eth-85
Avocate au Barreau de Paris
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 sept. 2022

eth-85
Avocate au Barreau de Paris
Abonné·e de Mediapart

Les « bonnes » victimes et les « mauvaises »

Elles en ont de la chance, ces consœurs qui savent reconnaître « les bonnes victimes » des « mauvaises victimes ». Les « vraies victimes » des « fausses victimes ». Les « justes combats » des « mauvais combats ». Elles ont de la chance ou un test ou une poudre magique. Moi, je n’ai pas ça en magasin.

eth-85
Avocate au Barreau de Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Elles en ont de la chance, ces consœurs qui savent reconnaître « les bonnes victimes » des « mauvaises victimes ».

Les « vraies victimes » des « fausses victimes ».

Les « justes combats » des « mauvais combats ».

Elles ont de la chance ou un test ou une poudre magique. Moi, je n’ai pas ça en magasin.

Quand une femme arrive à mon cabinet, je ne lui demande pas d’abord si elle est une bonne ou une mauvaise victime. Je ne lui demande pas si le combat sera utile ou juste ou bon ou nécessaire.

Quand une femme (et parfois, de plus en plus souvent, certains hommes) arrive à mon cabinet en général elle est en vrac, plus ou moins au fond du trou, avec plus ou moins un continuum de violences en chapelet, des histoires pas possibles emmêlées en écheveau, ou une histoire simple mais terrible. Enfin vous m’avez comprise : en général la femme (ou l’homme, donc) qui pousse la porte de mon cabinet, elle est mal. Elle va mal. Voire, très mal. Et souvent, elle a des préjugés, des idées toutes faites et par-dessus tout, beaucoup d’appréhension.

« Son » agresseur, « son » empriseur, « son » abuseur, « son » violeur… C’est son patron, son député, son grand-père, son prof de théâtre, son cousin, son collègue, le meilleur ami de son mari, son chirurgien, son curé… C’est comme à la Foirfouille, vraiment il y a de tout. De toutes les classes, de tous les milieux, de toutes les couleurs, de toutes les religions.

Elles aussi, elles sont toutes uniques. Des femmes drôles, de belles femmes, même très belles, des moins jolies, des fortes personnalités, des diplômées, des sans-emploi, des femmes qui aiment les hommes, comme on dit, des femmes soumises et conventionnelles… de tout.  Donc, premièrement, « les bonnes victimes » on ne les reconnaît ni à leur physique ni à leur agresseur.

Deuxièmement, les « bons combats » : traduisez, ceux qui seraient « purs », ceux qui ne nuiraient pas à « la cause » qu’elles prétendent avoir tellement à cœur. Pareil, je ne sais pas comment on les reconnaît, ceux-là.

Je vais vous faire une confidence : je ne me pose même pas ce genre de question. Ce n’est pas comme ça que je travaille, contrairement à d’autres. Moi je prends « tout » parce que je suis là si on a besoin de moi, parce qu’on a besoin de moi. Célébrité, exposition ou pas. Et la règle d’or au cabinet c’est que les dossiers « médiatiques » ne prennent pas plus de temps ni plus d’espace que les dossiers qui ne le sont pas. On essaie de se tenir strictement à cette règle d’égalité. Et quelque soit le dossier, très honnêtement, je ne compte plus le nombre de fois où j’ai entendu plaider en face : « Ah mais je suis avocat.e de victimes aussi, j’en défends figurez-vous ! Et je suis féministe ! Et je sais reconnaître une vraie victime ! Mais alors là, justement, Mme Machin croyez-moi, c’est le combat qui leur nuit, qui nuit à la cause ! »

Ben oui. Moi "je prends tout" (et parfois même, je me demande si je ne prends pas surtout « les plus désespérés »). Les plus douteux combats, les plus difficiles d’accès, ceux où on prend bien plus de « petits matins défaits que de grands soirs triomphants », pour paraphraser l’immense Daniel Bensaïd (car la lutte féministe est évidemment une lutte des classes). Oui.

Finalement, si c’est « facile », on a sans doute moins besoin de moi. En toute modestie. Non que je sois particulièrement brillante ou meilleure que telle ou tel. J’ai simplement plus d’expérience, et surtout, je pense avoir une expérience assez unique : je n’assiste jamais d’homme accusé de violence. En 22 ans, jamais. Pas un. Je laisse aux « bonnes élèves du patriarcat » le soin de proposer leurs bons offices dans ce domaine.

Tout le monde a le droit d’être défendu. C’est vrai. Mais ce n’est juste pas moi qui le ferai. Et le créneau est déjà bien pris (il faut dire qu’il est bien plus rémunérateur et que toute la société trouve cela admirable de défendre un violeur ou un abuseur. Alors qu’une féministe qui défend des victimes du patriarcat, vraiment, un peu ça va, trop, ça « pète l’ambiance » - heureusement, nous sommes de plus en plus nombreuses à nous investir aussi pleinement, et surtout, il y a quelques associations tutélaires qui tiennent bon depuis bien longtemps, l’AVFT, le CFCV... qu’elles soient ici remerciées pour leur travail de longue haleine. Elles non plus, elles ne « trient » pas…).

La rhétorique de la « mauvaise victime », du « mauvais combat », du « combat qui nuit aux vraies victimes »… je la connais par cœur depuis le temps donc. Elle me fait sourire car je me demande toujours comment font celles qui pratiquent ce « tri sélectif » et dans quelles poubelles elles mettent quoi.

Je les imagine sur un champ de bataille face à un adversaire, refuser de défendre leur ligne parce que la tête du type leur revient trop, que la couleur du revolver n’est pas la bonne… Je ne sais pas moi. Mais vous voyez l’idée. Je ne comprends pas comment on peut savoir à l’avance ce genre de choses. Ça me fait sourire ce dilettantisme revendiqué. Enfin, ça me ferait sourire si ça ne faisait pas autant de dégâts, cette rhétorique de bonne élève du patriarcat : « Oh je ne défends que les vraies victimes sinon vous savez, n’oubliez pas de dire que moi, les hommes je les adore ».

Mais attendez. Moi aussi je les aime, « les hommes ». Juste, je les aime les yeux ouverts, je n’ai pas besoin de me chercher des excuses pour les aimer comme ils sont, c’est-à-dire, en sachant bien fort qu’ils peuvent être des salauds parce que, c’est le patriarcat, ça transforme l’or en plomb et l’amour en misère.

Et je voudrais terminer en redisant bien fort que je n’ai jamais exigé de mes clientes des certificats de pureté ou de bonne conduite. Je n’ai jamais pensé dans aucune de mes luttes, que parce que vous étiez dominé.e vous seriez nécessairement bon.ne et vertueux. Non. J’ai eu des clientes violentes. Des clientes roublardes. Des clientes tonitruantes. Des clientes vengeresses. Des mauvaises mères. Des mauvaises sœurs. Des mauvaises filles…

Croyez-moi sur parole : sous leurs atours, leurs paillettes, leurs masques, leurs postures… ces femmes étaient toutes dominées et toutes abîmées par le patriarcat. Qu’elles l’aient vu, compris, su ou pas, peu importe.

Il n’y a que des esprits étroits pour s’imaginer qu’on devrait chercher la vertu de l’oie blanche chez ces femmes. Leur faire l’aumône de notre défense ce serait les humilier une fois de plus.

Moi, je les accepte toutes. Et je fais avec.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot
Journal
La ministre Caroline Cayeux démissionne en raison d’un patrimoine « sous-évalué »
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan