Etienne CHERON
consultant
Abonné·e de Mediapart

32 Billets

0 Édition

Lien 13 avr. 2018

{Etienne CHERON} Boko Haram a enlevé plus de 1 000 enfants depuis 2013

Relayé par Etienne CHERON Boko Haram a enlevé plus de 1 000 enfants au Nigeria depuis 2013 Le groupe djihadiste a, selon l’Unicef, tué au moins 2 295 enseignants et détruit plus de 1 400 écoles. En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/04/13/boko-haram-a-enleve-plus-de-1-000-enfants-au-nigeria-depuis-2013_5284972_3212.html#ZWR7LCWYm5We8wYv.99

Etienne CHERON
consultant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/04/13/boko-haram-a-enleve-plus-de-1-000-enfants-au-nigeria-depuis-2013_5284972_3212.html

Relayé par Etienne CHERON

Retrouvez l'article sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/04/13/boko-haram-a-enleve-plus-de-1-000-enfants-au-nigeria-depuis-2013_5284972_3212.html

image: http://img.lemde.fr/2018/03/25/0/0/1550/1026/768/0/60/0/a76af93_FFF-NIG02_NIGERIA-SECURITY-_0325_11.JPG

a76af93_FFF-NIG02_NIGERIA-SECURITY-_0325_11.JPG

Certaines des écolières enlevées par Boko Haram en février à Dapchi (nord-est du Nigeria), dans le village voisin de Jumbam après leur libération, le 21 mars 2018. Crédits : REUTERS FILE PHOTO / REUTERS

« Depuis 2013, plus de 1 000 enfants ont été enlevés par Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, dont les 276 filles kidnappées à Chibok en 2014 », a annoncé l’Unicef, vendredi 13 avril, dans un communiqué, à la veille du quatrième anniversaire de cet enlèvement emblématique. « Ces attaques répétées contre des enfants, dans des écoles, sont impensables », a souligné Mohamed Malick Fall, l’un des responsables au Nigeria de cette agence spécialisée des Nations unies.

Lire aussi :   Les enfants, victimes collatérales par millions des conflits armés

L’insurrection de Boko Haram, qui cherche à instaurer un califat dans le nord-est du Nigeria, a fait au moins 20 000 morts et 2,6 millions de déplacés depuis 2009. Le groupe, dont le nom signifie en haoussa – l’une des langues du Nigeria – « l’éducation occidentale est un péché », cible régulièrement les écoles, tout particulièrement celles qui ont un programme laïc. Il a tué au moins 2 295 enseignants et détruit plus de 1 400 établissements, selon l’Unicef.

Kidnapping de masse

Depuis son arrivée au pouvoir, en 2015, le président Muhammadu Buhari a renforcé l’effort de guerre face au mouvement islamiste armé. Mais même affaibli, Boko Haram, qui a perdu de larges pans de territoire, a poursuivi ses attaques meurtrières, notamment contre des civils, et conserve la capacité de mener des opérations de grande envergure.

Lire aussi :   Au Nigeria, le président Muhammadu Buhari de nouveau affaibli par Boko Haram

En février, l’enlèvement par les djihadistes de 111 écolières à Dapchi, dans le nord-est, avait ainsi choqué le pays. La plupart de ces jeunes filles ont été ensuite libérées, mais ce kidnapping de masse avait ravivé le douloureux souvenir du drame de Chibok, en avril 2014.

Lire aussi :   Au Nigeria, Boko Haram libère plus de cent écolières

Quelque 276 jeunes filles avaient alors été enlevées dans un pensionnat par des insurgés, arrivés par dizaines à la faveur de l’obscurité à bord de camions et de pick-up. Plus de cent d’entre elles seraient toujours détenues par le groupe. Cette tragédie avait ouvert les yeux du monde sur les exactions commises par Boko Haram au Nigeria, déclenchant une vague d’émotion mondiale avec le mouvement « Bring back our girls », relayé jusqu’à la Maison Blanche par la première dame de l’époque, Michelle Obama.


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/04/13/boko-haram-a-enleve-plus-de-1-000-enfants-au-nigeria-depuis-2013_5284972_3212.html#ZWR7LCWYm5We8wYv.99

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours à Hong Kong »
Militant hongkongais des droits des travailleurs, Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression qui réduit la société civile au silence. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui, à gauche, célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal
Dans l’ancienne colonie britannique, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa