eth-85
Avocate au Barreau de Paris
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 sept. 2022

eth-85
Avocate au Barreau de Paris
Abonné·e de Mediapart

Violences en politique : combats anciens et avancées récentes

Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 

eth-85
Avocate au Barreau de Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En 1999, l’AVFT publiait une première lettre ouverte aux partis politiques qui leur demandait de prendre position sur la place qu’ils accordaient à leurs élus poursuivis ou condamnés pour des violences sexuelles. On y lisait notamment ceci : « Les violences sexuelles sont inacceptables. Elles constituent une atteinte aux droits individuels les plus élémentaires (droit à la sécurité, à la liberté, à l’intégrité physique) dans une démocratie.

Elles sont incompatibles avec l’exercice de fonctions ou de responsabilités électives. Les partis politiques ne peuvent les cautionner. Des agresseurs ne sauraient légitimement représenter des citoyennes et des citoyens. »

En 2005, l’AVFT lançait une campagne pour exiger la révocation immédiate des élus auteurs de violences.

Dix ans plus tard, en 2009, l’AVFT était contrainte de renouveler cet appel aux partis politiques :

« Parmi les auteurs de ces violences se trouvent des élus, qui sont aussi les employeurs de leurs victimes, comme c’est le cas des maires. Dans les procédures dans lesquelles nous sommes intervenues, aucun des élus mis en cause pour des violences sexistes ou sexuelles n’a été exclu de son parti politique d’appartenance. (…) Dix ans après cette lettre, et quatre ans après le début de la campagne de l’AVFT pour la révocation immédiate des élus auteurs de violences sexistes ou sexuelles, nous vous demandons à nouveau de vous positionner précisément sur les questions suivantes : 1. La saisine de votre parti politique de faits de violences sexistes ou sexuelles précis, cohérents et concordants commis par un élu entraîne-t-elle son exclusion du parti si la victime ne souhaite pas porter plainte ? (…) »

En 2021, Osez le Féminisme, l’AVFT et de nombreuses militantes féministes se mobilisaient pour exiger la révocation de Georges TRON alors définitivement condamné et emprisonné pour avoir commis un viol contre une employée de sa mairie.

Depuis 2011, j’ai pu assister (malheureusement) plusieurs femmes, administrées désespérées recherchant de l’aide, citoyennes aux prises avec une société qui les maltraite quotidiennement, employées de collectivités locales dans la dépendance économique de leur emploi…victimes d’élus ou de collaborateurs d’élus.

Le sujet des violences de genre (sexuelles, sexistes, intrafamiliales…) commises par des élus et celui de leur (non) traitement par les partis est un sujet ancien et hautement problématique en France.

De ce point de vue, et il faut rendre grâce cent fois aux associations de féministes, le fait qu’enfin, cinq après MeToo (qu’on mesure bien cela, il a fallu cinq après MeToo, ce tsunami mondial de la parole féminine, et il a fallu plus de vingt ans (!) après la première Lettre Ouverte de Catherine Le Magueresse, alors Présidente de l’AVFT) il n’est plus possible politiquement, plus envisageable moralement, que les partis politiques (et les syndicats) n’aient même pas une cellule de signalement ou de veilles de ces violences, est une avancée importante.

Même si ces cellules sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. L'existence de mécanismes est une demande massive des citoyens et citoyennes de ce pays. Un signe que l'on prend le sujet au sérieux. Que l'on "dit ce que l'on fait et que l'on fait ce que l'on dit". En tout cas, c'est le postulat.

Bien-sûr, il faudrait que ces cellules soient parfaitement indépendantes, il faudrait que leur fonctionnement soit très clair, que le processus soit connu publiquement, qu’elles rendent des avis motivés qui soient de préférence, suivis par les instances dirigeantes, qu’elles cessent de « cafouiller », qu’elles se forment correctement, voire qu’elles sachent se faire assister par des experts extérieurs si besoin. Il faut tant de progrès encore.

Évidemment, il faut, surtout, absolument, que les dirigeants des partis ou des syndicats qui disposent actuellement de telles cellules s’abstiennent de se prononcer sur des affaires en cours (surtout pour en dire des horreurs), bien-sûr, la logique de chapelle assiégée qui prédomine dans tant d’organisations doit absolument s’effacer devant l’intérêt supérieur des femmes (des victimes de ces violences, de manière générale).

L’intérêt des femmes, dans une société patriarcale et inégalitaire, quel est-il ?

Rappelons-le:

- Il est de pouvoir militer sereinement, dans une organisation « safe » exempte de sexisme et de violences de genre.

- Il est de pouvoir travailler sans angoisse dans un parti ou un syndicat, de ne pas avoir à redouter de se retrouver seule avec tel élu le soir après 22 h.

- Il est de pouvoir s’adresser à un élu (élu local ou élu du personnel) sereinement, quand on est une administrée, une concitoyenne, une salariée, sans avoir à redouter de chantage sexuel, de viol, d’abus…

- Il est de pouvoir élire des personnes, dans les instances nationales ou professionnelles, qui ne sont pas des agresseurs, des frappeurs, des violeurs, des empriseurs et qui ne seront pas susceptibles de défendre le patriarcat d’abord par intérêt personnel, mais plus largement, qui seront en bonne posture pour se battre pour l’égalité des femmes avec les hommes.

De ce point de vue, sur ce sujet, oui, il vaut mieux ces cellules que ce que nous avions avant, c’est-à-dire : RIEN. Ou alors, pas grand- chose (des commissions de conflit qui arrivaient après « la bataille, comme ici au PS en 2011).

En réalité, il faudrait des cellules partout, elles devraient être obligatoires a fortiori dans les partis et les syndicats, et leurs modalités de constitution et de fonctionnement devraient l’être également. Si nous avions un gouvernement sérieux, pour qui la cause des femmes soit vraiment la grande cause…ce serait LE chantier du moment. Plutôt que critiquer en mode « règlement de comptes politicards », proposer et construire. Une loi, des audits, une certification, des processus, une assistance pour leur mise en œuvre…

Mais gardons confiance, non pas dans les ministères mais dans nos combats et nos débats féministes pour continuer à faire avancer les choses, que l’on soit « Relève » ou que l’on soit « vieille de la vieille ».

Après tout, Rome ne s’est pas faite en un jour...

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Comment dire « non au fascisme » est devenu inaudible en Italie
La victoire du post-fascisme n’a surpris personne en Italie, où l’extrême droite s'est installée dans le paysage politique et médiatique depuis des décennies. Le « centre-gauche », impuissant et sans repères, porte une lourde responsabilité dans cette banalisation. Aujourd’hui, seules quelques rares organisations de jeunesse tentent de bousculer l’atonie générale qui s’est emparée de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Amériques
Ouvrir une clinique d’avortement dans le Wyoming, le combat d’une militante
La future clinique d’avortement de Casper, au cœur de l’État très républicain du Wyoming (États-Unis), a été attaquée avant même son ouverture. Son initiatrice ne baisse pas les bras. Elle rouvrira. Envers et contre tout. 
par Alexis Buisson
Journal — Santé
Accès à l’IVG : des progrès dans la loi, des galères sur le terrain
Alors que le droit à l’avortement est menacé dans le monde, des avancées ont été obtenues en France, dont l’allongement du délai légal. À l'occasion de la journée mondiale du droit à l’IVG, Mediapart a enquêté sur les freins persistants.
par Alexandre Léchenet et Rozenn Le Saint
Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin

La sélection du Club

Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis