ETIENNE SERVANT
Abonné·e de Mediapart

36 Billets

2 Éditions

Billet de blog 3 août 2013

ETIENNE SERVANT
Abonné·e de Mediapart

Fukushima Daiichi, montée des eaux souterraines derrière le mur de confinement des eaux

ETIENNE SERVANT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Selon l' Asahi Shimbun numérique et Laurent Mabesoone

Photo montrant l'injection de résines de synthèse entre le canal d'amenée d'eau de l'unité 1 et l'unité 2 de Fukushima Daiichi centrale nucléaire (Vidéo prise le 6 Juillet 2013) (03:02)

L'eau contaminée radioactive de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi continue de se déverser dans la mer, selon la Commission de la Nuclear Regulatory  qui a organisé un groupe de travail et d'étude pour la première fois sur ce sujet.Tepco reconnait que 40 billions de Bq de tritium (estimation) ont ete rejetes dans l'eau de mer depuis l'accident... et precise : "il s'agit seulement d'un niveau comparable aux rejets en temps normal pour la centrale - autorises jusqu'a 20 billions)"...!! ... Toujours rien sur le Srontium 90 et le Plutonium...

Tepco reconnait que son mur souterrain (terre gelee chimiquement entre les reacteurs et l'ocean ) a eu pour effet inverse d'augmenter le niveau de l'eau souterraine partout ailleurs, avec de nouvelles fuites insolubles maintenant...

----------------------------------------------------------

La communauté internationale serait bien inspirée de mettre d'urgence des équipes pluridisciplinaires pour analyser la situation et trouver des solutions quelqu'en soit le coût , car les Japonais n'arriveront jamais seuls à circonscrire la Catastrophe de Fukushima et le temps est compté avant que tout cela ne devienne irréversible et pollue la terre entière !

Etienne Servant  

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte