Etienne COGNET
Militante Ecologiste - Etudiant
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 août 2022

40 ans après la dépénalisation de l'homosexualité, un goût amer persiste

Bien que cette victoire mérite d’être célébrée tant elle est structurante dans l’Histoire de nos luttes, ces 40 ans laissent un goût amer en bouche. En effet, le contexte politique actuel nous fait présager un recul de nos droits alors même que nombre d’entre eux restent encore à conquérir.

Etienne COGNET
Militante Ecologiste - Etudiant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« La discrimination, la flétrissure qu’implique à leur égard l’existence d’une infraction particulière d’homosexualité les atteint nous atteint tous à travers une loi qui exprime l’idéologie, la pesanteur d'une époque odieuse de notre histoire. Le moment est venu, pour l’Assemblée, d’en finir avec ces discriminations comme avec toutes les autres qui subsistent encore dans notre société, car elles sont indignes de la France. » - Robert Badinter

Je veux commencer ce billet par cette citation de Robert Badinter défendant la loi que nous célébrons ce jour. Cette loi qui a mis fin à la répression qu’avait engagé le régime de Vichy, contre les déviants, les « contre-nature », les pédés.

Bien que cette victoire mérite d’être célébrée tant elle est structurante dans l’Histoire de nos luttes, ces 40 ans laissent un goût amer en bouche. En effet, le contexte politique actuel nous fait présager un recul de nos droits alors même que nombre d’entre eux restent encore à conquérir.

La montée de l’extrême droite en France, dans toute l’Europe, dans le monde occidental en général et même au-delà menace nos existences. Des législations LGBT-phobes apparaissent partout dans le monde, en Hongrie, aux Etats-Unis, en Pologne, en Russie, au Sénégal et ailleurs sans qu’aucune barrière n’empêche l’arrivée de ces idéologies immondes en France.

Justement la France. Aujourd’hui s’opère dans une grande indifférence une banalisation de l’homophobie. Il y a 40 ans nous faisions cesser le bruit des bottes et aujourd’hui nous nous accommodons du silence des pantoufles.

Des ministres, élus et mouvements politiques réactionnaires, conservateurs et fascisants ramènent sans crier gare cette idéologie de la discrimination envers ceux qui ne rentrent pas dans le moule, symptomatique de l’oppression hétéro-patriarcale. Cette dernière s’alliant avec les idéologies libérale qui exploite les travailleurs et travailleuses, écocidaire qui épuise notre environnement et en premier lieu celui des plus modestes, et impérialiste qui détruit les peuples et leurs modes de vie. L’hétéro-patriarcat constitue seulement une facette de tout un système d’oppression.

Comment être confiant pour nos droits quand une ministre affirme que l’existence des homosexuels, « ces gens-là », est contre nature. Comment affirmer nos luttes quand un élu de la République, lors d’un débat sur la variole simienne, affirme que les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes font honte aux singes.

Nos acquis, qu’on nous considérait solides amenant même certains à douter de la nécessité de nos luttes, s’effritent peu à peu.
Le contexte politique nous oblige à une vigilance accrue pour la conservation de nos droits, il démontre aussi la nécessité de remporter de nouvelles victoires tant le chemin reste long.

Le moment est venu de protéger les personnes intersexes contre les mutilations qu’ils et elles subissent.

Le moment est venu de reconnaitre l’existence des personnes trans qui font face à des discriminations et humiliations institutionnalisées.

Le moment est venu de reconnaitre des droits aux travailleurs et travailleuses du sexe qui sont, au regard de la loi, des sous-citoyens et sous-citoyennes, ce qui met en danger leurs vies.

Le moment est venu de reconnaître et d’indemniser les victimes de la répression judiciaire faite aux homosexuels avant la promulgation de la loi que nous célébrons aujourd’hui.

Le moment est venu d’autoriser et d’encadrer la Gestation Pour Autrui pour assurer un droit à la famille pour toutes et tous.

« Le moment est venu d’en finir avec ces discriminations comme avec toutes les autres qui subsistent encore dans notre société, car elles sont indignes de la France. »

Plus que jamais nos luttes sont importantes, nécessaires, vitales. Plus que jamais nous devons être politiques, radicales et radicaux, et surtout plus que jamais, nous devons être fières et fiers, ne jamais baisser la tête et ne rien laisser passer.

La lutte continue, plus que jamais !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Chine et États-Unis entrent dans un nouveau cycle de tensions économiques
La crise taïwanaise a prouvé la centralité de la compétition entre Pékin et Washington. Sur le plan économique et historique, c’est aussi le produit des errements de la gestion par les États-Unis de leur propre hégémonie.
par Romaric Godin
Journal
Discriminations sexistes à l’entrée de prisons : des retraits de soutiens-gorge imposés à des avocates
Cela fait une décennie que des avocates signalent des retraits de soutiens-gorge imposés par des surveillants quand elles se rendent en prison. Depuis la diffusion d’une note par l’administration pénitentiaire en juillet 2021 interdisant cette pratique, au moins quatre avocates ont rapporté avoir été ainsi « humiliées ».
par Sophie Boutboul
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint
Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ». Premier volet de notre série sur la guerre des espionnes.
par Patricia Neves

La sélection du Club

Billet de blog
« Le chemin de fer est un trésor public et une solution pour demain »
[Rediffusion] Dans « Un train d'enfer », Erwan et Gwenaël Manac'h offrent une enquête graphique dense, caustique et très réussie sur la SNCF qui lève le voile sur une entreprise d’État attaquée de toute part, un emblème, à réformer sans doute, mais surtout à défendre. Conversation déliée avec Erwan.
par Delaunay Matthieu
Billet de blog
Transition écologique... et le train dans tout ça ?
La transition écologique du gouvernement en matière de transports ne prend pas le train ! Dans un billet, le 3 août, un mediapartien dans son blog « L'indignation est grande », dénonçait le « mensonge d’État » concernant l’investissement ferroviaire. Deux émissions sur France Culture sont révélatrices du choix politique de Macron-Borne ! Saurons-nous exiger le train ?
par ARTHUR PORTO
Billet de blog
Les perdus de Massiac
Par quel bout le prendre ? Dénoncer l'incompétence catastrophique et l'inconséquence honteuse de la SNCF ou saluer les cheminots qui font tout leur possible pour contrebalancer l'absurdité du système dont ils sont aussi victimes ? L'État dézingue d'abord chaque secteur qu'elle veut vendre au privé de manière à ce que la population ne râle pas ensuite...
par Jean-Jacques Birgé
Billet d’édition
Entretien avec Manuel Bauer, réalisateur du film documentaire « Vida férrea »
Entretien réalisé par Alice Langlois qui a mené un terrain anthropologique dans la région minière traversée par le film et le critique de cinéma Cédric Lépine, à l'occasion de la présentation du film « Vida férrea » à Visions du Réel, festival international du film documentaire de Nyon (Suisse) en 2022.
par Cédric Lépine