Niort imagine la ville du futur

Honda FCX Clarity + UK's First Hydrogen Car Station Commercial 2012 - New Carjam Car Radio Show © CARJAM TV

 A Niort, s'est tenu au dôme de Noron une conférence afin d'évoquer ce que pourrait être la ville de Niort dans le futur, intitulée « La ville de demain se dessine aujourd'hui ». L'académicien Erick Orsenna, sponsorisé par le groupe G.D.F / Suez, a partagé durant plus d'une heure sa vision de la cité du futur en fonction de son expérience de reporter promeneur ... comme il le dit lui même.

 je n'ai pas été surpris d'apprendre de la bouche de cet accadémicien qu'une ville idéale était celle où il y avait un bon réseau d'assainissement et également une eau potable de bonne qualité ( à ce moment là de la conférence j'ai soudain eu la vision de ces champs de maïs de notre marais en hiver dont toutes les mauvaises herbes et aussi les bonnes ont été grillé par le glyphosate d'un célèbre herbicide d'une autre non moin célébre firme Américaine, que l'on retrouve dans l'eau du robinet. )

Erick nous a ensuite glissé un petit mot au sujet des vilains Allemands qui sont sortis du nucléaire et qui pollulent l'atmosphère avec les rejets des centrales électriques au charbon. Erick à toutefois oublié de nous dire que contrairement à la France les allemands étaient en passe de réaliser une véritable révolution en matière de transport, car en allemagne la révolution hydrogène est en route des bus et des automobiles roulent déjà à l'hydrogène et il n'est pas rare de rencontrer des stations service avec des pompes à hydrogène . En effet le moteur thermique à quatre temps que nous avons tous connu est en train de laisser sa place pour être remplacé par un moteur électrique lequel contrairement à la France où nous avons opté pour des batteries et alimenté par une pile à combustible fonctionnant à l'hydrogène cet hydrogène étant elle même produite soit par des panneaux photovoltaïques ou bien par des éoliennes.

Erick nous a aussi parlé du Japon et de la mégalopole de Tokyo qui est en train de fusionner avec les villes avoisinantes comme Kobé pour former dans un futur proche une mégalopole de plus 60 millions d'habitants ( mais notre académicien sponsorisé par EDF / SUEZ c'est bien gardé de nous parler de la terrible épée de Damoclès qui pèse sur ces populations en la présence de la centrale nucléaire sinistrée de Fukushima Daïchi à quelques centaines de kilomètres dont les 4 réacteurs sont les « trippes à l'air » depuis plus de deux ans . Rappelez vous qu'au moment de Tchernobyl les Russes eux avaient sauvé la planête au prix de 600 000 intervenants (liquidateurs et autres ) et réussi l'exploit sans précédent de reconfiner ce seul réacteur sinistré dans sarcophage de béton armé en seulement 8 mois !

Les japonais eux n'ont réussi qu'à poser des sortes de tentes sur le réacteur N°1 et 3, tentes qui pourraient s'envoler au prochain typhon un peu violent, et dans la région les typhons sont nombreux …Les japonais ont aussi édifié un barrage de béton armé entre les réacteurs et l'océan Pacifique, avant d'éviter que l'eau contaminée de la nappe phréatique coulant de la colline surplombant les réacteurs ne pollue l'océan avec ses radionucléides mortifères .

Hélas pour les ingénieurs pas très ingénieux à l'origine de cette barrière une fois le barrage rempli l'eau à tout simplement passée par dessus.

Actuellement à Fukushima les 35 tonnes de la machine à chargement déchargement du combustible du réacteur N°3 reposent sur les barres de combustible, et si un séisme devait survenir d'une intensité supérieure à 6 tout le combustible pourrait repartir en criticité élevant d'un seul coup la température à plus de 3000 ° C vaporisant intantannéement l'eau de ce bassin de stockage, suivi de la fusion du combustible engendrant une pollution radioactive contaminant tout l'émisphère Nord de notre belle planête. Alors en quittant cette réunion sur la ville idéale j'ai eu la vision d' un village de Hobit dans les marais du Galuchet, où circuleraient la claircity de Honda (voiture électrique à pile à combustible alimentée à partir d'une station service solaire à poser dans le Jardin qu'il suffit d'alimenter en eau) dans une France dénucléarisée, car chez nous aussi avec nos 58 réacteurs nucléaires nous ne sommes pas à l'abrit d'un accident grave, ou pire d'un acte terroriste.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.