que la réalisation d’un règlement pacifique au Proche-Orient demandera des « compromis déchirant » de la part des Israéliens et des Palestiniens, mais qu’un accord ne sera jamais atteint si les deux parties ne reviennent pas à la table des négociations.

 

Il a noté qu’il avait récemment proposé que les deux parties relancent le processus en travaillant d’abord sur les frontières d’un futur Etat palestinien et la sécurité d’Israël avant d’en venir à des problèmes plus émotionnels, tels que le sort des réfugiés palestiniens et de Jérusalem.

Il a souligné qu’un accord de paix sera à l’horizon si Israël et les Palestiniens résolvaient ces problèmes.

 

Cameron a félicité Obama pour son discours sur le Proche-Orient dans lequel il a soutenu le retrait israélien aux frontières de 1967 et un échange de territoires. Les deux hommes ont convenu que la nécessité de résoudre le conflit israélo-palestinien était plus urgente que jamais.

 

Cameron a déclaré que le terrorisme contre Israël doit prendre fin, ainsi que « l’humiliation subie » par les Palestiniens. Malgré les difficultés, nous devons pousser pour une solution, a-t-il noté.

 

Obama et Cameron ont également discuté de la situation en Libye et en Syrie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.