esther H
journaliste
Abonné·e de Mediapart

72 Billets

2 Éditions

Billet de blog 27 mars 2012

On finit par Toulouse

esther H
journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J'ai voulu éditer ce texte, qui m'a été communiqué et que je n'ai pas écrit (auteur Marc Femsohn), mais qui a le mérite de poser certaines questions trop souvent ignorées ou méprisées et qui pourtant ne devraient pas l'être.


"C'était évident, c'était inéluctable, c'est arrivé. Pas besoin d'être un grand spécialiste, un consultant ou même un devin. Et maintenant que sous nos yeux un père et trois enfants ont été sacrifiés parce qu'ils étaient juifs et trois autres hommes ont été exécutés parce qu'ils représentaient la France en tant que militaires, certains, toujours les mêmes vont, par des mots bien réfléchis, tenter de nommer l'innommable, d'expliquer l'inexplicable."

Nous ne devons pas tomber dans le piège de l'extrême-droite, alliée de fait des fondamentalistes, qui pratiquera effectivement l'amalgame, souhaitant le chaos pour pouvoir ainsi, un jour, récupérer le pouvoir.

De la même manière, il faut condamner une certaine extrême-gauche française et certains responsables d'un gauche pas si extrême qui, en travestissant la vérité, en incitant à la haine, en n'appelant pas un chat un chat, produit des monstres comme celui de Toulouse.

Par conséquent, il serait malhonnête, immoral et indigne, en particulier de notre part, Juifs, qui, plus que tous les autres, avons souffert du racisme et du rejet, de pointer du doigt l'ensemble de la communauté musulmane pour les actions terroristes de certains de ses membres.

Voilà pourquoi il faut saluer la dignité des responsables juifs et musulmans sur le perron de l'Elysée, mercredi dernier.

Saluer tous ces citoyens qui ont manifesté contre le racisme et l'antisémitisme.

De même, il faut reconnaître avec objectivité la dignité, au-delà de la campagne électorale, de Nicolas Sarkozy pour la gestion de cette crise.

Lutter contre les amalgames, rassembler, affirmer solennellement que le terrorisme ne réussira pas à diviser la nation, c'est bien.

Mais prendre des dispositions pour éviter, autant que faire se peut, que de telles horreurs ne se reproduisent, c'est mieux.

Il y a des mesures de bon sens qui doivent être prises par les pouvoirs publics.

Par exemple, interdire que des imams étrangers puissent prêcher dans les mosquées françaises. Refouler, expulser sans concessions tous les exaltés qui prônent des idéologies ou des discours opposés aux valeurs de la République française, même lorsqu'ils ont le souci de les recouvrir d'un vernis policé, comme le citoyen suisse Tariq Ramadan.

Refuser, par le biais du CSA, que des responsables religieux ou politiques puissent librement appeler à la haine de l'Occident et des Juifs sur des chaînes de télévision à destination des communautés musulmanes d'Europe.

Interpeller tous ceux qui se sont rendus chez les talibans en Afghanistan ou au Pakistan afin de déstabiliser les réseaux.(les procédures antiterroristes le permettent). Si le terroriste Mohamed Mehra avait été surveillé, alors que la DCRI était au courant de ses voyages au Pakistan, peut-être aurions-nous  pu éviter le carnage. Comment a-t-il pu se procurer si facilement des armes de guerre ?

Il y a de quoi s'interroger sur la présence de réseaux jihadistes en France…

Il faut aussi arrêter l'hypocrisie. : beaucoup de jeunes des "quartiers" ou des quartiers "sensibles" sont musulmans.
Ce n'est pas du racisme que de l'affirmer, ce n'est pas stigmatiser les musulmans. C'est une réalité objective.

Il faut se réjouir de noter des noms à consonance arabe chez les journalistes, médecins, avocats, chefs d'entreprise ou partout ailleurs, voilà bien la preuve qu'on peut réussir tout en étant issu des "quartiers", qu'il n'y a pas de fatalité.

C'est justement faire injure aux jeunes de cette communauté que de les réduire à des trafiquants de drogue et à des délinquants.

Le problème de la France, c'est que le "politiquement correct", en particulier celui des médias, impose un vocabulaire avec ses codes et ses tabous.

Lorsqu'on siffle la Marseillaise à Saint-Denis, on finit par Toulouse..

Lorsque la police ne peut plus pénétrer dans les "quartiers", on finit par Toulouse.

Lorsqu'il est impossible d'évoquer la Shoah dans les écoles de banlieues, on finit par Toulouse.

Lorsqu'on laisse impunément des paumés à keffieh prôner le boycott de produits israéliens, on finit par Toulouse.

Lorsqu'on publie des images truquées d'enfants palestiniens sanguinolents, on finit par Toulouse.

Lorsqu'on a l'œil rivé, non pas sur la planète, mais sur la haine d'Israël, on finit par Toulouse.

Lorsqu'on chauffe à blanc l'opinion publique avec la manipulation Al-Dura, on finit par Toulouse.

Lorsque, pour évoquer les terroristes palestiniens, les kamikazes qui se font exploser dans les marchés, les restaurants ou ailleurs, on utilise les substantifs "combattants" ou "activistes", on finit par Toulouse.

Lorsqu'on accuse Tsahal de génocide, de massacres, on finit par Toulouse.

Lorsqu'on participe à des manifestations où l'on crie "Morts aux Juifs", on finit par Toulouse.

Lorsqu'un vieillard appelle les Français à "s'indigner", on finit par Toulouse.

Lorsqu'on laisse s'exprimer librement et se rendre en Iran pour parader avec un clown prônant la destruction d'Israël un soi-disant "humoriste" dont on se demande pourquoi "D.ieu nous l'a donné", on finit par Toulouse.

Lorsqu'on autorise une liste "antisioniste" à se présenter aux élections, on finit par Toulouse.

Lorsqu'on stigmatise le halal et le casher, on finit par Toulouse.

NON, la Liberté, l'Egalité, la Fraternité, la Démocratie, ce n'est pas le droit de dire et de laisser faire tout et n'importe quoi..

 NON, Mohamed Merah n'est pas un fou, il n'est que le produit de la lâcheté de cette société bien pensante (à l'instar de Catherine Ashton, la chef de la diplomatie européenne, osant un parallèle entre les enfants de Gaza et ceux de Toulouse) qui laisse faire, qui impose les codes pour ne pas être traitée de raciste, et qui, paradoxalement en est l'instigatrice.
 

Les Juifs de France, en dépit de la conduite impeccable des dirigeants de l'Etat, doivent se poser la question de leur avenir après Toulouse.

J'en ai MARRE qu'on nous aime seulement lorsqu'on nous enterre !!!

Pour Gabriel (4 ans), Arieh (5ans) et leur père Jonathan Sandler (30 ans), pour Myriam Monsonégo (7 ans). Pour Abel Chennouf (25 ans), Mohamed Legouade (23 ans) et Imad Ibn Zlaten (30 ans).

Que vos mémoires soient bénies.

Pour les blessés et en particulier les fonctionnaires de police dont l'abnégation et le dévouement ont permis d'éliminer la bête."

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’encombrant « Monsieur sécurité » de Jadot écarté de la campagne écolo
Insultes, menaces, intimidations : depuis plusieurs années, militants et élus alertent les responsables d’EELV sur le comportement de Philippe Bouriachi. Ce conseiller régional, qui faisait office de garde du corps de Yannick Jadot, a été écarté de l’équipe de campagne parallèlement à notre enquête. Il dénonce une cabale.
par Mathieu Dejean et Sarah Brethes
Journal — France
Affaire Hulot : Yannick Jadot met « en retrait » un pilier de sa campagne
Proche de Nicolas Hulot, Matthieu Orphelin a été mis « en retrait » de la campagne de Yannick Jadot, en raison d’interrogations sur la connaissance qu’il aurait pu avoir des agissements de l’ancien ministre, accusé de violences sexuelles et sexistes. Une « décision courageuse » de la part du candidat écologiste à la présidentielle, salue Sandrine Rousseau.
par Mathieu Dejean
Journal — France
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)

La sélection du Club

Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement