Quand allons-nous nous décider à prendre le taureau par les cornes?

La politique de Macron menace gravement nos libertés et toutes les conquêtes sociales de la Résistance. Il est urgent de fédérer les actions de tous les démocrates et républicains en refondant un nouveau Conseil National de la Résistance.

Quand allons-nous nous décider à prendre le taureau par les cornes ?

 

Nous sommes dirigés par les multinationales et les lobbys. Et l’exécuteur des basses œuvres n’est autre qu’un jeune et beau commis plein d’avenir. Un gérant docile, affublé d’un titre usurpé et illégitime, celui de Président de la République.

Illégitime, oui, car notre pernicieuse Vème République permet à un candidat n’ayant séduit que 18% des inscrits au premier tour, de disposer ensuite d’un pouvoir quasi absolu.

Nous ne sommes plus en démocratie. Depuis longtemps et de moins en moins. Et le pouvoir ne prend même plus de gants pour inscrire dans le droit commun des lois liberticides. Des lois qui font de chacun de nous un suspect potentiel qu’un préfet pourra, à sa guise, priver de liberté si le peuple s’avise de se révolter.

Le démantèlement des services publics se poursuit à marche forcée et méthodiquement. Nous sommes de plus en plus livrés au bon vouloir d’intérêts privés. Tout cela pour tenter d’apaiser la faim insatiable des trop riches et creuser les inégalités. Sans parler de la menace imminente d’une catastrophe écologique.

Nous avons encore le droit d’exprimer notre mécontentement, sans être écoutés et nous pouvons nous réjouir de mini-victoires comme l’abandon de Notre-Dame des Landes. Mais à quel prix ! Celui du saccage planifié et policier d’un ébauche de société plus conviviale.

Alors, ça suffit ! Il est urgent de rentrer en RÉSISTANCE et donc de créer un nouveau Conseil National de la Résistance.

J’attends qu’un émule de de Gaulle se lève et lance un nouvel appel du 18 juin contre cet État de droits tronqués et contre ce régime fondamentalement despotique et autoritaire même si des pans entiers du décor ont encore des allures démocratiques. Et même si quelques mesurettes peuvent faire illusion en tentant d’adoucir la purge.

Mais ce n’est évidemment pas d’un homme providentiel dont nous avons besoin. Simplement, dans notre société hyper-médiatisée, seul l’appel d’une personnalité (ou un collectif de personnalités) a quelque chance d’être entendu.

Il n’est pas question non plus de sous-estimer toutes les résistances locales qui se développent ici et là. Mais il est temps de fusionner ces luttes dans une organisation nationale sans exclusive pour s’opposer au fait du Prince et jeter les bases d’une autre République plus démocratique, plus solidaire et plus conviviale.

Sinon, cela est déjà écrit. Le piège d’un scénario catastrophe se refermera à nouveau sur les électeurs et Macron sera réélu pour notre plus grand malheur à tous. Il se trouve que le 17 mai 2016 j’avais déjà lancé un appel sur Médiapart : « Pour en finir avec la Vème République » et proposé un contre piège : se mettre d’accord pour choisir un candidat dont le seul programme aurait été l’élection d’une assemblée constituante.

Cet appel d’un obscur citoyen de base est, bien sûr, passé inaperçu. Mais il est, hélas ! toujours d’actualité et il serait bon de l’examiner avant qu’il ne soit trop tard.

Etienne de Saint Laurent

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.