États Généraux du cinéma français
Appel à la constitution d’états généraux du cinéma
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 oct. 2022

États Généraux du cinéma français
Appel à la constitution d’états généraux du cinéma
Abonné·e de Mediapart

Le cinéma n'est pas mort, son avenir est entre nos mains !

[Rediffusion] Le jeudi 6 octobre de 14h à 18h, à l'Institut du Monde Arabe à Paris, s'est tenu la journée d'appel à des États généraux du cinéma. Moment de réflexion collective et d'interpellation des pouvoirs publics sur l'évolution du cinéma et de nos politiques culturelles. À retrouver en vidéo ici !

États Généraux du cinéma français
Appel à la constitution d’états généraux du cinéma
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jeudi 6 octobre 2022 de 14h à 18h, à l'Institut du Monde Arabe à Paris, se tient la journée d'appel à des États généraux du cinéma.

Cette journée est un appel à réagir aux menaces qui pèsent actuellement sur le cinéma.

C’est un moment de réflexion collective et d'interpellation des pouvoirs publics sur l'évolution du cinéma et de nos politiques culturelles. C'est organisé par les professionnels du secteur, dans l'objectif de convoquer rapidement des États généraux du cinéma.

De nombreux constats révèlent des dérives qui menacent le cinéma et plus largement notre exception culturelle : brouillage de la ligne entre cinéma et audiovisuel, glissement des aides publiques sélectives vers une logique de rentabilité, phénomènes de concentration, etc. Les bouleversements que connaît le secteur doivent être pensés ensemble.

Nous appelons donc tous les créateurs, les techniciens, les producteurs, les diffuseurs, les organisations représentatives, toutes celles et tous ceux qui font le cinéma, qui l'aiment et qui le défendent dans toute sa diversité, à soutenir cette journée de mobilisation en signant ce lien.

Appel à des états généraux du cinéma 2022 © Regards

Sur Facebook : https://www.facebook.com/people/Etats-G%C3%A9n%C3%A9raux-du-Cin%C3%A9ma/100086678162983/

Voici le texte qui en préfigure les enjeux :

Le 17 mai 2022 paraissait dans le journal Le Monde une tribune intitulée « Les choix politiques de nos institutions fragilisent gravement le cinéma », signée par près de 300 personnalités, bientôt rejointes par de nombreuses organisations professionnelles – la SRF, l’ACID, le DIRE, le SDI, le SCA et le GNCR – apportant leur soutien à l’initiative de convoquer en urgence de nouveaux États Généraux du Cinéma français.

Enjeu de cette tribune : le constat partagé par tous les signataires et organisations partenaires que l’évolution de notre politique culturelle fait peser une grave menace sur le cinéma français – malgré les discours officiels qui prétendent sans cesse le contraire.

Le Centre National du Cinéma et de l’Image Animée a pour mission fondatrice de défendre, promouvoir et développer le cinéma en France, dans son pluralisme de formes.

Nous constatons une dérive de cette mission, qui va en s’accélérant.

Le champ des arts et de la culture, jusqu’alors protégé des logiques de rentabilité, se trouve désormais fragilisé et de plus en plus exposé aux assauts du marché, au sein même des institutions pourtant chargées de le défendre. 

La journée du 6 octobre vise à expliciter l’ensemble des points qui témoignent de l’infléchissement de cette mission du CNC, à dresser un certain nombre de constats de façon argumentée et à demander aux pouvoirs publics une clarification sur leurs objectifs.

Nous ne doutons pas qu’à l’issue de cette journée, les pouvoirs publics renouvelleront publiquement leur vœu de défendre le cinéma, envers et contre les difficultés qui le touchent actuellement. Nous ne doutons pas non plus que notre mobilisation les aura convaincus de l’urgence de convoquer des Etats Généraux, seul moyen d’associer tous les acteurs de la filière cinéma aux mesures volontaristes que la situation de notre secteur exige.

La nécessité d’une réflexion collective s’impose sur le cinéma en France, dans ses possibilités, ses besoins, avec et par celles et ceux qui le pensent, le vivent, le pratiquent au quotidien. 

Les journées de mobilisation qui s’ensuivront avec les États Généraux devront offrir des pistes concrètes à l’action publique, pour soutenir et renforcer notre cinéma pour les années et décennies à venir, dans un esprit de refondation.

La journée du 6 octobre est publique. Elle est organisée au nom de l’intérêt général, en défense d’un art et d’une industrie qui sont un joyau du pays. 

Elle nécessite donc – au même titre que les États Généraux que nous appelons de nos vœux – un rassemblement aussi large que possible des organisations et individus qui composent et participent à faire vivre le secteur. Nous les invitons à nous écrire et à nous rejoindre. 
Le lieu et les détails de son déroulement seront communiqués dans les prochains jours.

Contact : appelegcinema@gmail.com

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier