ETIENNE SERVANT
Abonné·e de Mediapart

36 Billets

2 Éditions

Billet de blog 1 août 2013

ETIENNE SERVANT
Abonné·e de Mediapart

FUKUSHIMA, UN ARRET A FROID ENCORE CHAUD !

ETIENNE SERVANT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Thermographie infrarouge mesurée au bâtiment réacteur N°3 de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi.

Date de créationJuillet 24, 2013

Photo

hauteur de mesure: 40 m (1)

hauteur de mesure: 40 m (2)

hauteur de mesure: 5m (1)

hauteur de mesure: 5 m (2)

 Comme on le voit sur ces images le réacteur N°3 est encore chaud plus de deux années après la catastrophe qui a frappé cette centrale le 11 Mars 2011 . Il est à noter que la machine de (chargement / déchargement ) de 35 tonnes repose actuellement sur les paniers à combustible de la piscine

de stockage de ce même réacteur, si un séisme devait survenir la modification "géométrie" pourrait engendrer une reprise de criticité suivie d'un bolling flash (évaporation par mise en ébullition instannée de l'eau des piscines à combustible ) puis une émission giganteste de radionuéides !! qui pourrait contaminer gravement toute l'hémisphère Nord de notre belle planête !!!

Le réacteur N° 3 est chargé au MOX  (mélange uranium 235 plus plutoniom 239) fourni par AREVA, et le plutonium 239 (PU 239) est très radiotoxique!.

Ainsi peut t-on lire sur Wikipéa que :

Les radioéléments deviennent toxiques pour l'homme au contact de l'organisme surtout par inhalation ou ingestion. Ils peuvent provoquer des maladies, par inflammation des alvéoles pulmonaires par exemple, ou suite à la formation de tumeurs dans les organes sensibles (yeux, organes génitaux, reins, foie, muscles, os, etc.).

Le facteur de dose d'un élément indique l'impact biologique d'une ingestion. Il est exprimé en sievert par becquerel. Les facteurs de dose vont typiquement de

pour les éléments fortement radiotoxiques, jusqu'à des taux de l'ordre de

pour des éléments faiblement radiotoxiques (comme le tritium gazeux).

La radiotoxicité dépend de l'activité massique du radionucléide, qui est d'autant plus élevée que la demi-vie du radioélément est faible. Ainsi, bien que le facteur de dose retenu pour les actinides suivants soit sensiblement du même ordre de grandeur, leur radiotoxicité varie sur huit ordres de grandeurs : le plutonium (Pu240) a une radiotoxicité évaluée à deux sieverts par miligramme, alors que l'uranium a une radiotoxicité de l'ordre du sievert par kilogramme, un million de fois plus faible.

Photo prise le 24 Juillet, 2013 
Photo prise par Tokyo Electric Power Company 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte