Etienne COGNET
Militante Ecologiste - Etudiant
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 janv. 2022

Etienne COGNET
Militante Ecologiste - Etudiant
Abonné·e de Mediapart

La petite musique de l'union pour l'union m’agace

Je n'ai pas signé la tribune de « l'Appel des Jeunes pour l'union de la Gauche en 2022 »¹ parue dans Le Monde le 8 janvier, et je veux expliquer pourquoi dans ce billet. Cette tribune ne propose pas de méthode, ne prend pas en compte les enjeux stratégiques de chaque candidature et fait semblant de ne pas voir des choses pourtant fondamentales. Par consensualisme ? Par naïveté ?

Etienne COGNET
Militante Ecologiste - Etudiant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Manifestation à Rennes en 2016, contre le recours à l'article 49.3 par le gouvernement dans un contexte social tendu sur la loi travail. © DAMIEN MEYER / AFP

On m'a envoyé cette tribune il y a quelques jours en me proposant de la signer. Et réellement je l'ai lue, attentivement, parce que je ne suis pas fondamentalement contre le rassemblement des forces sociales, écologistes et humanistes. Mais force est de constater que la tribune ne propose rien. Elle ne propose pas de méthode, elle ne prend pas en compte les enjeux stratégiques de chaque candidature et fait semblant de ne pas voir des choses pourtant fondamentales. Par consensualisme ? Par naïveté ?

Je ne veux pas croire à la naïveté parce qu'elle serait insultante pour les initiateurs de la tribune parce qu'ils sont des jeunes engagés, certains ont été cadres de mouvements politiques et ils connaissent ces enjeux. Ensuite parce que j'ai de l'estime pour eux, ils ont été des camarades de lutte il fut un temps et je sais pour certains leur valeur.

Alors disons que c’est par consensualisme. C'est à mon sens une erreur. Ça n'est pas en dépolitisant nos luttes que nous ferons mieux de la politique et que nous gagnerons. L'union ne fait pas un programme et je ne veux pas faire campagne uniquement pour gagner coûte que coûte face à Macron et l’extrême droite. Parce que j’ai décidé de ne pas faire campagne contre eux mais bien pour un projet écologique profondément social et humaniste.

Je vais être plus sévère encore. La dépolitisation de nos discours, en plus d’être à mon sens une erreur, est dangereuse. C’est ce qui a mené la social-démocratie là où elle est aujourd’hui, c’est ce qui a permis à Valls et Macron d'exister (oui parce qu’il vient de là pour celles et ceux qui pourraient l’oublier) et que ce n’est pas l’avenir que je souhaite pour mon camp. Si la sociale démocratie a échoué, ne coulez pas le reste de la Gauche avec.

C’est là où je veux en venir à un deuxième point. Je trouve le ton du « There is no alternative » vraiment pesant et insultant. Dans un excellent billet, David Cormand explique très bien que non, ce n’est pas parce qu'elle est désunie que la Gauche est faible, mais bien parce qu’elle est faible qu’elle est désunie. Pourquoi la Gauche est désunie ?  Parce qu'elle se cherche, parce qu’elle n’a pas réussi en 5 ans à faire émerger un véritable projet de société collectif et que donc certains s'y essaient en proposant un projet par ici, un autre projet par là. « Réunir la France » d’un côté, « la Remontada » de l'autre, certains plus téméraires envisagent même d'y aller sans rien proposer. Non, la victoire n’est pas impossible, même sans union. C’est la confusion de certains et certaines qui tâtonnent, qui dépolitisent, qui ne proposent pas grand-chose qui nous empêchera de gagner.

Et puis un troisième point. Et c’est aussi pour ça que je fais ce billet aujourd’hui pour ne plus à avoir à en répondre ensuite. A chaque fois que dans le débat public, on parle de la Gauche, c’est pour parler d’hypothétiques primaires, de grèves de la faim ou de divisions. Demande-t-on à Emmanuel Macron et Valérie Pécresse d’organiser une primaire ? Demande-t-on à Éric Zemmour et Marine Le Pen d’organiser une primaire ? Je crois qu’ils ont pourtant plus de compatibilités idéologiques qu'en ont Mélenchon et Hidalgo. Pendant ce temps, ils peuvent allègrement déballer leurs programmes insupportables. L’espace est pollué par ces chimères d'union, empêchant la Gauche de convaincre et proposer.

Alors voilà pourquoi la petite musique de l'union pour l'union m’agace, elle m'use. Je crois que le rassemblement peut se faire, mais qu’il n'y a pas de formule magique, encore moins une énième tribune qui ne propose rien.

¹ : https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/01/09/election-presidentielle-2022-candidats-de-gauche-levez-la-tete-vos-enfants-les-jeunes-de-ce-pays-comptent-sur-vous_6108748_3232.html#xtor=AL-32280270-[default]-[android

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte