Celui qui croit que l'homme moderne rembourse ses dettes est soit un fou, soit ?

Post en réponse à l’article publié dans l’Express et sur LinkedIn, par Nicolas Bouzou, intitulé « Dette publique : des candidats et des électeurs irresponsables » ... Irresponsable d'un strict point de vue comptable ou pour les générations futures ? Lien vers l'article de Nicolas Bouzou : https://www.linkedin.com/pulse/dette-publique-des-candidats-et-%C3%A9lecteurs-nicolas-bouzou

On peut s'arrêter à la vision classique de l'économie de la dette. La France est fortement endettée et environ 50% du budget de la nation est sollicité pour rembourser ce "passif"... Mais on peut aussi avoir une approche systémique tournée vers l'avenir. La dette environnementale que nous avons déjà est considérable et non remboursée ! Et il ne s'agit pas d'écriture comptable digitalisée ! Non il s'agit bien d’une « écriture » observable scientifiquement dans le Réel : une destruction progressive et une mise en péril inédite du Réel au nom d'un dogme économique. Voici quelques faits : nos mers et océans sont gavés de microparticules de plastique, notre atmosphère continue  d'absorber de très grande quantité de C02, de CH4, et autres gaz à effet de serre… Pire nos atmosphères urbaines sont de plus en plus nocives pour (entres-autres) les travailleurs qui s'activent dans les grandes villes à générer une bonne partie de la croissance de leur pays ! Cette même richesse produite, étant justement bien utile, pour rembourser la dite dette de leur pays, tout comme en réalité pour rembourser tout un tas de crédits et d’ardoises comptables !
Voilà où nous en sommes : un système économique Roi, impossible à remettre en cause politiquement, où toute dette virtuelle doit être remboursée à tout prix (même au prix d'une dette, ou d'un risque social et environnemental fort).
Or, soyons clair, c'est bien le Réel qui porte la Vie et par extension le système économique, et non l'inverse ! La phase de virtualisation actuelle de l’économie, semble faire oublier (déconnecter) sa dépendance à l’environnement réel bien concret, ayant son propre rythme, ses propres dynamiques et ses propres constantes de temps. C’est peut-être grâce au maintien de cette connexion (naturelle), garantie par des hommes (et non des machines de trading à hautes fréquences), que les générations précédentes investissaient sur le temps (plus) long.  Ils n’acceptaient l’investissement et le risque financier que sur des durées compatibles et cohérentes avec le (leur) Réel !


Garder une vision de comptable rigoriste, quant aux dettes étatiques, c'est avoir une vision de courte portée ! Celle-là même qui, à l'aube d'une crise historique majeure, a permis au Tsar Russe d'emprunter à la France, un poids d'or bien Réel, sans avoir jamais à le rembourser. La révolution Russe et la première guerre mondiale ayant permis « l'exploit » d'un effacement d'ardoise pour une dette physique de grande valeur (encore aujourd’hui) !


En 2017, nous ne sommes pas capable de trouver des mécanismes exceptionnels d'effacement d'ardoises virtuelles pour faire face aux multiples défis et crises sociaux (comme après 10 ans d'austérité improductive pour la Grèce) et environnementaux (comme pour sauver l'état de notre Air et de notre Eau). Et si nous ne faisons rien ?  Alors les conflits, les crises en série, les tempêtes comme les pénuries, ou finalement les limites physiques de notre planète, s'en chargerons... Et ça a déjà commencé ! Si nous continuons à rembourser nos dettes financières à tout prix, en continuant « d’endetter » fortement l’environnement (Air, Eau, Sols, …)  le bilan comptable dans le Monde Réel est tout à fait improductif !
Celui qui croit que l'homme moderne rembourse ses dettes (physiques), plus qu'il n'en créé pour les générations futures, est soit un fou soit un banquier !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.