Un festival de livres antisémites au Salon du Livre de Casablanca

 

qu’il y ait dans le monde arabe au vu de la politique menée par les dirigeants israéliens un réflexe comparable à celui de la haine de boche durant les affrontements entre la France et l’Allemagne, c’est déja politiquement débile, parce que cela va exactement dans le sens voulu par ces dirigeants, qui ne voient leur propre maintien au pouvoir et la spoliation criminelle du peuple palestinien que dans le ghetto israélien devenu machine de guerre. C’est débile de confondre Israélien et juifs comme le veulent les tenants de l’Etat juif. pourtant cette colère primaire est compréhensible comme peut l’être en France le dévoiement de la colère des misérables contre l’arabe du coin. Mais quand des dirigeants et des institutions arabes cultivent ce réflexe pour l’étendre à une apologie du négationnisme et du nazisme, cela témoigne de la manière dont tout ce beau monde tente d’asseoir son pouvoir sur les vieilles recettes qui ont justement été celles du nazisme… Nous sommes décidemment entrés dans une période bien sombre de notre histoire, celle d’un monde où le nazisme n’a jamais été éradiqué… le pouvoir marocain peut bien parler de ses juifs avec tendresse, une telle manifestation n’a pu avoir lieu sans son accord. Sarkozy et marine Le pen ont bien leur alter ego dans le monde arabe, je n’ai pas plus de complaisance pour les uns que pour les autres… (note de danielle Bleitrach)

Publié le : 16 mars 2012

Quiconque a entendu parlé de ce qui ce passe dans le monde arabe ne sera pas surpris qu’un récent salon du livre au Maroc a mis en vedette des classiques antisémites tels que «Mein Kampf» et «Les Protocoles des Sages de Sion.

 

Les livres, dont également « L’exposition de complots sionistes pour contrôler le monde», ont été affichés dans le cadre du Salon International de l’Edition du Livre de Casablanca, la salon culturel le plus important de la région (Moyen-Orient et Maghreb). Selon le Centre Simon Wiesenthal il s’agissait du pire salon du livre. Les représentants de cet institut américain contre le racisme ont donc faire parvenir une missive au Ministre maroccain de la culture, Mohammed Amine Sbihi.

Peut-être plus important encore, le Centre Wiesenthal a également protesté contre Jürgen Boos, le directeur du festival dans le monde de l’édition à la Foire du livre de Francfort. L’organisation demande à Boos la « liste noire » des éditeurs des livres « de la foire Octobre, » car ils violent les conventions de l’Union européenne et du Conseil de l’Europe contre le racisme.

Le Centre Wiesenthal a par ailleurs fait retentir un sérieux avertissement : « année après année, notre Centre proteste contre le comportement des maisons d’éditions, mêmes récidivistes, sans aucune action efficace pour prévenir la récidive. »

Agnes Bar-Zvi – JSSNews

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.