eth-85
Avocate au Barreau de Paris
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 janv. 2022

Destruction sociale, chaos libéral: nécessité de la gauche pour y faire face

"C'était un temps déraisonnable On avait mis les morts à table On faisait des châteaux de sable On prenait les loups pour des chiens Tout changeait de pôle et d'épaule La pièce était-elle ou non drôle Moi si j'y tenais mal mon rôle C'était de n'y comprendre rien " Louis ARAGON, « Est-ce ainsi que les hommes vivent ? »

eth-85
Avocate au Barreau de Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"De la destruction des structures sociales et du chaos, mamelles du libéralisme, et de la nécessité d’une pensée de gauche pour y faire face"

----------------

Les temps sont durs pour les gens raisonnables.

Et pourtant il nous faut bien essayer de l’être, raisonnables, et de l’être encore, si possible, ensemble.

Peut-être que le véritable clivage politique aujourd’hui est là, d’ailleurs, entre celles et ceux qui veulent sauver la démocratie en étant d’accord sur le fait que son essence même, ce n’est pas l’accumulation d’opinions individuelles plus ou moins bien informées sur tel ou tel réseau social, dans des vagues dont certaines ressemblent à du harcèlement ou à des exécutions, mais la confrontation (même virulente, même violente mais non armée) des avis, des données, des expertises… dans des cadres intellectuels, institutionnels et organisationnels, privés et publics, destinés à  et construits pour accueillir ces « paroles contraires », permettre leur expression la plus libre possible et en tirer une substantifique moelle collective qui soit profitable non pas à quelques-un.e.s, mais au plus grand nombre.

Avec un sens de l’intérêt général et du bien public qu’on ne remettrait pas en permanence  en question pour des raisons qui tiendraient hélas, à la légitimité des émetteurs ou des personnes chargées de faire fonctionner et de diriger telle ou telle structure.

C’est presque un lieu commun de le dire : ces structures d'organisation, de réflexion, d'expression et d'action collectives , que les réseaux sociaux ne remplaceront jamais, sont décriées, et très attaquées, sinon véritablement minées de l’intérieur par des divisions parfois invraisemblables et des guerres picrocholines (syndicats, partis, Parlement, associations…), la démocratie est très malmenée de manière générale par une philosophie politique très en vogue actuellement, qui gère des grandes masses sans aucune nuance et par le chaos.

On construit de"faux blocs identitaires" qui n'existent que dans des esprits sournois. Qui peut soutenir sérieusement que "tous les syndicalistes" pensent de la même manière la même chose? Que toutes "les féministes" pensent de la même manière la même chose? Que "tous les non-vaccinés" pensent de la même manière la même chose?... Mais cette construction intellectuelle sans nuance est tellement plus pratique pour alimenter la polémique!

Rebaptisé « disruption » pour faire chic et innovant, il s’agit en réalité purement et simplement de destruction. Destruction de valeurs. Destruction des structures de la démocratie pour créer le chaos et la confusion.

Ce que Marx avait théorisé en son temps : pas de lutte contre l’éternelle problématique bourgeoise de baisse tendancielle du taux de profit sans destruction de valeur.

Ce que Prévert avait mis en vers dans « Il ne faut pas rire avec ces gens-là » avec sa compagnie de théâtre alors, on était en plein Front populaire :

« C’est la coutume
il y a trop de travailleurs dans le monde
il faut les expédier dans l’autre
trop de travailleurs, trop de café, trop de sardines,
trop de betteraves, trop de fraises de bois,
trop d’instituteurs…

À la mer le café
Au vestiaire la canne à sucre
À l’égout le beurre
Aux chiottes les primeurs
En prison les travailleurs »

Pour lutter contre la baisse tendancielle des taux de profit, il n’y a que quelques méthodes, toujours les mêmes : moins de travailleurs, baisse du coût du travail, raréfaction des biens et de services disponibles, conglomératisation des structures de production, financiarisation de l'économie et création de nouveaux marchés.

On reconnaît bien là la « patte » de l’école de Chicago lancée par Milton Fridman et dont Naomi Klein a très bien parlé dans « La stratégie du choc -Montée d’un capitalisme du désastre » un excellent ouvrage (souvent mal compris, ou utilisé malintentionnément par les milieux complotistes) écrit en 2007.

Dans un pays déjà très malmené, depuis des années, par des politiques plus ou moins libérales sur le plan économique et de plus en plus autoritaires sur le plan intellectuel et politique, gravement violenté par des attentats, des blessures douloureuses, et des controverses qui mine de rien, portent atteinte au principe même de la démocratie (la libre expression des questions ,des positions, des propositions, des informations… le débat et la raison plutôt que la polémique et l’opinion, le clash et le buzz), où la crise prétendument « sociétale » masque la grave crise économique sur laquelle le capitalisme financier prospère depuis les années 80 et qui franchit des étapes de plus en plus inquiétantes, en parasite de la production réelle,  les lames s’aiguisent de plus en plus au sujet de la pandémie, du vaccin et des obligations diverses et variées.

Personnellement, sur ce sujet des vaccins, obligations, passe, protocoles etc. et comme la plupart d’entre vous en réalité, j'imagine, je me pose surtout beaucoup de questions, je varie, et au fond, j'ai peu de réponses. Mon objectif consiste donc surtout à essayer de rester informée et à faire le tri entre les sources valables, même contraires et les autres. Je ne remets pas en cause l’existence de la pandémie, les vrais problèmes de santé publique, et la réalité des personnes décédées. Je crois que là c’est « le » cap à ne pas franchir, où on verse dans le complotisme. Pour autant, on peut (on doit pouvoir) toutefois questionner l’usage qu’une certaine catégorie de personnel politique fait de faits réels, de données concrètes et c’est dans cet usage que les choses se jouent aussi.

Aurions-nous pu avoir une véritable obligation vaccinale ? Je ne le crois pas, car nous n'avions (et n'avons toujours) pas suffisamment de vaccins ni suffisamment d'infrastructures et de personnels pour les administrer. La brutalité et la contrainte sont -elles des moyens efficaces en matière de santé publique ? Non, pas du tout, jamais, au contraire (un ami rappelait opportunément ailleurs l’existence de la Déclaration de Denver relativement à la pandémie du Sida). Est-il normal de vouloir protéger une population d'une pandémie ? Oui bien-sûr, c'est même le devoir d'un gouvernement en temps normal, ce me semble. Peut-on pour autant continuer à vendre « le rêve » d’un "risque zéro" (finalement, comme en matière de délinquance ou d'immigration, pour certain.e.s...) Non. Les vaccins sont-ils dénigrés par des gens souvent complètement allumés, complotistes, paranoïaques, qui sont opposés au progrès et à la science... ? Oui, souvent, hélas. Mais pas que. Plus de 40 % des non-vaccinés ne sont pas vaccinés pour des raisons qui tiennent à leur statut social, à leur précarité, à des défauts d’information, à des difficultés d'accès selon l'Inserm. C'est énorme et il faut l'entendre. Dans les Dom Tom, les non-vaccinés expriment fréquemment un rejet ancestral de la colonisation et du colon. Et oui, la métropole (et les békés) a commis tellement de fautes et les a si peu (jamais ?) réparées. Hier Mururoa, encore aujourd'hui, le chlordécone.... Comment ne pas voir dans la garde à vue récente d’Elie Domota en Guadeloupe un geste politique symbolique fort du pouvoir central, bien plus qu’une nécessité de police, même au regard d’un maintien de l’ordre public ? Notre système de santé et nos hôpitaux sont-ils au bout de leurs ressources, gravement sous-financés, sous-équipés? Oui, sans aucun doute et ça ne date pas d'hier, mais une fois qu'on a dit cela, que fait-on au regard de la pandémie actuelle qui est réelle? La vie en collectivité implique-t-elle de ne pas avoir de "liberté absolue" et entraîne-t-elle des atteintes inévitables aux libertés individuelles? Oui, ça ne fait pas de doute, et depuis toujours et ça ne me choque pas. Mais il y a bien-sûr des curseurs et des limites aussi à ces restrictions. Le passe vaccinale ou sanitaire (j'avoue avoir perdu le fil et ne plus savoir exactement ce qui s’appelle comment) a-t-il des effets importants sur certaines libertés fondamentales (ou ce qu'il en reste, depuis le temps qu’elles sont attaquées dix fois par an par la droite comme par la gauche)? Oui indubitablement.

Est-ce légitime ?

Et je crois que c'est là que les points de vue divergent le plus, et qu'à mon sens nous tombons ou risquons de tomber toutes et tous dans un piège dialectique assez terrible.

Cette question de la légitimité des mesures (quelles qu'elles soient finalement, dès qu'on sort du fantasme du " risque zéro") ne peut être décorrélée de l'examen attentif de l'état de notre démocratie et du gouvernement qui nous gouverne.

C'est là que tout va mal.

Je reconnais avoir  actuellement beaucoup de mal à me dire qu'un gouvernement comme celui qui nous gouverne, un Président comme M. Macron, qui vient nous dire qu'il "emmerde" ses concitoyens, ses administrés, finalement, ses semblables, qui gouverne par le chaos, pour le libéralisme, cet émissaire de Milton Fridman qui garde en poste des ministres mis en examen, qui se mêle publiquement de leurs procédures judiciaires au mépris de l'indépendance des magistrats dont il est supposé être garant, dont on connaît trop bien les liens avec le Capital, qui détruit tout ce qu'il touche, à commencer par le semblant de démocratie qu'il nous reste... voudrait réellement "mon bien".  C’est vrai, je n'arrive plus à me dire qu'il est légitime (je pense qu’il ne l’est pas suffisamment pour nous infliger ce qu’il nous inflige). Je ne peux pas imaginer que les mesures qu'il prend le seraient.

Ce que je vois, quel que soit le sujet dont il s'empare, c'est qu'il incite à la guerre de chacun contre tous (et c'est normal ! qui dit libéralisme dit individualisme, qui dit individualisme dit  loi du plus fort, obscurantisme et prédation). Sa manière de lutter pour la laïcité (soi-disant) c’est de s'en prendre aux femmes voilées. Sa manière de lutter contre le Covid (soi-disant) c'est de s'en prendre aux non-vaccinés. Sa manière de lutter contre le chômage (soi-disant) c'est de s'en prendre aux chômeurs (« traverser la rue », « se payer des costards » etc.). Sa manière de lutter contre le terrorisme (soi-disant) c'est de s'en prendre aux militant.e.s anti-racistes (au passage, on attend toujours une explication   sur la grave défaillance des services de renseignement qui pourrait avoir joué un rôle non-négligeable  dans l’exécution de l’assassinat de Samuel Patty). Sa manière de lutter contre le réchauffement climatique (soi-disant) c'est de promouvoir le nucléaire, la chasse et les néonicotinoides....

Il invente et met en exergue des responsabilités individuelles qui effacent et remplacent même, les responsabilités collectives, politiques, il désigne des boucs -émissaires en permanence et nous monte toutes et tous les uns contre les autres mais sur de mauvaises bases, des bases individualistes où chacun devient le « flic » de tou.te.s (et de soi-même).

C'est ça « être disruptif », c'est d'abord instiller les germes du chaos, car pour les libéraux, le chaos est créateur d'opportunités et de richesses (c'est la nature profonde du capitalisme « qui porte en son sein la guerre comme la nuée porte l'orage » disait Jaurès…)

J'ai l'impression d'être spectatrice d'un mauvais jeu vidéo de destruction massive, paramétré pour qu'on ne puisse prendre que les pires décisions possibles. Je vois peu d'espoir possible, aucune structure collective ne m'inspire à ré-adhérer, à rien, car j'ai l'impression que toutes manquent cruellement de boussole, et l'avenir me semble bien noir.  

J’espère que la gauche va retrouver un « fil directeur » plus large que tel ou tel « bout de la lorgnette » (malgré tout à l’échelle d'un pays, de l'humanité, et de la lecture de son histoire, cela restera "une lorgnette" au même titre que l'assassinat d'Henri IV ou la grippe espagnole, si on compare à la guerre 14-18 ou à la pandémie de Sida dans le monde, et je ne dis pas cela pour minimiser les effets de la pandémie de Covid, qui est grave et justifie à mon sens des mesures).

Sortir de ces ornières, véritables flétrissures morales, que sont les cabales en « wokisme » (sic), ou en « hystérisation féministe », contre le camp du débat collectif et du progrès social.

Sortir aussi de ces débats entre « individus et opinions personnelles » qui mettent parfois les meilleur.e.s d’entre nous au niveau d’un plateau de Laurent Ruquier (c’est dire…), c'est à dire en sortir par « le haut », par la réflexion commune, la raison, et un retour à nos fondamentaux.

Contrairement à ce qu'on peut entendre parfois, non, la gauche, ça ne signifie pas "rien". Et nos fondamentaux sont et doivent être « de gauche ». Ça restera préférer la démocratie et le débat à l’autorité et à la force (ça n'empêche pas une forme de fermeté mais, comme dans l’éducation, savoir dire « non » et s'y tenir, ce n’est pas pareil que leur taper dessus...). Ça restera obtenir des droits pour les plus fragiles et les moins audibles. La protection des droits des femmes et des enfants.  Le refus de la pauvreté et de la précarité. La lutte contre le racisme et l'antisémitisme. La protection de celles et ceux qui se battent pour les droits syndicaux et politiques contre la prédation du capital qui exploite les corps, les âmes, les vies.  

Je crois que nous avons encore les moyens de faire la part des choses. Les moyens d'être raisonnables. C'est notre devoir, même. Y compris quand c'est difficile. Et une « boussole de gauche » peut nous y aider.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver des enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart