Etienne CHERON
consultant
Abonné·e de Mediapart

32 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mai 2017

[Etienne Cheron] Je ne crois pas que le PS est mort ... enfin pas ce matin !

Par Etienne CHERON. Encore une grosse actualité aujourd'hui (mercredi 10 mai 2017) : le PS est-il mort ? Toute la presse s'excite, les éditorialistes s'enflamment. De "l'interminable calvaire" du Parisien à la "dynamitation du PS" du Figaro, les marronniers de la presse politique sur le PS sont de sortie.

Etienne CHERON
consultant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Etienne CHERON

Encore une grosse actualité aujourd'hui (mercredi 10 mai 2017) : le PS est-il mort ?

Toute la presse s'excite, les éditorialistes s'enflamment. De "l'interminable calvaire" du Parisien à la "dynamitation du PS" du Figaro, les marronniers de la presse politique sur le PS sont de sortie.

Ils auraient d'ailleurs pu ajouter qu'en cette date anniversaire du 10 mai 1981, François Mitterrand devait regarder ce spectacle avec miséricorde.

Le PS est-il mort ? je ne le crois pas. Le PS est-il malade ? oui, très sérieusement. Mais finalement de quoi souffre-t-il ?

Sans exhaustivité sur le diagnostic, on peut s'interroger sur ce qui a conduit dans une telle situation, un parti triomphant électoralement, détenant en 2012, tous les leviers de tous les pouvoirs, de l'Elysée au Parlement, des régions aux départements, les communes, les grosses, les moyennes, les petites,

Certains avanceront le surmoi marxiste en conflit avec le social libéralisme, d'autres les débats non tranchés entre la gauche de gouvernement et celle d'opposition. Pour ma part je crois davantage à l'inadaptation des structures profondes de ce parti à l'hyper présidentialisation de la Ve République souhaitée pourtant par Lionel Jospin.

Le PS est un parti structurellement girondin. Il repose sur le pouvoir local de fédérations qui par nature se défie d'un pouvoir central trop fort. L'exécutif du Parti est d'ailleurs composé de Secrétaires Nationaux, le 1er secrétaire n'est pas un président. C'est un type d'organisation démocratique, qui fait confiance à l'intelligence des territoires, qui valorise les performances électorales locales. Mais il s'agit d'un schéma absolument inadapté à l'hyper-présidentialisation puisqu'il est contestataire par essence.

Ce dilemne, constamment posé à François Hollande depuis 2012 est une cause de son échec. Il n'a su s'imposer comme un véritable chef de l'Etat (hormis sur les questions régaliennes) car il n'a jamais réussi à trancher réellement entre la France girondine, son parti et la France jacobine, son pouvoir. En remontant très légèrement l'histoire les échecs de Lionel Jospin et de Ségolène Royal peuvent également trouver là leur racine. Entre soutien étouffant des baronnies pour l'un et opposition résolue pour l'autre.

Si le PS veut reconquérir le pouvoir présidentiel un jour, l'exercer dans la durée, il n'a pas d'autre choix que de se réformer en profondeur. S'il veut demeurer ce parti fort localement (ce qui au demeurant offre à plus de monde davantage de positions de pouvoir et d'influence !), qu'il demeure ainsi. Il sera d'ailleurs un excellent partenaire de cohabitation avec Emmanuel Macron, vous le verrez.

Le PS n'est pas mort, son ADN n'a simplement rien de commun avec la Ve République. La séquence présidentielle refermée, nous observerons aux législatives de très solides poches de résistance puis une remontée progressive, scrutin après scrutin car les structures locales sont solides, les militants sont engagés. Il faudra bien sûr en passer par un Congrès, avec ses jeux de posture, probablement mortifère, mais le PS survivra encore. et gagnera à nouveau. J'en suis persuadé.

Etienne CHERON

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal
Le logement menacé par la financiarisation
Un rapport commandé par le groupe écologiste au Parlement européen et publié jeudi dresse un tableau inquiétant de la financiarisation du logement sur le Vieux Continent. Avec, souvent, l’appui des pouvoirs publics.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica