Etienne Grangier
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 avr. 2020

A la vôtre Monsieur le Président !

Pourquoi finalement être meilleur que lui? Je n'en sais foutrement rien... Après tout pourquoi ne pas rentrer dans son jeu ? Pourquoi ne pas reprendre mon métier d'infirmier et aller contaminer légalement vos pères, mères, et grands-parents par manque de matériel?

Etienne Grangier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Qu'en seriez-vous après tout?

Que savez-vous de nous, soignants ? De ce que nous faisons à vos proches en réanimation, en soins intensifs, ou bien même en Ehpad ? De nos conditions d'exercice ? Du mal que nous faisons en les contaminant au lieu de les soigner ?
Pensez-vous qu'on vous parlera du Rivotril, du dernier cocktail à la mode, du pourquoi du décès ? Pneumonie, Covid ou euthanasie ?
Avez-vous d'ailleurs vraiment envie de connaître la vérité ? Croyez-vous que les places occupées en réanimation baissent par l'absence de malades ou parce que les vieux et les handicapés n'y sont pas les « bienvenus » ?
Alors je vous le redemande, pourquoi être meilleur que lui, pourquoi ne pas rentrer dans son jeu et accélérer le «processus» de cette longue descente en enfer et tout cela de manière légale?
Macron souhaite des morts? Pourquoi ne pas collaborer à cette mise en scène tragique et ne pas être le meilleur de ses soldats ?
Pourquoi ne pas continuer mon métier d'infirmier en éliminant consciencieusement et légalement mes patients grâce au Covid-19 répandu sur ma blouse à usage non unique ? Avec ce masque chirurgical qui ne protège ni de rien ni de personne ? Allez Etienne, pourquoi ne pas jouer le jeu du président et de ses amis ? Après tout, qui le saura?
Et puis toutes ces retraites en moins...Elles permettront après tout de payer nos primes et les LBD qu'on nous lancera à la gueule dans quelques mois...
Des LBD lancés par des hommes et des femmes qui voient leurs parents eux-aussi infectés par le Covid-19 et mourir eux-aussi par manque de lits en réanimation ou délaissés dans des Ehpad voire peut être plus tristement par vengeance de soignants trop en colère contre eux...
La réalité des luttes sociales mène parfois au pire.

A tous ceux m'ayant conseillé de me mettre en arrêt et d'arrêter l'alcool, je vous remercie de votre bienveillance mais...
Je ne demande pas à être payé pour ma décision. Ni arrêt de travail, ni chômage, ni prime... gardez tout M'sieur le Président,c'est pour moi!
L'argent de mon pays devrait servir à autre chose.
Quand à l'alcool, je ne rajouterai qu'une chose : A la vôtre Monsieur le Président !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO