Etienne Grangier
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 avr. 2020

J'étais infirmier

Je m'appelle Etienne Grangier et j'étais infirmier jusqu'à vendredi dernier. Je dis j'étais, car j'ai décidé d'abandonner.

Etienne Grangier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je n'ai plus envie de prodiguer le soin. L'alcool et le chocolat soulagent chaque soir mes tensions et mes interrogations sur le fait de savoir si j'aurais le matériel pour travailler correctement sans contaminer d'autres malades...

La contamination, elle vient de là, des médecins, des infirmières et des aides soignantes non équipées pour agir correctement...

Mercredi, en arrivant à mon travail, le matériel avait encore diminué, 2 blouses jetables pour la journée, la blouse nous "protégeant" nous soignant mais allant de patient en patient...

Je savais pertinemment que ce jour arriverait. J'ai décidé d'agir comme je me l'étais promis.

J'ai refusé.

Seul, devant mes collègues, j'ai dit non. La hiérarchie est venue et on m'a demandé un droit de retrait.
J'ai décidé de ne plus retourner travailler.

Pourquoi devoir se battre pour obtenir un matériel qui nous est dû?
Pourquoi aller soigner des malades si c'est pour les contaminer dans le même temps?
Je n'ai pas appris à soigner pour aller tuer les gens. Mais c'est ce que nous pousse à faire aujourd'hui le gouvernement.

Avec le temps et le manque de personnel, peut être en arrivera-t-on à des réquisitions.

J'ai décidé de refuser.

Je connais les possibles conséquences de ce choix : amende de 3500 euros, poursuites pénales...
Je n'irai pas sur les chemins tel le déserteur de Boris Vian, mais comme lui je ne serai pas armé si les gendarmes viennent me chercher.

Certains diront que je suis un lâche, voire un criminel de laisser ainsi les gens sans soins.

J'en suis arrivé à me foutre du quand dira-t-on car je suis fatigué, fatigué et dégoûté de ces mensonges d'Etat qu'on nous assène depuis janvier nous laissant croire que nous allons pouvoir travailler correctement.
Je n'ai plus envie d'aller faire l'aumône pour ma sécurité et celle de mes patients.

Je ne suis pas un héros, et encore moins un soldat. Mais surtout je ne veux pas l'être! Je ne suis pas là pour donner ma peau à une élite qui a décidé sciemment de ne pas agir et cela dès le mois de janvier.
Cela s'appelle en tant de guerre de la Haute trahison envers son peuple.

Macron a décidé de ne rien faire, de mentir aux soignants, de mentir à la population et de laisser sciemment les vieux crever dans les Ehpad sans compter leur décès.
Pourquoi devrais-je être meilleur que lui?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement