Etienne CHERON
consultant
Abonné·e de Mediapart

32 Billets

0 Édition

Lien 6 juin 2017

[Etienne CHERON] UNICEF / HCR : Alerte au Sud Soudan

JUBA/NAIROBI/NEW YORK, – Plus d’un million d’enfants ont déjà fui le Soudan du Sud après plus de trois ans d'un conflit qui continue de ravager le pays, ont annoncé l’UNICEF et le HCR ce jour. « Au Soudan du Sud, près d’un enfant sur cinq a été forcé de fuir son foyer, ce qui témoigne de l’horreur de ce conflit pour les plus vulnérables, » a déclaré Leila Pakkala, (retranscrit par Etienne CHERON)

Etienne CHERON
consultant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://www.unicef.org/french/media/media_95947.html

Par Etienne CHERON

Ci-dessous le communiqué du HCR et de l'UNICEF

Communiqué de presse commun

Plus d’un million d’enfants ont fui la violence croissante au Soudan du Sud

20170508_SS1M_PR_Web.jpeg

© UNICEF/Ose Des enfants réfugiés rentrent chez eux après l'école, dans une implantation de réfugiés à Nyumanzi, en Ouganda

JUBA/NAIROBI/NEW YORK, – Plus d’un million d’enfants ont déjà fui le Soudan du Sud après plus de trois ans d'un conflit qui continue de ravager le pays, ont annoncé l’UNICEF et le HCR  ce jour.

« Au Soudan du Sud, près d’un enfant sur cinq a été forcé de fuir son foyer, ce qui témoigne de l’horreur de ce conflit pour les plus vulnérables, » a déclaré Leila Pakkala, Directrice régionale de l’UNICEF pour l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe. « Si l’on ajoute cela au fait que plus d’un million d’enfants sont également déplacés dans le pays, c’est l’avenir de toute une génération qui est menacé. »

Selon les derniers chiffres de l’ONU, les enfants représentent 62 pour cent de l’ensemble des réfugiés du Soudan du Sud. La plupart sont arrivés en Ouganda, au Kenya, en Éthiopie et au Soudan.

« Aucune autre crise ne me préoccupe davantage que celle frappant le Soudan du Sud, » s'inquiète Valentin Tapsoba, Directeur du Bureau du HCR pour l'Afrique.

 « Il est très préoccupant de constater que les enfants réfugiés sont devenus le visage de cette situation d’urgence. Nous., toute la communauté humanitaire, avons un besoin urgent d'engagements fermes et durables pour être en mesure de leur venir en aide. »

Au Soudan du Sud, plus d’un millier d’enfants ont été tués ou blessés depuis l'éclatement du conflit en 2013 et l'on estime qu'environ 1,4 million d'enfants ont été déplacés à l'intérieur du pays.

Près des trois quarts des enfants du pays ne vont plus à l’école. C’est la plus forte proportion d’enfants déscolarisés dans le monde.

Les traumatismes psychologiques et physiques, la peur et le stress vécus par tant d’enfants ne sont qu’une partie du lourd tribut prélevé par cette crise. Les enfants courent constamment  d’être recrutés par des militaires et des groupes armés et, vu l’effondrement des structures sociales traditionnelles, ils sont aussi de plus en plus vulnérables à la violence, aux abus sexuels et à l’exploitation.

Plus de 75 000 enfants réfugiés en Ouganda, au Kenya et en Éthiopie ont passé les frontières du Soudan du Sud seuls ou après avoir été séparés de leur famille.

Les familles réfugiées fuyant vers les pays voisins en quête d’abri et de sécurité sont confrontée à une double catastrophe durant l’actuelle saison des pluies. La santé des enfants est menacée et les risques en matière de protection sont élevés du fait des abris de fortune. Un soutien plus accru est nécessaire pour assurer à chaque famille un abri sûr, et apporter une aide humanitaire d’urgence y compris des vivres, de l’eau ainsi que des services de protection, d’éducation et de santé.

L’appel de fonds lancé par l’UNICEF pour répondre à la situation au Soudan du Sud et aux besoins essentiels des réfugiés sud-soudanais dans la région – d’un montant de 181 millions de dollars jusqu’à la fin de l’année - n’est actuellement financé qu’à hauteur de 52 pour cent.

Le personnel du HCR est en première ligne dans cette crise, allant à la rencontre  des réfugiés sud-soudanais qu’ils viennent tout juste de traverser les frontières et leur fournissant une aide vitale. Toutefois la pénurie chronique de financements en 2017 met en péril la fourniture de services essentiels. L’appel de fonds du HCR pour la situation au Soudan du Sud – d’un montant de 781,8 millions de dollars - n’est financé qu’à hauteur de 11 pour cent.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux