Esther1965
Professeur d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 déc. 2009

Merci à ceux qui soutiennent la géographie et l'histoire...

Esther1965
Professeur d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je ne suis pas toujours d'accord avec les idées d'Yves Thréard, mais ici, je dois le remercier de son appui : l'APHG ne mène pas un combat d'arrière-garde. Nous souhaitons seulement pouvoir enseigner l'histoire et la géographie à tous les élèves, quelles que soient les filières dans lesquelles ils étudient. Pourquoi les pousser à travailler dans nos disciplines ? Pas seulement dans le but qu'ils puissent réussir le prochain devoir !! Mais pour les aider à comprendre l'évolution, l'aménagement du territoire sur lequel ils vivent. Pour les pousser s'intéresser à l'autre, leur apprendre à être curieux, à réfléchir. Pour leur apprendre à penser, à exercer leur esprit critique, à comprendre ce que sont les sources historiques. Lire des textes longs et parfois complexes peut certes s'avérer difficile et exigeant. Mais l'effort est couronné de succès quand on s'est donné la peine de prendre le texte à bras-le-corps, et qu'on comprend que l'histoire et la géographie vous construit.

L'histoire en danger

Par Yves Thréard le 7 décembre 2009 18h01

L'Association des professeurs d'histoire et de géographie a raison d'être en colère. Le projet du gouvernement de sacrifier l'enseignement obligatoire de ces deux disciplines en terminale S est inopportun et maladroit.

L'ambition du ministère de l'Éducation nationale de réhabiliter le baccalauréat littéraire (L), dévalorisé depuis le désintérêt pour les langues mortes, est certes louable. Mais ce retour en grâce ne saurait se faire au détriment de la filière scientifique. Au prix d'un nivellement par le bas dont notre système éducatif ne cesse de faire les frais pour conduire le maximum de jeunes au baccalauréat. Encore une fois, on va déshabiller Paul pour habiller Jacques.

Résultat, la section L va peut-être progresser en effectifs, mais pas en qualité. Quant à la section S, elle perdra sur tous les plans. Et ce n'est pas le renforcement de son programme d'histoire-géographie en classe de première qui comblera cette perte. Chacun sait que la compréhension grandit avec le nombre des années et la maturité.

À l'heure où les Français sont appelés à réfléchir sur l'identité nationale, on se demande comment pareille idée a pu germer. Elle est en complète contradiction avec la volonté affichée de donner des repères à une société qui se cherche, à des jeunes qui peinent à trouver parfois leur place. La France a une âme que des siècles d'histoire, pour le meilleur et pour le pire, ont petit à petit forgée. Il est indispensable d'en avoir conscience.

Au-delà, c'est l'enseignement de l'histoire en général, des plus petites aux plus grandes classes de notre système éducatif, qui mériterait d'être revu et corrigé. Quel intérêt de revisiter notre passé depuis l'Antiquité à chaque niveau de l'école primaire, du CP au CM2 ? L'apprentissage chronologique est à peu près respecté au collège, mais il est abandonné pour devenir thématique au lycée. Comme si, à 15 ou 16 ans, on avait la même aisance pour jongler avec les siècles qu'à l'âge universitaire. La société médiatique du « flash », du « zoom » et du « zapping » n'a pas sa place dans une enceinte scolaire, où rigueur et logique doivent être de mise.

L'histoire et la géographie sont affaire de savoirs. Pas de « pédagogisme » ou de méthodologie, porte ouverte aux comparaisons hâtives, aux erreurs d'interprétation ou aux ignorances les plus graves.

Et merci à Philippe Bilger

Exclusif: Bilger signe sa première pétition!

Philippe Bilger - Blogueur associé | Mercredi 9 Décembre 2009

Source Marianne 2

La proposition du gouvernement de rendre l'histoire et la géographie optionnelles en Terminale scientifique suscite un torrent d'indignation. Philippe Bilger s'y associe, et pour la peine, décide de signer la première pétition de sa vie.


Je n'ai jamais signé une pétition de ma vie et pourtant je vais sauter le pas. Je manque tellement d'expérience dans ce domaine que j'ai seulement laissé un message, avec mon nom, sur le répondeur téléphonique de l'association des professeurs d'histoire et de géographie et que depuis j'espère avoir été inscrit sur la liste. Cela me fait un drôle d'effet. Accepter de coexister avec tant d'autres qu'on estime ou qu'on ne connaît pas, partager un temps le même espace, ce n'est pas rien. Comme cette démarche de ma part demeurera unique, j'ai pris garde à ne pas me tromper, à ne pas m'engager dans un combat douteux, partisan ou insignifiant. Il fallait absolument que la cause fût bonne. Elle l'est. L'histoire et la géographie doivent devenir optionnelles en classe de terminale S dans le cadre de la réforme du lycée. C'est une faute, peut-être même un scandale. En tout cas une aberration. J'ai pris connaissance des explications du ministre Luc Chatel, de Richard Descoings qui a défendu ses propositions et sa vision de l'enseignement scientifique et littéraire. J'ai perçu les inquiétudes de tel ou tel syndicat étudiant craignant que cette polémique occulte les problèmes posés par la réforme du lycée dans son ensemble (nouvelobs.com, Le Monde, Le Figaro, Le Parisien). L'idée même de rendre optionnel ce qui, pour la plupart des esprits de culture et de bonne foi, relève du fondamental - quelle que soit la voie choisie - semble surgie, de manière erratique, d'élucubrations plus désireuses de provoquer que de pacifier. Il y a des matières auxquelles on ne doit pas toucher parce qu'admettre, pour les besoins d'une rationalisation discutable, leur caractère facultatif, c'est déranger l'ordre d'un monde qui ne peut pas se passer d'elles pour se comprendre, qui refuse de les négliger parce qu'il ne serait plus compris. Quand un système, poussant au plus loin la sophistication et la rigueur de son organisation, en est réduit à de telles extrémités, force est d'admettre que lui seul doit être modifié, et non pas ce qu'il exige dans son apparente logique. L'histoire et la géographie ne sont pas négociables dans une société comme la nôtre. On ne chipote pas avec elles. On ne feint pas de mettre en cause leur légitimité en les frappant de contingence. On les garde précieusement comme un trésor ou de plus en plus une planche de salut. Par quel étrange masochisme ce pouvoir - qualifiable rapidement « de droite » - éprouve-t-il l'envie de saper les fondements de ce qui constitue une civilisation du quotidien ? Par quel surprenant détour a-t-il pour obsession de décevoir les sympathies intellectuelles et les affinités d'esprit qui croyaient pouvoir s'attacher à une conception de l'univers respectueuse du passé et porteuse d'avenir qu'on lui prêtait naturellement ? Par quelle volonté perverse de piétinement et de destruction, non pas les militants ni les partisans toujours convaincus mais la famille d'esprit plus largement entendue, au regard des principes et des valeurs tant pour les comportements singuliers que pour l'être collectif, est-elle ainsi insensiblement déçue, écartée comme s'il convenait à toute force, pour se distinguer, de sacrifier l'essentiel et l'identité qui rassemblaient ? Il n'était pas nécessaire d'avoir voté en faveur de Nicolas Sarkozy pour penser que ce ne serait pas son gouvernement, à l'évidence, qui proposerait l'histoire et la géographie optionnelles ou l'abandon de la culture générale ici ou là. Il y avait des cohérences qui semblaient inscrire chaque camp dans un réseau clair et serré d'orientations et de prescriptions. On aurait eu tout faux ! Le débat sur l'immigration et l'identité nationale, à supposer qu'il soit aujourd'hui opportun et ne risque pas de susciter plus de fractures que de consensus, n'a rigoureusement aucun sens si on le relie à cette histoire et géographie optionnelles en terminale S. La contradiction forte qui existe entre l'histoire ciment d'une République et l'histoire reléguée manifeste qu'aiu sein même de l'univers du pouvoir, la coordination est imparfaite puisque sur le plan de l'enseignement elle bat en brèche ce sur quoi l'effervescence civique devrait s'appuyer. J'ajoute que le salmigondis historico-culturel dont Henri Guaino a parfumé certains discours du président de la République, la journée consacrée à la lettre de Guy Môquet sont totalement déconnectés par rapport à ce désinvestissement éducatif. On est en droit d'exiger d'un Etat que le chemin qu'il trace, surtout pour ces tréfonds d'un pays infiniment plus importants que les joutes de la politique, soit limpide et lisible. L'histoire, comme l'a dit Dominique de Villepin, c'est la compréhension du monde. C'est aussi, dans un univers qui est moins passionné par la transcendance, une sorte de plongée inverse dans la réalité des siècles, les vies et les tumultes de notre pays, ses gloires et ses hontes, la perception sensible et chaleureuse que nous sommes portés par un destin collectif et que celui-ci continuera après nous. L'histoire et la géographie, c'est donner de l'éternité à notre précarité, de la profondeur à notre légèreté, du passé à notre avenir, de l'espérance à notre pessimisme. Le magistrat, dans la mesure même où la controverse se rapporte à l'humain, à l'apprentissage de la mémoire et de la tolérance, à l'analyse des causes, à la culture du temps long et court, à ce socle fondamental composé de matière et d'âme, de regret et de désir, est directement intéressé par ces disputes des derniers jours, impliqué parce que la problématique est loin d'être étrangère à ce qui fonde ou non une justice profonde et riche. Des projets moins discutés ont été retirés. Il ne peut pas être optionnel d'être ou non un citoyen digne de ce nom. On ne prive pas plus de l'histoire que du pain. Cette pétition, oui, il faut que je la signe.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart